Archives de la catégorie ‘arts’

Les peintres du mois de février 2015

Publié: janvier 28, 2015 dans arts, peintures

boutonaart2_______________________________

Le PRIX DU JURY MOUSTAKI revient à la nivernaise Liz Van-Deucq

10953393_10152680828362405_7989996081865776313_n
Photo avec Archimède parrain de l’édition 2015.

_______________________________

11024636_283269278463712_5860725999238541798_n_______________________________

Le dernier livre de Samuel Dock, chez PLON

Castarede -C

En 1969, l’anthropologue américaine Margareth Mead publiait Le fossé des générations. Elle y faisait état du profond bouleversement provoqué par l’explosion technologique et décrivait le renversement des modalités d’appréhension du monde et des transmissions socioculturelles. Par-dessus tout, elle insistait sur la nécessité de rétablir le dialogue entre les générations passées et présentes. Que reste-t-il, plus de trente ans plus tard, de son message quand la fracture séparant les âges n’a jamais semblée si profonde ?
C’est cette question essentielle qui a servi de point de départ à l’étude menée par Marie-France Castarède et Samuel Dock. Les auteurs, tous deux psychologues cliniciens mais appartenant à deux générations très différentes par l’âge, croisent leurs regards sur leur époque, leur savoir théorique mais également affectif afin de témoigner du conflit intergénérationnel et d’en analyser les mécanismes sociaux, culturels, et surtout psychologiques. A l’heure de l’accélération sociale du temps, des mutations du rapport au corps, des transformations du couple et de la famille, de l’envahissement des images les auteurs ont avant tout souhaité mettre à profit leur connaissance de l’Homme pour ouvrir un dialogue entre les âges.
Le corps, l’image, le temps, le couple, la famille… C’est à partir d’un très grand nombre de thèmes fondamentaux que les auteurs ont réfléchi à ce qui sépare la génération Y des précédentes.

Marie-France Castarède, professeur de psychopathologie et psychanalyste, est née en 1940. Parmi ses nombreuses publications, son Introduction à la psychologie clinique est aujourd’hui une des références universitaires les plus lues.

Samuel Dock, psychologue clinicien né en 1985, appartient à la Génération Y. Son premier roman, L’Apocalypse de Jonathan (2012), a rencontré l’estime du public et de la critique. Depuis avril 2012, il traite des grands sujets d’actualité dans une tribune libre au Huffington Post.

_______________________________

Invitation exposition Charles Bataille-2_______________________________

Jeudi 26 Février : Charbon Hebdo – JamOcharbon
Le jeudi c’est à 19h et c’est gratuit.
La JamOcharbon est le rendez-vous mensuel des musiciens qui souhaitent se rencontrer, se retrouver et jouer ensemble. Venez nombreux et avec vos instruments bien sûr.

Vendredi 27 Février : KRUGER – MARS RED SKY – AFTER TASTE
Ouverture des portes : 20h30 – Plein tarif : 9.50 EUR / tarif réduit : 7.50 EUR
(moins de 18 ans, étudiants et demandeurs d’emploi)

KRUGER
13 ans. 13 ans, que les Suisses de KRUGER distillent des saturations à travers son post hardcore devenu une référence. Serait-ce pour signer la fin d’une aventure qui les aura menés au quatre coins de la planète que KRUGER passera par Nevers ? Est-ce vraiment nécessaire de rappeler que KRUGER a partagé des affiches avec des pointures telles que GOJIRA, CONVERGE ou encore CLUTCH ?

MARS RED SKY
Le Stoner est un style peu développé en Europe et pour cause, on y trouve que peu de région désertique. Pourtant MARS RED SKY fait office d’exception en proposant un mélange cosmique de doom et de pop. Si vous êtes prêt pour un aller simple pour la planète rouge n’hésitez pas à venir savourer la musique éthérée, psychédélique et aérienne du trio bordelais.

AFTER TASTE
Depuis 2001 les Dijonais d’AFTER TASTE forge un post hardcore de premier ordre. Le groupe a déjà largement sillonné les routes d’Europe de l’Est pour défendre ses saturations sombres et épiques.

______________________________

Le samedi 07 mars, de 14 à 17 heures, vernissage de l’exposition « Origine du monde » organisée par Michel Philippart à la Belle-de-N, vers le pub Donald. Plus de vingt artistes sollicités, un seul thème, la toile de Courbet et une semaine d’exposition.

gustave-courbet-l-origine-du-monde_______________________________

C’était hier soir au Café-Charbon, Les mains gauche, les piqûres de Loustics et les Moutain-Men, ça a dû être super : pas pu y aller.

10991305_10205684399170533_6907326941343889350_n

Photo : Delphine Tabary

_______________________________

10996696_325891914273903_4520024288370408106_n______________________________

10974294_282519578538682_8972365538543089161_o_______________________________

duriot-garchizy

_______________________________

violon______________________________

Un clic pour faire gagner la nivernaise Liz Van-Deuq

http://www.prixgeorgesmoustaki.com/news/prix-du-public-2015-a-vos-votes/

Votez vite

_______________________________

Au programme des prochaines interviews de Fab-Animateur-Nevers

17 février 2015 : Festival « Inclusions »
24 février 2015 : le groupe Showguns
03 mars 2015 : le centre de jour Decid’L, accueil pour les femmes victimes de violences
10 mars 2015 : Festival LaMachine À Rire

A 19h00, chaque mardi et en direct émoticône wink et bien sûr c’est sur Nevers FM Radio – officiel

Et tout au long de la Foire Expo du 14 au 22 mars avec toute l’équipe de Nevers FM…

_______________________________

Avec en compétition, la nivernaise Liz Van-Deuq

Finale du Prix Georges Moustaki

jeudi 26 février, 20:00

Centre Malherbes, 108 avenue Malherbes – 75 017 PARIS

_______________________________

Josiane Benzi : la nivernaise expose à Paris

Vernissage de l’exposition »Dialogues » du CNFAP-AIAP

le 4 mars à partir de 18h Cité Internationale des Arts de Paris,

Il s’agit d’une réunion d’artistes Slovaques, professeurs de la faculté d’Architecture de Bratislava et d’ artistes du CNFAP.

18 rue de l’Hôtel de ville à Paris 75004 du 5 au 14 mars 14h -19h entrée libre

voir ses autres  dates d’expositions pour 2015  sur le site : http://josiane-benzi.fr

_______________________________

Jeudi 19 Février : Charbon Hebdo
Atelier Danses Traditionnelles
Le jeudi c’est à 19h et c’est gratuit.
Dans le cadre des ateliers danse de l’Association Musiques Traditionnelles du
Conservatoire de Nevers (AMTCN) venez découvrir ou vous perfectionner dans
la pratique des danses traditionnelles morvandelles.

Vendredi 20 Février : BALOCHARBON
Ouverture des portes : 20h30 – Tarif unique 2EUR
Entre le Rock, le « Trad » et le Jazz, les passerelles existent depuis longtemps, seulement, elles sont peut-être plus visibles et admises aujourd’hui. Pour en témoigner – on ne pouvait trouver mieux – nous invitons le nouveau duo « Aldo Forgette » avec Alban Bouquette et Dominique Forges.

Aldo-Forgette se plaît dans le groove de la bourrée 2 temps-rock-progressif, dans le balancement de la scottish-hip hop, dans la douceur de la mazurka-boston-blues, dans le swing de la bourrée 3 temps-zouk, dans la cadence de la polka-reggae, dans l’énergie de la valse-pop-hard-grass, sans oublier les impros pour s’échapper, pour rester libre…

En première partie de soirée vous retrouverez les groupes de l’AMTCN et une toute nouvelle formation qui réunit les meilleurs « vielleux » : « Les 400 coups » qui a choisi de se replonger dans les « tubes »du Centre-France et à coup sûr saura mener la danse ! facebook.com/AMTCN

Samedi 21 Février : FESTIVAL « IN »CLUSION
Tarif unique : 8.50EUR – Clôture du festival « In »clusion : soirée concert
MOUNTAIN MEN
En six ans, deux albums studio, un live et plus de 500 concerts à travers le monde, Mountain Men s’est imposé comme l’un des groupes phare de la scène blues européenne. Les Mountain Men sont repartis sur les routes pour défendre leur dernier album, un hommage à Georges Brassens. http://www.mountain-men.fr
PIQURES DE LOUSTICS & VOLUTES + DEUX MAINS GAUCHES

_______________________________

Nos nivernais sont au Havre. Retrouvez les dans Paris-Normandie.

http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/2539307/le-bronx-va-frapper-fort-#.VOB79S7p-9d

_______________________________

PAC : Atelier de caricatures

duriot-an1

Ouh-laahh, des caricatures en ce moment ? Pas un peu dangereux le contexte ? Depuis que l’on s’est aperçu que le crayon pouvait être une arme de destruction massive… de dessinateur ? Blague post-mortem à part, le PAC des Ouches a jugé bon, avec raison, qu’il fallait découvrir, ou redécouvrir la caricature, l’art de se moquer, mais de soi. Ils se sont retrouvés ainsi, à quelques apprentis caricaturistes, en herbe, gracieusement, sous la houlette d’An Suzuki, une artiste locale, habituée des cours et des expositions, pour expérimenter la tronche de l’un et de l’autre, accentuée, déformée, magnifiée, exagérée, enfin… caricaturée. Et vers 16h30, samedi, l’heure était aux verdicts, en compagnie de l’artiste. Alors, quel effet ça fait d’être caricaturé ? Ben… rien, c’est drôle.

duriot-an2

Pierre Duriot

________________________________

Vernissage annuel à Daniel-Benoist

La maison d’accueil pour personnes âgées Daniel-Benoist, à Nevers, propose chaque mois à ses pensionnaires des expositions de peintures le plus souvent alimentées par les peintres locaux, qui se relaient fréquemment pour offrir des séries de toiles accrochées dans le hall de l’établissement. Une fois l’an, l’ensemble des exposants se retrouve pour un vernissage collectif en présence de nombreuses personnes âgées de l’établissement, de la directrice et des représentants de la municipalité. Vendredi soir dernier, 13 février, Philippe Cordier, adjoint au maire, a donc souhaité la bienvenue aux artistes, résidents et visiteurs, et chaleureusement félicité les peintres pour leur fidélité à ce processus de vie artistique savamment entretenu. Kristian Dupuy, aquarelliste, dessinateur à la sanguine, propose cette fois ci, actuellement, une nouvelle version de sa production picturale, avec des huiles variées exposées durant les prochaines semaines.

duriot-benoist

Photo : Les artistes réunis pour le vernissage de vendredi soir, en compagnie de Philippe Cordier, à droit, accompagné de la directrice de l’établissement.

