Les peintres du mois d’août 2014

Publié: juillet 29, 2014 dans peintures, arts

boutonaart2

____________________________

cosne

____________________________

10627393_655848684522509_10280753_o

____________________ 
Jeudi 28 Vendredi 29  Samedi 30 Août 15h 19h
Derniers jours de l’exposition SISMIKAZOT
Visitez la page facbook de la galerie
Le site de la galerie www.pierredaudet.com 

________________________________________________

affiche 2 festival grange serrées A3 (2)

_________________________________________________

DèsLou en Nièvre : http://deslou.over-blog.com/tag/peintures/

Evanescence 2012

Invitée de l’association Regards, l’artiste canadienne DÈSLou, est actuellement en visite dans notre département et présente tout au long de cette prochaine année ses œuvres. Passionnée par l’art pictural depuis son plus jeune âge et après quelques essais à l’aquarelle, puis l’huile, c’est avec l’acrylique que l’artiste trouve sa réelle personnalité. Ses toiles abstraite et intuitives, s’inspirent des émotions et ressentis vécus par l’artiste… On ne peut rester indifférent à la peinture de DÈSLou. Ses couleurs chaleureuses nous pénètrent dès les premiers regards et nous entraînent dans l’imaginaire de chacun. De mémoire, DÈSLou a toujours eu de la peinture sur ses doigts. Si enfant elle créait déjà avec quelques crayons de couleur, aujourd’hui, fidèle à l’acrylique, elle aime y incorporer des feuilles d’or, des sables et autres composants offrant du relief et de la matière pour renforcer l’énergie de chaque toile. L’émotion est là et nous pénètre… Sa peinture est un langage universel exprimant la tendresse, la force et la magie de la vie. Elle est le passeur entre la réalité et l’intériorité de notre être. Tout est vie dans ces peintures ! Chaque toile est vibration, explosion colorée offrant l’envie de la pénétrer pour mieux se l’approprier et découvrir alors les personnages, silhouettes, animaux qui s’invitent. Devant ses toiles, le temps s’arrête, nous ne nous appartenons plus… nous vivons la toile… tout simplement ! Nous vivons, comme l’artiste, uniquement le temps présent.

Après une exposition particulièrement réussie durant un mois à la galerie « l’Insolite » à Cuffy (le Guétin) dans le Cher, nous la retrouverons très vite dans divers lieux dont nous gardons, pour l’instant, le secret…

Par Yvonne Ollier

____________________________________

Deux nouveaux livres pour Jean-Louis Riguet

Mon ami Jean-Louis Riguet, très prolifique, signe deux nouveaux livres avec un éditeur nivernais. Voici les synopsis et n’hésitez pas à lire cet auteur, ex-notaire, toujours très documenté et auteur de « La bataille de Loigny », déjà présenté dans ce blog.

______________________________

DELIRE TRES MINCE

Titre du livre : DELIRE TRES MINCE – Qu’as-tu fait de ta vie, Petit Homme ?

Date de première publication : 2014

Éditeur : Éditions du Masque d’Or – collection Parole d’Homme

Nombre de Pages : 290 pages

Numéro ISBN : 978-2-36525-037-5

Libre disponible chez l’éditeur :

Éditions du Masque d’Or, 18 rue des 43 Tirailleurs à 58500 CLAMECY

Tél /Fax : 03 86 27 96 42 – masquedor@club-internet.frwww.scribomasquedor.com

Délire Très Mince 1ère (1)

Le genre :

Le livre est un essai. Deux parties constituent cet ouvrage.

Une première partie intitulé 3 X 7 est un échange entre trois personnages imaginaires :

Le Créateur, l’architecte du monde, qui crée le monde en sept jours. La Genèse nous renseigne sur cette création, jour après jour.

L’évolutionchronohumaine, qui tente de constater que l’homme se construit, année après année, ou plutôt plage d’années après plage d’années, selon une évolution constante sans que l’homme n’en ait conscience.

Le Petit Homme, qui est le réalisateur de sa vie, et qui se débat comme un beau diable, au gré des années qui passent.

Une deuxième partie titrée Notaire est un abécédaire à partir uniquement des lettres du mot Notaire mais qui ne parle pas uniquement de cette fonction.

Le cadre :

Le premier chapitre, 3 fois 7, est une partie de ping-pong entre trois personnages : le premier, le Créateur, l’architecte du monde, propose ses réalisations des sept premiers jours du monde. L’accomplissement est grandiose à en croire la Genèse. Le deuxième, l’Evolutionchronohumaine, confectionne une règle de l’évolution chronométrée de l’exécution, étape après étape, de la vie de l’homme. Rigide dans sa conception mais flexible dans la pratique, elle est un processus incontrôlable. Le troisième, le Petit Homme, le réalisateur, se débat comme il peut dans son existence au gré des années qui passent. Il avance, revient en arrière, repart en avant, jouit des bienfaits, se débat contre l’adversité, bref il vit comme il peut.

Le deuxième chapitre, Notaire, est un abécédaire dont les entrées ne concernent que les lettres de ce mot. C’est une variation libre où l’auteur se découvre, à un moment donné, professionnellement ou intimement en révélant une mémoire partielle de l’homme. C’est une image figée un jour, mais évolutive dans le temps, pouvant être remise en cause.