______________________________

duriothouard2________________________________

Concert Partouzzzze Bastards à Nevers
vendredi 20 février, 19:30
Le Chat qui louche

duriot-chat_______________________________

PAC des Ouches

Un ATELIER CARICATURE est proposé au PAC des ouches le SAMEDI 14 FÉVRIER après- midi de 14h30 à 16h30 environ. Le matériel vous sera fournis sur place , vous n’avez rien à emmener , rien à prévoir (juste la bonne humeur et le bon humour !) . Cet atelier, entièrement GRATUIT, est proposé par An Suzuki,  » Autocaricaturons nous les uns les autres ! cela nous aidera peut-être à mieux nous accepter « . Que vous soyez bon ou nul en dessin, n’hésitez pas ! Venez nombreux ! C’est un atelier de 2 heures au total  qui se divise ainsi :

– quelques exemples dessinés dans la presse

– une courte présentation des membres du groupe

– introduction à la ligne de l’atelier ( » réfléchissez à ce qui en vous-même peut donner lieu à une caricature « .en tant qu’élevé ou en fonction des qualités ou des défauts  que vous vous reconnaissez ou en tant que tel ou tel groupe etc…)

– dessins aux crayons et au feutre noir

– accrochage sur des grilles avec des pinces à linge ou a dessins

_______________________________

1604884_10205309987725919_7783095154880988686_n_______________________________

CORROS, C’EST MAINTENANT! sur WWW.TAMBOURSDUBRONX.COM

duriot-bronx

Morceaux Inédits ! Nouveau SPECTACLE ! Double Album !
Nouvelle tournée !

_______________________________

Pascalina Chanteuse

duriot-pascalina

Samedi 07 mars à 17h00 à l’Entrefêtes à Garchizy

_______________________________

MOUNTAIN MEN : blues

duriot-men

Ecrit sur eux en 2012 : Les deux costauds de Mountain-Men chantent façon Blues-Brothers, mais à la française : Pieds Nickelés. Deux authentiques pros, biberonnés au blues, comparses, acolytes même, pour distiller un répertoire authentique, profondément ancré dans des racines américaines, jusque dans le terreau de Muddy Waters ou de John Lee-Hooker. L’homme à l’harmonica assure aussi une présence scénique décalé, très british, collaborateur fantasque d’un imaginaire Docteur Watson, mais il chante aussi, change d’harmonica, de tonalité, peint avec ses couleurs musicales les tablatures puissantes de son camarade. Oui, ils ne sont que deux et tiennent la salle en haleine dès les premières mesures, avec des guitares puissantes, rythmées, endiablées, changées au fil des morceaux et une voix de stentor, grave, rocailleuse, façon Joe Cocker, à la mesure des biceps de l’homme. Etonnants, remarquables : deux personnages, deux tronches, deux voix et un extraordinaire contact avec le public, emporté sans crier gare aux sources du blues.

samedi 21 février, 20:30
Café Charbon, à Nevers

_______________________________

Café Charbon

Jeudi 12 Février : Charbon Hebdo – Cultures urbaines
Le jeudi c’est à 19h et c’est gratuit.
« Battle Dance Hip Hop » est reporté à une date ultérieure.
Cette soirée reste cependant sous la bannière du Hip Hop avec la présentation de l’exposition « Z-19, Bienvenidos a mi Barrio, un regard sur Bogota, capitale du Hip Hop ».
Une série de clips historiques du Hip Hop sera également diffusé.

Vendredi 13 Février LA CANAILLE – NOUVEL R – DJ StickIT
Ouverture des portes : 20h30 – Plein tarif : 9.50EUR / tarif réduit : 7.50EUR
(moins de 18 ans, étudiants et demandeurs d’emploi)

LA CANAILLE
A? deux pas du bitume, proférant une parole libératrice, LA CANAILLE livre un cri d’émancipation poétique, intense et spontané?. Lucide, implique? et impliquant, le rappeur décrit un carcan usinier sauvage, difficile, réel, en proie a? la montée des extrêmes, au combat politique affirmé, libre de ses mots face a? des parcours de vies intenables.

NOUVEL R
La trentaine. Avec du flow. Curieux des autres musiques. Refusant le folklore habituel du rap. Conscients que la vie n’est pas tout blanc/tout noir, mais plutôt d’une infinie nuance de gris. C’est mort, les Nouvel R ne deviendront jamais les idoles de votre petit neveu fan de rap bling bling autotuné. Du rap de darons ? Peut-être bien. Mais après tout, entre vous et moi, c’est quand même mieux que des vétérans pathétiques qui voudraient toujours faire croire qu’ils ont seize ans, parce qu’ils ont peur de vieillir ou simplement parce qu’ils n’ont rien à dire.

DJ StickIT
DJ émergent sur la scène Hip Hop internationale. Il a réalisé en 2012 sa première collaboration avec les américains de THE PHARCYDE à Los Angeles grâce à une mixtape de Hits « 3 SENSES ».

_______________________________

De la Nièvre : Olivier Bot

e33dfb_fc0fe8130a9ebb29f3c536e417bea521

Olivier Bot, des souvenirs du Journal du Centre, dans les années 80, une drôle d’équipe avec Alain Haye, qui propulsait des revues iconoclastes tous les quatre matins, avec mon aide, sous un pseudonyme. Il n’en est plus, moi non plus. Il y avait aussi Philippe Depalle et Sylvie Anibal, ils y sont toujours, on s’entendait tous bien à l’époque. Olivier Bot m’a appris des rudiments du métier. Le meilleur souvenir que j’en ai est un cours très technique, le temps d’un Paris-Nevers en train. Il est parti lui aussi, dans le sud de la France, puis en Suisse, à la tribune de Genève, d’où il écrit nombre d’articles, de critiques, de livres, d’histoires. Découvrez cet enfant de la Nièvre, suisse d’adoption, au style très littéraire et resté fidèle à une extraordinaire éthique de son métier, sur son site :  www.olivierbot.com

Pierre Duriot

_______________________________

Claude Saidou chez Arko

duriot-saidou

Elevé en Morvan, conducteur de métro parisien, artiste éminemment prolifique, Claude Saidou a un style à part, a tout au long de sa vie, travaillé sur l’humanité, produit des visages étonnants, comme caricaturés, déformés par les sentiments ou les impressions, a utilisé les couleurs d’une Afrique qui coule dans ses veines, parfois croisée lors de voyages mais jamais vécue et pourtant. A mi-chemin parfois de l’art brut, des couleurs folkloriques, l’artiste peut aussi donner dans la précision maximale, la préciosité même, surlignée d’or, presque baroque. Et il y eut aussi des expérimentations, des sculptures sur pierre, des peinture sur bois flottés, des agencements improbables à base de poupées, de composants électroniques, vagues allusions à la condition humaine, à la naissance, la vie, la mort. Il y a à voir, à réfléchir dans une forme de rétrospective actuellement en exposition chez ARKO, place Mossé, dans ces lieux où il a débarqué depuis son Paris underground un jour des années 90. Le creuset d’une vague artistique locale retrouve une partie des couleurs et des personnes de son origine à travers cet artiste stationné à quelques pas de la mythique galerie dans un « Abri du Claude », tournée face à la Loire, toujours ouvert au public. A voir en février.

Pierre Duriot

______________________________

Peinture : Plancher sur les origines

duriot-monde

L’origine du monde, cette thématique dont doivent s’inspirer un peu plus d’une vingtaine d’artistes sélectionnés dont le fais partie. J’aime bien cette chatte ouverte sur l’infini, par la grâce de Courbet, parce qu’elle a insupporté en son temps, et qu’elle insupporte encore… J’aime bien les femmes, leurs corps, leurs courbes et leurs charmes et pense qu’elles sont souvent belles nues et que loin d’être ainsi érigées en objets, elles le sont en œuvres d’art. Nous nous collerons donc, mes collègues et moi, contre nos toiles, pour re-évoquer l’origine du monde, non pas à la manière de Courbet, mais à nos manières. L’exposition aura lieu en mars et pas mal de peintres sont encore en plein boum. Pour ma part, c’est fait, mais c’est secret. Les œuvres ne seront dévoilées que lors du vernissage, nous sommes priés de les amener couvertes pour l’installation, prestige oblige. Ce devrait être un moment très suivi de la vie artistique locale, enfin j’espère. La plume gracieuse de Thierry Desseux, également mon collègue, mais en tant qu’écrivain, en a fait un article dans son canard municipal. Qu’il en soit remercié publiquement ici.

Pierre Duriot

_______________________________

Mihaela Murariu chez Pierre Daudet

duriot-mika1

Elle eut un premier souvenir artistique neversois dans le fond des années 90, alors que jeunes et en bande, nous organisions, entre deux fiestas, le mythique marathon artistique de la place Mossé, c’était le bon temps. La petite Mihaela s’y était employée, à cette conception iconoclaste d’une performance de vingt-quatre heures, aux pinceaux et en extérieur. Elle était venue grâce au dynamisme de l’association du jumelage Nevers-Curtea-de-Argès, ville roumaine, dont elle est originaire. Elle est devenue grande, sa peinture aussi. Elle y traduit un genre d’ode à l’enfance, à la magie, revisite les légendes de sa région, exprime l’animisme des croyances ancestrales, les fées et les rêves de gosses devenus folklore. Dans un patchwork travaillé, parfois à l’extrême, de rouge et de blanc surligné de noir, la finesse du trait transcende la richesse culturelle et l’artiste, depuis installée en France. Elle y cherche  autant ses racines que la transmission à son nouveau public d’une partie de sa culture, transmutée par l’adoption et la nouvelle langue. Elle va plus loin dans son cursus en présentant, sur un front plus mystique, une évocation magnifiée, traditionnelle elle-aussi, de l’existence humaine. L’arbre ou la plante, avec ses racines ou ses branches, figure l’humain, sa culture et sa descendance. L’artiste y projette tout son savoir-faire minutieux, son toucher de pinceaux délicat et sa perception des lumières, transformées autour de microcosmes végétaux presque surréalistes. Samedi pour le vernissage, c’était bondé. N’y allons pas par quatre chemins, n’ayons pas non plus peur du compliment, il en faut, pour Pierre Daudet, le galeriste. Il nous offre de ces moments de vernissage, un brin chics, mais surtout conviviaux, de ces petits événements où se retrouvent gens de culture et amateurs d’art, sans façon aucune, mais qui donnent à cette ville des instants artistiques de qualité professionnelle comme il y en a trop peu dans le domaine de la peinture. C’est beau, d’une grande élégance et à voir en février.

duriot-mika2Pierre Daudet et Edwige Gomez, à l’accueil des invités

Pierre Duriot

_____________________________________

duriot-lourdes_______________________________

duriotsocq_______________________________

duriot-houard_______________________________

duriot-jazz____________________________

saidou-duriot____________________________________________

boiserolle-duriot____________________________________________

Mihaela Murariu : Peintre et dessinatrice sera chez Pierre Daudet. Vernissage samedi 07/02

 duriot-daudet

Mihaela Murariu est née en 1979, en Roumanie. Après des études de beaux-arts et d’architecture à Bucarest, elle s’est  installée en France en 1999. Depuis,  elle dédie son temps à la peinture et au dessin, aux expositions et aux manifestations d’art, tout en enseignant techniques plastiques dans son  propre atelier.

Mihaela Murariu puise son inspiration dans l’art balkanique et byzantin. Ses portraits rappellent les saints orthodoxes. Ses paysages sont peuplés de motifs traditionnels. Pour l’artiste la lumière est la sublimation de l’obscurité, les contrastes, un langage.

Son univers est habité de poésie, de spontanéité et de l’imaginaire des contes folkloriques. Dans ses dessins et ses peintures, l’occident rencontre l’orient, les cultures se rassemblent et se chevauchent.
Retrouvez l’ensemble de l’exposition sur www.pierredaudet.com et sur Facebook artistes galerie

____________________________________________

Magnet en son gîte peignait…

duriotmagnet1

Hanami, six ans déjà, de petits carrés juxtaposés, marouflés en ode printanière, vive et colorée. Travail typique d’artiste, par période, sur un thème inspirant dont l’homme fait le tour avant de revenir à des fondamentaux personnels, ou d’enchaîner sur une autre série. Jean-Louis Magnet est à un tournant, matérialisé par un emménagement dans un nouvel atelier. Il est là, assis, souriant comme à son habitude, un peu comme assoupi devant ces branches fruitières d’Hanami, après extirpation complète, depuis ses tripes, de la thématique doucereuse couleur de nature. Et après semble-t-il s’interroger ? Hanami aura été prenante, active, tant la série a essaimé, dans toute la France, dans des expositions couplées les unes aux autres, exigeant ainsi de l’artiste, kilomètres et présences. Et après, il y aura la vie, la mort, une variation sur la thématique du moment, celle actuelle, violente parfois, qui renvoie aux valeurs fondamentales de l’existence, des choses pour lesquelles on se doit de vivre, ou au nom desquelles ont peut envisager de mourir. Sans doute plus sombre, la préfiguration que j’ai pu entrevoir dans le nouvel atelier laisse augurer un autre style, une autre démarche, je n’en dirai rien. Trente-cinq mètres carrés à la Jonction, une surface pour prendre son élan, rebondir sans cesse, enchaîner les périodes artistiques qui caractérisent la carrière et la démarche d’un peintre. On ne vous laissera pas sans nouvelles.

duriotmagnet2

Pierre Duriot

____________________________________________

Maguy Gracedieu à EHPAD Daniel-Benoist à Nevers, jusqu’à la mi février

maguyepad____________________________________________

10945634_280298122094161_5699781015039753139_n

____________________________________________

10933738_386464941531781_5612920122260233504_n____________________________________________

1625680_899561620084216_1291325511480486875_n

_____________________________________________

Obscurantisme et inculture Les fondateurs de l’école publique avaient bien compris la valeur de l’instruction et de la culture, eux qui ont construit la civilisation moderne, ont aussi fait reculer l’obscurantisme religieux chrétien et la domination des nobles, ceux qui justement maîtrisaient l’écrit. Les hussards noirs ont diffusé massivement, à la fois l’orthographe, ce code d’accès à la possibilité de prendre une part active dans la démocratie naissante et aussi l’instruction généralisée, cette connaissance qui permet de débattre et de critiquer. Ce système certes imparfait, n’est plus aujourd’hui construit par les générations qui en ont hérité et se contentent trop souvent, de simplement tenter de sauver les meubles. Cet héritage culturel n’est pas éternel et ne se passe pas d’entretien. Aujourd’hui, en plus de l’orthographe, resté le code commun des classes dirigeantes, il faut maîtriser les codes de l’information et de la communication, gérer le flot des sources d’apprentissage, donc redoubler d’efforts. Sinon les héritiers de la démocratie que nous sommes, verront leurs avoirs se déliter, leur culture régresser et se noyer. Et la société retourne, tout le monde le sent bien, aux mains de castes aristocratiques, qui tiennent leur puissance de la maîtrise des anciens et nouveaux outils, pendant qu’elles noient les masses dans un flot d’inculture et une apologie de la vie soi-disant facile, distillés au choix sous forme de publicité consumériste ou de télévision poubelle. Cette régression culturelle, artistique, va de pair avec un émiettement de la société civile, avec la montée en puissance des communautarismes, avec les replis identitaires de culture et de classe. Et l’obscurantisme religieux, de retour sous une autre forme que celle des siècles passés, s’infiltre dans les lieux déculturés, les zones de non-droit, les failles de notre République et de notre laïcité. On pourra retourner le problème dans tous les sens, se pétrir également d’illusion multiculturelle, l’accession à une charte commune de valeurs, de communication et de compréhension, est nécessaire pour vivre ensemble. Elle passe symboliquement par l’accession à l’orthographe, à la culture, à l’art, partagés, gages d’une acceptation de la règle sociale et d’une entrée dans notre société, qui reste celle de l’écrit.

Pierre Duriot

Les peintres du mois de janvier 2015

Publié: décembre 29, 2014 dans arts, peintures

boutonaart2__________________________________

Jacqueline Richard signe Rigoletto pour les « peintresdenevers »

10363740_605173286281967_5656088367400259713_n
 » Quelques soixante années après l’inoubliable Gilda de Callas, la Maison de la Culture proposait hier dimanche après-midi une nième version de l’opéra culte de Verdi, Rigoletto par la troupe Opéra Nomad.Près de 800 mélomanes avaient répondu à l’invitation, venus de tout le département pour cette unique représentation lyrique de l’année à Nevers. Si le premier acte pourtant  gai et joyeux de la fête chez le Duc de Mantoue débutait timidement et tristement surtout pour les cuivres de l’orchestre, sous la direction sure d’Amaury Du Clauzel, l’apparition des différents acteurs faisait monter l’intensité et la puissance de l’oeuvre. Le final de toute beauté en particulier le quatuor dans la taverne et la fin tragique de Gilda mettaient en évidence la belle voix de baryton de Pierre Yves Pruvot dont c’était la prise de rôle, sa puissance, son talent d’acteur, sa générosité. Tout aussi remarquables, Gilda et le duc de Mantoue pour leurs aigus surs et puissants, pour chacun une réserve cependant  pour des médiums moins chatoyants. Petite réserve aussi pour le manque de puissance des choeurs et de l’orchestre dû à des effectifs limités ne remettant pas en cause la qualité des voix, ni la virtuosité des musiciens. Décors sobres,simples sans ostentation. Une belle soirée avec deux super stars, Verdi, le compositeur qui a réinventé le langage de l’opéra pour les générations futures et Pierre Yves Pruvot, en photo, déchirant dans son rôle de bouffon, qui prouve ici qu’il est bien le plus italien des barytons nivernais. »

__________________________________

Chers Socquetteurs et Socquettrices
Mercredi 28 janvier à 19h, c’est Karaoké ! 
Après la thématique de « la nuit », La Socquette vous propose un karaoké en 2 temps :
À 19H : choisissez des chansons avec les mots #plage, #mer, #sable…
À 20H : on annonce la sortie du FANZINE#3 spécial AMOUR, on déclare sa flamme avec les mots #LOVE, #AMOUR, #AMOR, #LIEBE, #حب, #любовь…
Entrée libre
 
Samedi 31 janvier, la Socquette sera ouverte une grande partie de la journée !
– À 10h, pour prolonger la journée de transition citoyenne de septembre 2014, nous vous proposons une rencontre pour préparer la semaine pour les alternatives aux pesticides de mars 2015. Ça sera aussi l’occasion de réfléchir à la création d’un collectif de transition citoyenne. Entrée libre.
– À partir de 15hThierry D. animera un nouvel atelier flyer afin de réaliser les affiches des prochains événements de la Socquette, la technique utilisée sera le bas-relief. Entrée libre.
– À  19h, troisième et dernier concert du mois avec le retour à Nevers d’un des guitaristes les plus doués de sa génération, Miskja Fitzgerald Michel (jazz folk – Paris). En première partie, Michiko 66 (pop folk – Nevers) nous fera un set en formule solo. Concert à 5 euros.

__________________________________

Palais ducal : des vélos émotions

velos

Au premier étage du palais ducal, des vélos pleins d’émotion sont garés là, odes à la mobilité, à l’art, à la loufoquerie, en relation avec les Emmaus. Partenariats multiples avec des jeunes et des moins jeunes, recherches d’évocations citoyennes, mobiles, sensibilisatrices, ce garage à vélo d’outre réalité vaut le détour de roue, pour petits et grands. Fantasmer sur des utilisations improbables, s’imaginer fonçant au guidon de machines ingénieuses, envisager la récupération artistique de tout un tas de bric et de broc, sont permis tout au long de la déambulation devant la trentaine de machines infernales à propulser à la force du jarret. En janvier au palais.

Pierre Duriot

_________________________________

Pascal Merlin au Tour du Monde

merlin

Jeune peintre, Pascal Merlin évoque en abstraction, peint un genre d’atmosphères en clairs obscurs, avec une dimension d’irréalité. Ambiance exoplanétaire, allusions parfois au japonisme et à la calligraphie, brouillards épais, contribuent à donner à une série très homogène une apparente zénitude invitant à la méditation. Soignée, travaillée, l’abstraction de Pascal Merlin a été présentée en novembre et décembre à Artistes galerie, dans le cadre d’une exposition collective et restera visible pour plusieurs semaines au restaurant Tour du Monde, place Carnot à Nevers.

Pierre Duriot

__________________________________

Nevers : l’AG du Groupe

AG2Fred Barbier, président, Henri Perceau VP, Michèle Corbier Trés, Colette Houbron Sec.

L’assemblée générale du Groupe d’émulation artistique de Nevers et de la Nièvre s’est tenue samedi après-midi au palais ducal de Nevers, sous la présidence de Frédéric Barbier. Actif, très actif même, avec des ateliers de pratique artistique, de nombreuses expositions propres ou en partenariat, ce groupe propose au public deux salons emblématiques, de printemps et d’automne, toujours très suivis par la population. Mais également, des manifestations thématiques et décentralisées, confirment la vocation régionale de la structure. Saine dans son fonctionnement et ses finances, l’association affiche un bon bilan financier, des adhérents en nombre toujours plus important et souvent très impliqués dans l’activité et les événements. Trois élus locaux, présents à l’assemblée, ont été conquis par tant de diversité et ont adressé leurs félicitations à l’ensemble des membres. Pour 2015, la totalité des manifestations sera reconduite, avec même de nouveaux projets. Suite à des travaux réalisés par la ville de Nevers, le Groupe devrait également emménager dans de nouveaux locaux. Tous ces événements seront à suivre dans ce blog.

AG1

Pierre Duriot

__________________________________

En ces périodes de questionnements, un essai sur les impacts éducatifs à long terme, autrement qu’à travers le prisme ethnique ou culturel. Paru chez un grand éditeur et disponible chez votre libraire habituel ou sur les sites de vente par correspondance.

à découvrir sur http://durioteducationsociete.wordpress.com

essai3p__________________________________

Café-Charbon : Musiciennes

cafechar

Jean-Claude Chaudy, un œil averti sur les musiciens du Café-Charbon. Un œil emblématique aussi, au fil des ans, toujours présent, compatissant pour ces artistes exposés aux feux du publics, cherchant à tirer d’eux le meilleur des poses et des instants de jeux scéniques. Des milliers de regards, de clichés, d’instantanés musicaux, figés sur papier et toute une ribambelle de souvenirs, de moments forts, comme orphelins après la disparition du photographe. Il lègue un monument, une collection, des archives, orchestrées par son fils et par les bénévoles du Café-Charbon. Ils vont tous ensemble, délivrer un message posthume, un héritage sensuel et rythmique de milliers de clichés destinés à être vus et vendus au profit de la ligue contre ce cancer qui emporta le photographe. Ludovic, le responsable des lieux, s’est lancé dans un vibrant hommage à son camarade, a expliqué que des idées seraient les bienvenues pour mettre en valeur le patrimoine pictural laissé inopinément. La première série proposée au public est celle des « musiciennes », ces filles pleines de charme et de voix, toutes venues envoûter le public neversois. A voir en janvier.

cafechar2

Pierre Duriot

__________________________________

10922710_717669111665659_5094413841995971911_n__________________________________

daudet0215__________________________________

velop__________________________________

perceaup__________________________________

cc2__________________________________

Actualisation : http://www.lespeintresdenevers.com/

__________________________________

10525782_1575472672669717_4410403277162388462_n__________________________________

cc__________________________________

Ateliers du patrimoine

Ce samedi 24 janvier, de 10h à 12h se tiendra l’Assemblée Générale des Ateliers du Patrimoine salle Mossé à Nevers. Au programme, outre les différent rapports (moral, activités, financier)
il y aura élections pour le renouvellement du tiers de son Conseil
d’administration (soit 5 personnes)

__________________________________

disc__________________________________

Cette semaine, le programme est chargé à la Socquette avec deux soirées concerts, un atelier origami et le retour du fanzine de la Socquette.
Mardi 20 janvier à 19h et pour 5 euros, nous vous proposons exceptionnellement d’ouvrir notre local. A l’occasion de sa tournée hivernale, Françoiz Breut (chanson pop – Cherbourg/Bruxelles) nous fera l’honneur d’un premier passage à Nevers. Torres & Jezequel assurera la première partie avec ses chansons blues, cette date marque le retour sur scène du duo neversois.
 
Mercredi 21 janvier à partir de 15h, retour de l’atelier fanzine, il s’agira d’assembler vos contributions pour le troisième numéro de notre journal. Il faudra laisser un peu de place aux jeunes, puisque ce numéro accueillera les contributions des élèves de première et deuxième année en Design graphique de l’Esaab.
 
Samedi 24 janvier de 15h à 17h, nouvel atelier, ce coup-ci consacré à l’origami. Florence Tors, intervenante plasticienne nous initiera à cet art ancestrale de l’art du pliage du papier.
 
Samedi 24 janvier à 19h et pour 5 euros, Mademoiselle B viendra fêter la sortie de son album Constellations. Le duo post-rock/electro neversois a invité pour l’occasion Frissson, projet solo à la croisée du kraut-rock et de la synth-wave.

__________________________________

Deux dates dans la Nièvre

10377022_10153005380482346_8431045825912119145_n__________________________________

En cette période troublée, quand on ne sait plus si certains sont endoctrinés ou tout simplement mal élevés, ce livre reprend les principaux items éducatifs qui feront qu’on aura affaire à un enfant créatif et sociable plutôt qu’à un tyran en culotte courte prêt à se rouler parterre à la moindre contrariété. Paru en 2011.

http://pierreduriot.wordpress.com

cartablesite___________________________________

L’association ARKO convie à ses voeux qui auront lieu à la galerie ARKO 3 place Mossé le vendredi 23 janvier à 18H30.
Toute l’équipe ARKO vous accueillera pour vous présenter son activité 2015.

__________________________________

Jean-Louis Magnet

1555434_841150339274322_1776327271544671937_n__________________________________

Yves JAMAIT : vendredi 30 janvier : 21 heures

10845887_820628274663281_4253943353887906376_o

Festivités Garchizy idée cadeau tarif unique : 20 € points de vente : Mairie de GARCHIZY Musique and Music – NEVERS place Guy Coquille Espace Culturel LECLERC Coulanges les Nevers

__________________________________

10384288_564687803666871_4337561483889480167_n__________________________________

Jeudi 22 janvier : 19 heures : Dans le cadre des Charbon Hebdo, le Café Charbon vous invite au vernissage de la première exposition en hommage au travail de Jean Claude Chaudy.  Cette exposition mettra à l’honneur les musiciennes.  Toutes les photographies seront à vendre et le bénéfice de celles-ci sera reversé à la Ligue Contre le Cancer.

__________________________________

Isabelle Derangère au PAC des Ouches

derangere

Le PAC habituellement, permet à de jeunes artistes de faire leurs premiers pas en exposition. Exception de rigueur en ce moment pour Isabelle Derangère, confirmée, très confirmée même, artiste éloquente, pur produit de la rigueur et des techniques de l’école parisienne Estienne, qui expose un extraordinaire talent sous la voûte de pierres des remparts neversois. Nevers la Loire, rien de nouveau et pourtant, aux pastels, dans un traitement personnel de la couleur et de la lumière, le fleuve royal apparaît d’outre monde, comme éclairé d’un soleil lointain, étoile en fin de vie aux teintes pourpres et aux ombres longues projetées sur des flots blancs. Les tronc décharnés, les superstructures métalliques du pont, rêvent d’ailleurs dans des tons étrangers instituant une ambiance surréaliste traitée avec une fine perspective. Et puis il y a les émotions, à fleur de peau, celles d’Anaïs, la nôtre, la bien connue, celle avec la voix qui fait chanter les accordéons, celle encore, mince et élégante, parfois perdue dans quelque méandre du temps. Isabelle l’a saisie, comme au moment d’une chute, l’a figée sur du papier buvard, avec des encres précieuses et un trait au réalisme saisissant, si bien qu’il emprisonne les larmes, les sentiments, les vagues à l’âme. Carré intime au milieu de l’exposition, la relation de l’artiste au modèle s’accompagne de musique et de mots universels, signe une expérience humaine émouvante, comme quand une page se tourne et qu’une autre prose aspire à être lue. Poétique et puissante, mais également sérieuse et technique, l’exposition en cours, évoque autant cette faculté à laisser vagabonder le cours des choses que la capacité technique à les maîtriser. Isabelle Bérangère a pris pignon sur rue et s’en va tenter de vivre par, pour et de son art. Elle est à retrouver ce mois ci dans Nevers-ça-me-Botte et au PAC… la totale quoi.

Pierre Duriot

__________________________________

La franchise Sax-le-Rat en action

IMG_2462

Le Rat a eu un coup de mou, après un gros concert la veille au soir au bar des Arcandiers à Nevers. Du coup, samedi matin au Chat-qui-Louche, il a délégué et c’est là que ça devient intéressant. Le rendez-vous du samedi en fin de matinée ne repose plus sur les épaules d’un seul homme. Les musiciens et chanteurs s’en sont emparés et c’est dorénavant un moment festif, toujours impromptu mais presque institutionnel, que font vivre les uns et les autres. Ils étaient tous en verve au Chat et la matinée fut agréable au milieu des cafés et des verres de petits blancs éparpillés au bar et sur les tables. Les téléphones ont crépité et les photos de l’événement se sont rapidement retrouvées sur les murs Facebook des fans. Merci Le-Rat d’avoir entraîné tant de gens dans ton sillage.

IMG_2464_________________________________

Claude Bardinet : « Anamnèse » Librairie Galerie-Racine-Paris

IMG_0895Claude Bardinet récidive, avec Anamnèse, un recueil de poésies que l’on pourra qualifier d’intellectuel, mais pas d’inaccessible, dans le sens plutôt de l’élégance et de la hauteur de vue. Ces pages blanches contiennent de la distance, entendre qu’elles se situent au-dessus des mêlées, non pas par leur complexité mais par leur justesse, cette forme de littérature d’où l’on extrait parfois des citations intemporelles et universelles. Anamnèse, Intrication poétique et Sérendipité, trois chapitres reprennent trois thématiques de la vie : l’amour, la politique et la philosophie. L’amour, la relation, l’homme et la femme, les mêmes ensuite dans le quotidien de la politique, bien sûr pas politicienne, mais celle qui incite à réfléchir sur sa place dans la société et les affaires de la cité. Sérendipité enfin, regroupe les sujets éternels de la présence et de la trajectoire humaine, replace dans l’univers et la matière, l’esprit, le geste et la finalité. Claude Bardinet, par ailleurs artiste abstrait, traite encore et encore par la réflexion l’homme et son monde. A lire comme des morceaux de sagesse, à tête reposée et à digérer nuitamment dans un rêve.

Pierre Duriot

__________________________________

Assemblée générale du Groupe, le samedi 24 janvier à partir de 14h10 au Palais ducal de Nevers.

___________________________________

Sax le Rat en concert au Chat qui louche, à Nevers, le samedi 10 janvier de 10 à 12 heures.

__________________________________

Pierre Duriot sélectionné comme peintre pour le festival international Papillons de Carpentras.

__________________________________

10502529_10205845897056587_1934431140712494925_n__________________________________

Par Jean-Bojko : Les grands entretiens d’Emile
Sortie en librairie le 5 janvier du premier volume de la série « les grands entretiens » d’Emile

Aux éditions de l’Aube en partenariat avec l’Abbaye du jouïr ( distribution Harmonia Mundi)

Emile,13 ans, collégien à Corbigny dans la Nièvre, est un enfant de cette campagne profonde faite de hameaux, villages et bourgs posés en pleins champs, hors des réseaux d’autoroutes, de TGV, et autres voies de communication qui vous situent, dit-on, dans la modernité. Chez lui, des lapins, des poules, des fruitiers, un boucher-charcutier qui klaxonne devant la maison, de l’espace à perte de vue mais… pas de réseau ! Comme dans de nombreux territoires, que certains analystes appellent « diagonale du vide », les fournisseurs ne se bousculent pas, vu le nombre d’habitants au kilomètre-carré, pour couvrir les zones blanches. Avec 219 000 habitants, la Nièvre, à deux heures au sud de Paris, est un de ces départements les moins peuplés de France, un de ces départements ruraux où à première vue on pourrait se sentir loin de tout, hors de tout, à côté de tout… en quelque sorte pas dans le coup ! Dira-t-on pour autant qu’Emile est un plouc parmi les ploucs ? Un jeune plouc rencontre dix personnalités marquantes dans des domaines aussi différents que la philosophie, la sociologie, la poésie, les sciences de l’éducation, la médecine….

Installé à L’Abbaye du Jouïr, à Corbigny dans la Nièvre, Jean Bojko est un artiste qui travaille depuis des années sur le lien social et la ruralité en proposant des expériences inédites, un peu folles, qu’il appelle « des mises en jeu dans l’espace social » ou encore du « théâtre sans H ». Il les bâtit à partir de thématiques tirées de l’observation du territoire rural où il réside et les développe avec l’idée fixe de valoriser ce territoire et ceux et celles qui y habitent. Il a ainsi créé un « Service d’Alimentation Générale Culturelle », une « Université des Bistrots », un « Laboratoire de Recherches Multimédia pour personnes âgées », des « Cabinets de Poésie Générale », des « Jardins d’Etonnants »… qui sont autant d’expériences visant à révéler les richesses, l’intelligence, la spécificité, le pouvoir d’adaptation, des territoires ruraux. Partant du principe qu’un territoire vivant est un territoire qui s’interroge, Jean Bojko lance en 2014, un projet autour du point d’interrogation qui consiste à montrer qu’on se pose aussi des questions essentielles au plus profond de nos campagnes… Le projet s’intitule « Un point c’est Tout ! » et se concrétise par la fabrication d’un immense point d’interrogation gonflé à l’hélium et apparaîtra dans le paysage du Nivernais et du Morvan, par des mises en relation d’arbres remarquables et de philosophes choisis à l’occasion de scrutins philosophiques dans chaque village et par des rencontres remarquables… comme celles proposées à Emile Bloomaers qui vit dans le hameau de la Montagne du Bas sur la commune de La Collancelle dans la Nièvre.

Jean Bojko emmène Emile (le choix d’Emile n’est pas anodin et fait référence à Rousseau et à l’Education) avec une équipe technique, pendant les périodes de vacances scolaires, à la rencontre de dix personnalités. Emile se déplace ainsi à Bruxelles, Metz, Strasbourg, Lyon, Marseille, Paris… et rencontre :
Claude Hagège (Linguiste/ Collège de France), Jean Luc Nancy (Philosophe et écrivain/ Université de Strasbourg) , Monique et Michel Charlot Pinçon (Sociologues CNRS) , Jean Paul Escande (ancien chef du service de dermatologie de l’hôpital Tarnier – Cochin et ancien professeur à l’Université Paris Descartes), Annie Sugier (Physicienne, Présidente de la ligue internationale des droits de la femme), Jean Viard ( sociologue/ CNRS), Philippe Meirieu (pédagogue, enseignant en Sciences de l’Education à l’Université Louis Lumière à Lyon), Jean Marie Pelt (Biologiste/Institut Européen d’Ecologie à Metz), Julos Beaucarne (poète et chanteur) et Armand Gatti (Dramaturge et poète)…

Ces rencontres improbables entre une génération qui vient et une s’en va s’avèrent chaleureuses, amicales… Emile se prend au jeu… prépare ses entretiens… pose des questions pertinentes, inattendues… comme : « A quoi sert un philosophe ? » ou encore « Produire sa nourriture dans un jardin par exemple, est-ce que cela est ringard ou moderne ? » ou bien : « comment devient-on riche ? » « Qu’est-ce qu’il faut faire pour être poète ? » ou celle posée tout de go à Jean Viard : « J’habite à la campagne. Est-ce que je suis un plouc ? ». Une collection de dix livres malicieux édités par les Editions de L’Aube en partenariat avec l’Abbaye du Jouïr
Retranscrits ces « Grands entretiens d’Emile le collégien » séduisent les responsables des Editions de l’Aube. Une collection de dix livres étonnants, malicieux, intelligents, qui intéresseront les jeunes et sûrement leurs parents, illustrés par le dessinateur Pascal Lemaître, est programmée en 2015. Le premier intitulé « C’est quoi être riche ? », entretien d’Emile avec les sociologues Monique et Michel Charlot Pinçon sort le 5 janvier, distribué par Harmonia Mundi dans toutes les librairies. Un film de 52 minutes réalisé par Jean Bojko et le TéATr’éPROUVèTe produit par l’Abbaye du Jouïr sortira en février.

« J’ai voulu faire vivre à Emile, ce gamin des campagnes, comme je l’ai été, une aventure comme j’aurai aimé en vivre une… sûrement… et faire ainsi savoir que la jeunesse mérite l’excellence car contrairement à ce qu’on pense souvent elle est curieuse, pertinente, audacieuse… prête à des aventures où il est question de comprendre comment va le monde ou comment il ne va pas… et à s’engager pour qu’il aille mieux… Emile en quelque sorte, devient le symbole de cette jeunesse là… une jeunesse en laquelle on croit.» conclut Jean Bojko ajoutant : « C’est le point d’interrogation qui crée l’Homme… et la Femme… ».

__________________________________

VERNISSAGE de l’exposition pastels,en présence de l’artiste, Isabelle Derangère… samedi 18h30 au PAC des Ouches. Les œuvres seront exposées 6 au 31 janvier 2015, au Pac des ouches, du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 19h….

__________________________________

10858075_784040894966673_2576045235108805511_n__________________________________

10922762_379831828864115_7893022746206199031_n__________________________________

10887428_329701110565164_9066165946296303830_o__________________________________

Coulanges : soirée gospel à l espace des saules à 19h le 17 janvier 2015

__________________________________

Nevers : Alcaline en concert

samedi 10 janvier, 20:00

Bar Le Continental : secteur Pôle-Arts

__________________________________

10896886_754463084636301_5142969539022891288_n__________________________________

Nevers : L’exposition sur l’origine du Monde

gustave-courbet-l-origine-du-mondeL’origine du Monde de Gustave Courbet, un tableau fabuleux, dans lequel on voit une femme allongée sur un lit, belle et nue, avec vision pour le spectateur sur le sexe épanoui. Scandale à l’époque mais également renommée, à tel point que des années plus tard, un nivernais, lui aussi de renom, a l’idée de soumettre cette thématique à une vingtaine de peintres, triés parmi ses amis, le tout sur un format identique à l’original. L’origine du monde aujourd’hui, messieurs-dames, à vos pinceaux… Vous l’aurez deviné, je fais partie du lot et j’ai planché. Vous n’en saurez rien de plus, nous avons des consignes. Les toiles devront arriver à l’exposition cachées sous une toile et n’être dévoilées que le soir même du vernissage. Ce sera en mars, dans un lieu encore secret, mais le blog des peintres de Nevers sera un relais éclairé et tous les amis seront invités.

Pierre Duriot

__________________________________

rcf01__________________________________

10904039_328316880703587_1467575495910246759_o

__________________________________

10887665_1574875092747340_3539055298040935053_o__________________________________

Par Michel Benoît, avec son aimable autorisation : Une bonne et heureuse année qu’on s’était dit, non ?

Voici ce que j’écrivais le 21 décembre sur ce même blog à l’occasion de cette fin d’année. Une petite rétrospective  de cette année 2012 qui avait brillé par son absence de tout… De courage, de justice, de volonté, d’honnêteté, de solidarité… enfin de tout quoi !Et bien c’est un copié collé que je fais pour l’année 2014. D’accord entre les deux il y a 2013, mais rassurez-vous elle n’est pas meilleur…Enfin, simplement une bonne et heureuse nouvelle pour beaucoup, au moins 50% des électeurs : La droite est restée au pouvoir !
Bises, à toutes et à  tous.
L’année 2012 va s’achever dans quelques jours. Que pouvons-nous retenir de cette année bissextile qui avait commencé par un dimanche et qui célébra l’année de la Chauve Souris ? Que retiendrons-nous de cette année qui fut déclarée année de l’autisme par un premier ministre qui, si l’on en juge ses non-réactions face à la misère grandissante et au mécontentement des français, doit l’être également. Car il faut être autiste pour ne pas voir et se rendre compte que, décidément, quelque chose à changé dans le comportement des français. Si en janvier il ne s’est rien passé de bien formidable, le mois de février vit la consécration de l’acteur Jean Dujardin aux Oscars. Un acteur qui remporte l’oscar du meilleur acteur dans un rôle muet, il n’y avait qu’un français pour remporter la victoire. Car la France est devenue la patrie de la langue de bois, il n’y a qu’à se remémorer les discours de nos hommes politiques en avril et mai de cette année pour en être convaincu totalement. Ce qui était possible au printemps est devenu impossible en été.. Et oui, ce sont les mystères des élections. Mais beaucoup sont rassuré, la droite est restée au pouvoir !
Ainsi, alors que nous assistons à une éclipse solaire en mai, le nouveau gouvernement en profite pour s’éclipser devant ses électeurs qui, demandent naturellement leurs dus à des hommes qui seraient encore dans leur province si ces mêmes électeurs n’avaient pas été mettre leur billet dans l’urne nationale. En juin, en pleine période législative, Vénus passe devant le soleil alors qu’une certaine Valérie tente de passer devant une autre certaine Ségolène, twitt oblige… L’étude des astres nous prédit un prochain passage en 2017, nous verrons bien si ces deux dernières sont toujours sur le devant de la scène…Fin juin, le tour de France prend le départ de Bruxelles, alors qu’arrivent dans cette même ville de nombreux hommes d’affaires, comédiens et autres artistes voulant échapper au fisc. Depardieu fait parti de ces derniers, certains s’en étonnent, d’autres non ; ils n’oublient pas qu’avant d’être acteur, le beau Gérard était un petit voyou… Même quarante ans après, on n’échappe pas à ses origines…On comprend mieux maintenant que le rôle de Danton fût beaucoup plus pour lui qu’un rôle de composition…
Si l’été se passe tranquillement, enfin pour certains, la rentrée arrive avec ses fracas de tracas et les bombes à retardement éclatent obligatoirement: Le chômage explose ! Et rien n’y fait, même pas le clown de service qui est à la tête depuis quelques mois du ministère du redressement de l’industrie, un certain tartuffe qui finit par être démasqué par la grande majorité des français en novembre, alors que le gouvernement des têtes à claques passe un accord avec l’homme fort de la sidérurgie. En novembre, les frères ennemis de l’UMP tentent de détourner notre attention dans un numéro de claquettes plutôt réussi mais rien n’y fait et en décembre, quelques illuminés relayés par les médias, qui en profitent pour vendre du papier, et ils ont bien raison, nous prédisent la fin du monde pour le 21 décembre, le 22 décembre le chômage est toujours grandissant, Hollande est toujours aussi drôle, Ayrault aussi boute en train, Sarkozy toujours aussi omniprésent…
Enfin, on termine l’année avec un grand débat dont tout le monde se moque : le mariage pour tous ! Si on se fou vraiment d’un truc c’est bien de celui-là ! Et puis, qui aurait pu prédire il y a quarante ans, que les copines du MLF, anti mec, anti lois, anti tout… Manifesteraient aujourd’hui pour se marier comme tous les salauds de bourgeois qu’elles avaient fustigé en leurs temps ?
Alors l’année 2012 va s’achever dans quelques jours… Et alors ?
Michel Benoit

__________________________________

10846436_274776472646326_7283713966229289387_n__________________________________

Ateliers de création de l’Association des paralysés de France

APF – 5/11 quai des Mariniers – 58000 NEVERS

ARTS PLASTIQUES :

– Mardi 27 janvier de 14 h à 16 h 30

– Mardi 24 février de 14 h à 16 h 30

– Mardi 24 mars de 14 h à 16 h 30

– Mardi 21 avril de 14 h à 16 h 30

– Mardi 19 mai de 14 h à 16 h 30

– Mardi 23 juin de 14 h à 16 h 30

ATELIER ECRITURE :

– Lundi 26 janvier de 14 h à 16 h 30

– Lundi 23 février de 14 h à 16 h 30

– Lundi 23 mars de 14 h à 16 h 30

– Lundi 20 avril de 14 h à 16 h 30

– Lundi 18 mai de 14 h à 16 h 30

– Lundi 22 juin de 14 h à 16 h 30

__________________________________

Le LIONS club organise son CONCERT DU NOUVEL AN qui aura lieu à la maison de la culture de Nevers le 4 janvier 2015 à 17h00, (17€ gratuit pour les moins de 12 ans) avec l’orchestre National de SIBIU et le cœur philharmonique de CLUJ sous la direction de François Robert GIROLAMI. C’est un spectacle magnifique que de voir et d’entendre tous ces musiciens se synchroniser pour faire surgir des mélodies éternelles. Les bénéfices de cette manifestation sont destinées à des œuvres caritatives choisies par le LIONS Club Nevers Doyen.

Les billets en messages privés sur https://www.facebook.com/thierry.chapeau

__________________________________

10873422_869365359770879_3260985771641276150_o

__________________________________

Edito de Janvier

2014 aura été l’année du record de visites (19500) pour le blog des peintres de Nevers dont la fréquentation n’a cessé d’augmenter annuellement depuis sa création. Beaucoup d’artistes s’y retrouvent et les articles des pages apparaissent dans les moteurs de recherche. Musiciens, écrivains, peintres, photographes y sont tous au chaud avec leurs productions ou manifestations et je nous souhaite à tous pour 2015 une année encore plus fréquentée. A voir l’état de nos ambiances nationale et internationale, on se dit qu’un peu d’art ne nous fera pas de mal, quelle qu’en soit la nature, au moins, il nous détourne du quotidien pas toujours rose et nous permet des moments de pure grâce, nous présente la réalité sous d’autres jours et insuffle souvent de nouvelles forces. Bref, c’est bon pour ce que nous avons tous plus ou moins. J’invite une nouvelle fois les amateurs et professionnels de l’art, sur le grand Nevers ou d’ailleurs qui fréquentent le blog à envoyer photos et articles sur mon mail aa.duriot@orange.fr pour figurer dans les pages. Quand même, il faut le rappeler car ce n’est plus anecdotique comme aux premiers temps, des visites arrivent quotidiennement de l’étranger, francophone en particulier mais pas seulement. De bonnes raisons pour livrer à nos compatriotes installés au-delà de l’horizon d’avoir des nouvelles de la cité ducale. Sur ce, bonne année 2015 à tous.

Pierre Duriot

boutonaart2

Nevers : La Socquette : danse contemporaine

g1

Elles sont trois, belles filles, danseuses, ne se connaissaient pas vraiment, mais l’une d’elle, avait de la suite dans les idées, avec ou sans ses copines, qui a donné, « Avec ou sans sucre », un genre de happening bien réglé, avec des allures d’improvisation parfaitement maîtrisées qui ajoutent à la spontanéité. Le fil conducteur, cette tasse, ce petit café du matin ou de toute heure du jour ou de la nuit, selon qu’on soit salarié ou noctambule, ce moment de partage à deux à trois, entre collègues artistes, sur des musiques typées. Festif, rock-n-roll, tradition, électro… plusieurs styles se sont enchaînés, plusieurs chorégraphies aussi, en écho aux partitions, avec parfois des personnes du public entraînées dans le spectacle. Lascives, agités, syncopées, sensuelles, les artistes ont assuré depuis la rue au milieu des voitures, jusque dans les tréfonds de l’endroit, sur un vieux canapé sous la voûte en pierre. Happening intense, non hermétique comme peut parfois l’être la danse contemporaine, réconciliant mouvement et chaleur, « Avec ou sans sucre » exalte la féminité, le mouvement, les corps et les cheveux, dans un ballet engagé et communicatif qui devrait, peut-être, après ce coup d’essai, être revu sur d’autres lieux et dans d’autres circonstances. J’oubliais un truc, ah oui, le carnet de notes indispensable de tout critique d’art digne de ce nom, je n’ai retenu qu’un nom sur les trois, celui de Gwenaële. Promis, je me tuyaute et récupère les noms des deux autres danseuses pour modifier la fin de l’article. Ce sont Delphine et Elodie.

g2

_______________________________________________

g3

___________________________________________________________

g4

                                                                                           Pierre Duriot

_______________________________________________

En octobre, le concours de peinture CreArt : voir la vidéo

https://www.facebook.com/video.php?v=765197450182773

_______________________________________________

Affichefdt

________________________________________________

LE TEMPS DE QQ JOURS

________________________________________________

avaition2

__________________________________________

Les Papillons : clôture en novembre à Carpentras

RECTO.2014 chapelle

Vous vous souvenez certainement de cette manifestation évoquée dans le blog pour la bonne raison que j’y participais : les Papillons de Carpentras. Festival international, 200 toiles, 200 peintres, des œuvres sur support souple présentées tout l’été dans la rue au milieux des nombreuses festivités qui caractérisent cette ville du sud. L’heure est au bilan et les toiles les plus appréciées seront à nouveau exposées, puis celles pour lesquelles les peintres ont donné leur aval seront vendues aux enchères. Si vous êtes de passage dans le coin, le carton est pour vous.

Pierre Duriot

_______________________________________________________

Nevers : Ciné-Photo-Club : images exploratoires

phc

Les adhérents du Ciné-Photo-Club proposent une démarche originale de créations photographiques à partir d’images d’archives, avec des techniques modernes. Fouilleurs d’images d’antan, les photographes contemporains ont prélevé quelques clichés des choses de la vie ou à forte teneur émotionnelle et les ont retravaillé, utilisant diverses techniques à la manière des précurseurs de l’argentique, chercheurs de supports fiables pour immortaliser ces images d’époque afin de léguer aux générations futures une part de leur vie quotidienne. Rénovation et création se superposent pour redonner aux scènes anciennes un lustre actuel mais également faire diversion dans les méandres du temps, invitant le spectateur à l’égarement artistique et poétique. Quelques dizaines de clichés, quelques photographes, une explication éthique et la volonté d’enclencher une réflexion sur l’image et le temps. A voir dans les locaux du club, à côté du palais ducal, jusqu’en janvier.

Photo à venir

________________________

1477803_813557258695870_626985777_n

________________________

Nevers : Les femmes pilotes ont décollé…

mangel1De gauche à droite : Corine Mangel, Adriana Domergue, Denis Thuriot et Philippe Cordier (adjoint au maire).

Affaire de passionnés mardi soir, à la délégation militaire de Nevers où se sont retrouvés les chevilles ouvrières et les passionnés du prochain meeting aérien du dimanche 28, à la Sangsue. Adriana Domergue, présidente de l’association des femmes pilotes, Denis Thuriot, maire de Nevers et sa colistière Corine Mangel, principale organisatrice de la manifestation, ont accueilli les visiteurs au milieu des panneaux à la gloire des femmes pilotes ayant marqué l’histoire de l’aviation française. Chaque intervenant a présenté l’exposition et la manifestation qui, au fil des semaines, ont pris une ampleur médiatique intéressante avec des articles de presse et un énorme buzz sur les réseaux sociaux. Les avions passionnent, signe d’une bonne santé, celle qui consiste à savoir encore s’émerveiller et regarder plus haut et plus loin. On est bien, avec cet engouement salué par le maire et la conseillère municipale dans la passion rassembleuse, celle qui pousse le public à admirer des femmes et des hommes d’exception, celle qui permet aussi d’envisager le dynamisme des aviatrices et aviateurs comme un axe de développement économique pour Nevers et sa région. En noir et blanc ou en couleurs, photos et textes exposés place de la Résistance témoignent du courage, de l’engagement, de la rigueur et de la modernité, qui ont présidé à la conquête du ciel par des femmes. Elles seront à l’aérodrome de Nevers, pour certaines et devraient offrir un spectacle populaire et enthousiaste : réservez votre dimanche.

___________________________________

A la suite du Salon des Dames, les amis et partenaires de l’ACNE ont aussi décidé de marquer le centenaire de la naissance de Marguerite Duras.  Ils projetteront Moderato Cantabile de Peter Brook le lundi 3 Novembre à 19h30 à la MCNN.  Le film fera l’objet d’une analyse filmique par Catherine Lebaupin, qui avait assuré avec ses élèves d’Alain Colas une vidéo sur notre salon 2013.

____________________________

L’atelier d’écriture sous le tilleul reprend ce lundi 22 septembre à 14 H dans les locaux de l’APF, 5-11 quai des Mariniers 58000 NEVERS

Cet atelier est ouvert à toutes et tous !

___________________________
avaition2
___________________________
duriotexTK2
___________________________
Pour ceux qui connaissent Patrick Chadeyras ou pour tous les autres, vous pouvez retrouver tout son travail littéraire
sur son nouveau blog ainsi que ses recueils de Fables édités en lecture complète avec accord de mon éditeur !
Une démarche rare, profitez-en !

_________________________________

Le Crédit Agricole de Nevers St Martin

Agence locale de Nevers secrétaire et la Caisse Locale de Nevers

ont le plaisir de vous inviter

au vernissage de l’exposition de peintures de

Bénédicte Notteghem

Le mercredi 01 octobre à 18h30

A l’agence de Nevers St Martin

Rue des Merciers

58000 Nevers.

____________________________

expo onlay 20 september004

_____________________________

10540798_588059054656971_4691520024319762016_n[1]

_____________________________

10686902_261291100661530_2354625990615500389_n

_____________________________

Nevers : Toby Connor : une nouvelle porte musicale

toby

Sa chanson emplit l’air assoupi de la rue du Commerce, une mélodie de rue inhabituelle, merveilleuse, presque trop, pour une chanson battue sur le pavé. Toby Connor fait la route avec sa pop anglaise où pointent toutes les tendances qui nous ont fait rêver depuis les Beatles. Jeune, avec un look entre Morrison et Gallagher, avec une musique aussi entre ces deux-là. Seul avec une vieille guitare, demi-caisse à ouïes, électrique, il est adossé aux vitrines, avec ses disques en vente dans la boîte à guitare. Comme ses airs, il se démarque, musicien de rue pour promouvoir ses textes et ses musiques, lancé dans une tournée française hors des grandes salles où il n’a sans doute pas encore accès. Toby Connor est en verve et en rêve, tout à sa pop-rock, à ses riffs bien anglais, à ses planés interminables, façon Doors, à ses sonorités londoniennes, façon Oasis. Envoûtant, il a déjà une groupie fidèle, sa petite amie qui le photographie sous toutes les coutures pour assurer la promotion. Il faut s’arrêter un moment, ne pas le rater, s’offrir cet instant de pop tendre et poétique, quand la guitare, la voix et l’ambiance vous attrapent par la manche et semblent vous raconter que vous avez été les premiers à vous asseoir devant un magicien des rues, un mercredi après-midi dont vous vous rappellerez quand l’homme sera sur un écran, peut-être… j’ai le disque, avec les orchestrations… un petit bijou. http://www.tobyconnor.com

Pierre Duriot

____________________________

Alcaline en concert samedi 20, à Varennes Vauzelles. Concentration moto des Crash Boulons. Démarrage du live à 21 h, et la météo semble être invitée…

______________________________

Olga Vichneva : à Artistes Galerie Nevers

10700437_570409233085097_3926147983283563653_o[1]

Photo : Olga, au centre, entourée de deux collègues artistes lors de son vernissage.

olga01

Olga Vichneva, discrète, aux toiles colorées, graves, rugueuses, mais enjouées également, presque jusqu’à l’illustration de livres enfantins, quand elle peint les animaux, les gens, la vie quotidienne. Mais elle se penche aussi sur la vie la plus sombre, celle qui s’exprime à travers les traits tendus, les attitudes prostrées, les paysages urbains… elle traite finalement de l’actualité, renvoie en miroir aussi bien la difficulté à être que le bonheur de vivre. Face à l’adversité, elle érige la couleur, avec un toucher pointilleux, pointilliste même, travaille le moindre centimètre carré par la teinte et par la rugosité, mélange avec bonheur des tons pourtant antagonistes et chemine entre impressionnisme et expressionnisme, parfois jusqu’à l’abstrait ou au contraire à la figuration fine. S’il fallait lui trouver un qualificatif, ce serait « russe », tant elle peine à renier une origine autant qu’une imprégnation où rigueur et couleurs se renvoient la responsabilité de l’ambiance douce-amère, rude et bienveillante, des moments de bonheur simples. De ces villages noyés de bleu et de gris, de ces personnages tranquilles, pointe le bonheur ineffable et authentique, extrait d’un quotidien terne, mais qui vous plonge tout entier dans une atmosphère de tendresse.

olga02___________________________________

olga03___________________________________

olga04

Pierre Duriot

_________________________________________

Cosne : les Automnales : un élégant salon pour cette semaine

cosne1

Les Automnales, neuvièmes du nom, ont attiré la foule lors du vernissage de samedi soir, dans la très belle salle de La Chaussade, en présence du président Dominique Durain et de Michel Veneau, nouveau maire de Cosne-sur-Loire. Salon sur invitations, avec une quinzaine de peintres et sculpteurs sélectionnés par l’équipe associative de Formes et couleurs, la manifestation a proposé à la fois une diversité des techniques et une homogénéité de créations chez les artistes, présentant pour la plupart des séries cohérentes et thématiques. Le public ne s’y est pas trompé, venant en masse assister à un élégant vernissage accompagné par un musicien d’ambiance. Dominique Durain a présenté avec passion l’ensemble des artistes, évoqué le travail d’équipe pour la préparation et s’est projeté dans la dixième édition, l’an prochain, d’une manifestation arrivée à maturité et s’étant taillé une réputation du qualité. Le maire, Michel Veneau et d’autres interlocuteurs, ont marqué leur attachement à la perpétuation d’une vie artistique et culturelle dans cette salle qui devrait être mise à disposition deux semaines, l’an prochain. Ces neuvièmes Automnales sont à visiter jusqu’à dimanche prochain 21 septembre.

cosne2__________________________________

cosne3_________________________________

cosne4_________________________________

cosne5_________________________________

CAFE CHARBON

6 ème FESTIVAL SEPTEMBAL
Musiques et danses traditionnelles
Vendredi 19 Septembre : « BalÔcharbon »
Ouverture des portes 19h30 – Tarif unique : 2 EUR

TRIO PINOTEAU-TOURNY (Berry)
Les frères Pinoteau, que vous aviez découverts avec « Les piliers de bal » lors du tout premier Septembal, sont de retour dans un nouveau format intégrant désormais Sébastien Tourny (La Bête Noire, Duo Tourny) Ce personnage est connu pour la qualité de son jeu marqué « Centre-France » et comme luthier-facteur de vielles.

ROMAIN PANSIOT SOLO (Nevers)
A l’occasion de la présentation publique de son premier album « Faut pas s’looper », Romain dévoile la beauté musicale de compositions riches et dansantes. Elève de la classe de vielle du Conservatoire de Nevers, il révèlera aussi toute l’inventivité et la modernité dont il sait faire preuve notamment à travers l’usage de sa vielle électro-acoustique et de son looper.

Vous entendrez également d’autres musiciens et groupes en émergence : Lémoano, les DamoiZ’L, Triad, les Re-belles et la Très Grande Pa(t)rade.

Jeudi 25 Septembre – LES CHARBON’HEBDO
JamOcharbon – 19h – Gratuit
En cette 1ière partie de saison les « Jam » retrouveront un rythme plus régulier. Le bar du Café Charbon restera le cadre le plus approprié à cet esprit de rencontre et de partage entre mélomanes et musiciens qu’ils soient amateurs, professionnels, jeunes, adultes, seniors, hommes ou femmes car ici chacun est invité à jouer ou écouter de la musique. Différents formats seront proposés par l’équipe du Charbon et notamment Fabien Guenot le référent et coordinateur de ces événements. Dans tous les cas venez passer un moment convivial et surtout amenez vos instruments !

Contact infos et renseignements : Fabien Guenot : prod@aucharbon.org

_________________________________

Dernières nouvelles de la chapelle Saint Sylvain à Nevers

— Merci à la revue mensuelle et gratuite Koikispass pour la page consacrée à la chapelle St Sylvain dans son numéro de septembre.

— Réfection complète de la toiture de la chapelle à partir du lundi 15 septembre par l’entreprise Anquetil. Huit mois de démarches pour Permis de Construire et Financements. Aides de la Camosine, de l’Etat et de la ‘’Sauvegarde de l’Art Français’’ (mécène parisien) qui rendent ces travaux possibles, lesquels assureront la pérennité de l’édifice. Nous prenons le reste à notre charge car nous ne sollicitons jamais de subvention de la Ville ni du Département pour ne pas alourdir les dépenses des collectivités territoriales.

— Chaque visiteur du prochain week-end recevra gracieusement une ancienne tuile (vers 1850) sur laquelle sera marqué le tampon de la chapelle.

— Découverte aussi de la dernière œuvre entrée dans la chapelle : peinture de Michel Philippart qui ‘’revisite’’ le Christ de Grünewald, visible à Colmar

— Réservation au 06 72 56 87 78 pour des places qui restent disponibles à 14h, 15h et 16h le samedi 20 septembre ou à 14h, 15h, 16h et 17h le dimanche 21 septembre

Rue Mlle Bourgeois à Nevers

__________________________________

Bertrand Devin et les Showguns en concert à la médiathèque de Cosne sur Loire.

devin01__________________________________

devin2_________________________________

devin3_________________________________

devin4

_________________________________

cp71

_________________________________

Nevers : une année d’histoire en photos d’archives

19441

1944 : année charnière de la guerre, celle du sursaut, de la Résistance, du tournant, dans une France qui souffre, coupée en deux par la ligne de démarcation, nourrie aux tickets de rationnement, dans l’attente des libérateurs, l’oreille collée à une radio diffusant des messages seulement compréhensibles par les initiés. L’histoire s’est écrite dans la ville, dans des publications éphémères ou appelées à de grands avenirs et les moments ont été intenses, meurtriers, dramatiques, aux quatre coins de la Nièvre. Une exposition à vocation pédagogique, par le Conseil général et le musée de la Résistance de Saint-Brisson, retrace cet épisode glorieux et tragique, d’il y a 70 ans, cette année nivernaise et nationale d’exception, inflexion décisive dans la construction de ce que sera l’après-guerre et notre monde d’aujourd’hui. A voir sur les murs entourant la préfecture et le Conseil général dont les membres ont verni l’installation jeudi soir en compagnie de nombreux visiteurs.

19442

________________________

10593199_10203845329725888_5242743795016761207_n

_________________________

cosne_________________________________

ATELIER ARTS PLASTIQUES animé par DÈSLou

La créativité sous toutes ses formes

Atelier pour s’éclater en laissant libre cours à son imaginaire en utilisant divers supports :

– couleurs (peinture, feutres ou autres)

– collages

– inclusions de divers matériaux (sable, sel, pierres, écorces …)

Mardi 23 septembre à 14 H

Mardi 21 octobre à 14 H

Mardi 25 novembre à 14 H

Mardi 16 décembre à 14 H

ATELIER D’ECRITURE animé par Yvonne Ollier

Mots glissés sur le papier ou texte construit… Mots lus par chaque participant… Simple mot …

Aucune importance, l’essentiel est de les laisser venir, de les lire et d’en parler

Lundi 22 septembre à 14 H

Lundi 20 octobre à 14 H

Lundi 24 Novembre à 14 H

Lundi 15 décembre à 14 H

Lieu des ateliers : Délégation APF – 5-11 quai des Mariniers – 58000  Nevers

_________________________

10686824_644972598934967_4432794710835548910_n

_________________________

Olga Vichneva
Du 8 septembre au 31 octobre
​ vernissage le samedi 13 à partir de 17h en présence de l’artiste
Facebook ARTISTE GALERIE

REGARD SUR LA VILLE 7
et sur www. pierredaudet .com retrouver l’annonce sur aart2

____________________________

Les prochaines expositions de Lydia Luppi.

– du 28 septembre au 12 octobre, 39e salon international de Buxières Les Mines (03) – collective
– le 25 et 26 octobre, Mains d’artistes à Garchizy (58) – collective
– du 1er au 13 décembre, centre culturel Leclerc à Coulanges les Nevers (58) – personnelle

_____________________________

PAC des Ouches : Moon… Photoshoppeuse

moon1

Une jeune femme a emménagé sous la voûte du PAC des Ouches à Nevers, avec tout une ribambelle de jeunes femmes, jolies, diaphanes, poétiques, les anciens se souviendront des jeunes filles d’Hamilton, des ambiances câlines de Sarah Kay, mais avec Moon on est passé à la modernité et les outils informatiques n’ont pas leur pareil pour créer des ambiances, installer les modèles devant des paysages somptueux, les noyer dans des univers aquatiques, les magnifier dans des brumes numériques. Photoshop, entre autres, permet ces nouveaux tours de force artistiques, envoie la réalité sur d’autres plans et propose d’autres mondes irréels, impensables, fantasmés. Moon nous régale de ces images dont on connaît l’artificialité mais qui nous séduisent en enclenchant l’imaginaire et le rêve. Tirages soignés, personnages élégants, ambiance feutrée, tous les ingrédients du voyage hors de la réalité sont bien là. Payez vous une petite tranche de quotidien magnifié avec le vernissage, demain, samedi 06 septembre et l’exposition, tout le mois de septembre.

moon2
_____________________________
10662890_660190154088362_1110926339_o
_____________________________
Pierre Duriot en dédicaces, samedi 06 septembre chez les bons amis du centre Leclerc-Média de Coulanges-lès-Nevers. De 10 à 12 heures et de 14 à 17 heures.
ccg1
_____________________________
1555303_641368432628717_2513275480998175250_n
_____________________________
domi moulins
_____________________________
Bertrand Devin et les Showguns étaient en concert samedi 30 août au centre Leclerc-Multimédia de Coulanges. Retrouvez les sur leur page Facebook au https://www.facebook.com/Showguns?fref=ts
Showguns
_________________________________
10620656_280065318862077_7853961035293059358_n
_________________________________
Bénédicte Nottegheim communique
L’Atelier « la joie au bout du pinceau », redémarre mercredi 24 septembre avec Laurence Bélanger qui me remplace. Laurence a peint pendant 4 années dans un atelier similaire à Paris, elle est artiste peintre sur porcelaine et en peinture décor.
Quant à moi, je viendrai peindre en tant que participante et ce, pour mon plus bonheur !
Les tarifs sont inchangés soit 10 € la séance d’une heure et demi pour une inscription à l’année, matériel compris.
Il y a 29 séances dans l’année scolaire.
Les horaires : 14h30/16h ou 16h30/18h.
Pour les inscriptions et les renseignements complémentaires je vous remercie de vous adresser directement à Laurence au 06 42 42 40 10 ou par email
____________________________
C’est à Nevers, le dernier Week-end de septembre, c’est étonnant, rare, national, porteur de rêve et de génie… venez tous ! On commence par une exposition du 23 au 30 septembre.
aviation
_________________________________
avaition2_________________________________
TF1 à la guinguette des ponts de LoireC’est à Eaux-mêlées randonnées, l’endroit où on loue des canoës pour descendre la Loire et des vélos pour pédaler le long du fleuve. Ils ont fait une guinguette cet été où les groupes locaux se sont succédé, dont les Frères-Rabouin, célèbres jazz-manouche-men ben d’ici. Ce 31 août, dernier jour des vacances, sniff, je me mouche un bon coup avant de continuer l’article… Les Rabouins disais-je, en m’essuyant les yeux, assuraient (ils assurent toujours) la clôture. Mais au cas ou, Aldo avait amené une pile de 45 tours, si ça existe encore, ne contenant que des bons souvenirs, pour faire danser les mamies et quelques papys. Bref, il y avait de l’ambiance dimanche après-midi, foule même, M. le maire Denis Thuriot, des conseillers municipaux et la caméra de TF1 avec une jeune journaliste brune d’un ma foi fort beau gabarit. Ca nous garantit un reportage sympathique au niveau national, après que la même chaîne de télévision eut qualifié la cité ducale de ville morte perdant entreprises, commerces et habitants… du coup, ils se rachètent. Merci aux auteurs de cette initiative, à la municipalité de montrer son intérêt et aux nivernais présents, de se rassembler là et de nous rappeler ce que fut le défunt Gai-Rivage où nous allions, dans le temps prendre un verre ces mêmes dimanches soirs.
Pierre Duriot
___________________________
Pierre Duriot en dédicaces, samedi 06 septembre chez les bons amis du centre Leclerc-Média de Coulanges-lès-Nevers. De 10 à 12 heures et de 14 à 17 heures.
____________________________
Des amis parisiens et une nivernaise aussi :
carton_internet
____________________________
Exposition    Maguy Gracedieu
au   Restaurant   ( Le Bengy) route de Paris .
jusqu a  fin  novembre.
DSCF7760

_____________________________________________________

cosne

_____________________________________________________

Edito de septembre :

De l’iconographie à l’art émancipateur et révolutionnaire

Les artistes ont été contraints durant des siècles, cantonnés au service des puissants qui les nourrissaient et leur faisaient immortaliser des lignées de têtes couronnées, ou représenter les scènes de la passion, les instants forts de la religion. Ces productions avaient un but pédagogique, tenaient parfois lieu de programmation socialement correcte pour les peuples massivement analphabètes, alors que les nobles et les ecclésiastiques dominants maîtrisaient l’écriture et le calcul. Puis l’art s’est émancipé, à mesure que son utilité éducative, iconographique n’a plus été nécessaire. Mieux, il a été le moteur de l’émancipation et les peintres se sont mis plus assidûment à représenter la condition paysanne, ouvrière, à montrer des corps dénudés, à montrer l’horreur des guerres. Les photographes ont pris le relais, dans certains domaines, de ces missions de dénonciation et d’alerte dévolues aux peintres et écrivains, mais la vocation reste pour les artistes écrivains et plasticiens. Elle est même plus que jamais d’actualité tant le retour des obscurantismes est prégnant. Le totalitarisme économique est au travail, de la part même de ceux sensés le combattre, martelant la voie unique choisie tout en déniant aux peuples la possibilité d’un autre avenir que celui d’esclave. Le totalitarisme religieux bat son plein également, sous des dehors bienfaiteurs, terrorisant lui aussi les populations avec des décapitations, lapidations, enlèvements. Aurions nous mis près de deux millénaires à virer par la porte nos exploiteurs et nos religieux pour les voir en quelques décennies revenir par la fenêtre ? Face au lavage cathodique des cerveaux, à la violence des places financières, aux grignotages de nos libertés de conscience par des religions terroristes, reprenons nos rôles émancipateurs. La liberté n’est jamais une conquête définitive, elle est un ouvrage éternel, nos arts également.

Pierre Duriot