Y a-t-il une corrélation entre le Petit Homme et l’auteur ? Qu’as-tu fait de ta vie, Petit Homme ?

____________________________________________

ARISTIDE

Titre du livre : ARISTIDE la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918)

Date de première publication : 2014

Éditeur : Éditions Dédicaces

Nombre de Pages : 164

Numéro ISBN : 978-1-77076-399-9

Libre disponible chez l’éditeur : Éditions DÉDICACES

ble

Site : http://www.dedicaces.ca

Les libraires ont la possibilité de se le procurer directement sur ce site ; un onglet spécifique est prévu à cet effet avec les conditions habituelles.

Le genre :

Le livre est un roman. Il s’agit d’un roman historique relatant la vie d’un homme et d’une famille pendant la guerre.de 1914-1918, sur la Butte de Vauquois.

Le cadre :

Aristide est le petit-fils de Louise et Jean-Baptiste qui étaient les amis d’Augustin qui s’est illustré à Loigny-la-Bataille pendant la Guerre de 1870, au Château de Villeprévost. Ces faits historiques sont contés dans un roman, Augustin ma bataille de Loigny, publié aux éditions Dédicaces.

Aristide a 20 ans à la déclaration de la Guerre de 1914. Il se trouve enrôlé dans un régiment qui va combattre sur la butte de Vauquois, près de Verdun et du massif de l’Argonne. Vauquois, un haut fait de guerre pour les Orléanais ! Aristide participe à l’enfer qui sévit sur cette butte et dans toute la région. Il en sort blessé, meurtri, marqué par ces quatre années de guerre sans pitié et en conserve des séquelles jusqu’à la mort. Pendant ce conflit tragique, Germaine lui donne un enfant André.

Comment survivre dans cette tragédie humaine ? Comment vivre ensuite ?

Le drame humain d’une famille orléanaise dans un cauchemar guerrier !

Les personnages principaux :

Le personnage principal est Aristide, un jeune homme issu d’une famille beauceronne vivant près du château de Villeprévost à Tillay-le-Peneux, près de Loigny-la-Bataille. Cette famille a vécu la guerre de 1870 dans ce château transformé en hôpital de campagne par les Prussiens. Son histoire a été relatée dans AUGUSTIN ma bataille de Loigny, publié aux Éditions Dédicaces.

Le roman relate la vie d’Aristide sur la Butte de Vauquois, un haut fait de la guerre, tout près de Verdun, et de sa femme Germaine restée à Orléans. Les aspects affectifs résultant de ces années de guerre sont également évoqués.

Les faits historiques relatés sont véridiques, à tel point qu’un monument commémoratif a été édifié quelques années après la fin de la guerre, avec une participation importante des Orléanais.

Un devoir de mémoire.

La Préface :

Jean-Louis RIGUET s’était déjà attaqué à la guerre de 1870 dans l’Orléanais. Aujourd’hui, en ces temps de commémoration séculaire, il oriente notre réflexion vers la Grande Guerre, celle de 1914-1918, dans la région qui lui est chère.

Il ne s’agit pas réellement d’un roman de guerre. Le sujet ayant maintes fois été traité, mieux vaut savoir y apporter sa touche personnelle, et pas seulement en y incluant le régionalisme et l’esprit de clocher. Il s’agit avant tout pour l’auteur de faire revivre dans les mémoires de l’Orléanais – partant, dans la mémoire collective – le drame humain d’une famille de cette région.

Imagine-t-on vraiment, lorsqu’on est assourdi par le vacarme des batailles et des sonneries aux morts, ce que fut l’existence de jeunes mariés que cette épreuve inhumaine a dû séparer ? Peut-on penser à ce qu’ont réellement éprouvé tous ces jeunes gens comme les autres, sans histoire ni violence, qui ont dû se transformer en machines à tuer et acquérir des automatismes meurtriers que jamais leur vie simple ne leur avait inculqués ?

Aristide, Germaine, des prénoms bien Français, des jeunes gens sans histoire, que la Grande Guerre a su traumatiser, a failli même détruire. À l’heure où des chefs d’État jetaient leurs jeunesses les unes sur les autres, sans conscience ni pitié, comment pouvaient survivre de jeunes couples, dont l’enfant est né en plein conflit, même si le jeune père a eu la chance de revenir de cette terrifiante épreuve ? Comment vivre ensuite ? Telle est la lancinante question qui va se poser au terme d’une hallucinante épopée dont tous les jeunes hommes de France et d’ailleurs n’auraient jamais voulu…

C’est donc avant tout ce drame humain qui transparaît dans cet ouvrage. C’est au cœur de cette tragédie intime que Jean-Louis RIGUET plonge le lecteur, avec des termes simples et précis, mais toujours empreints d’une sagesse humaniste qui seule sait contenir la trame des meilleurs romans s’inspirant de la vérité dans un tel sujet.

Thierry ROLLET

Agent littéraire

Liens :

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.wordpress.com/

__________________________________

10382299_843790525633473_7746719070294308964_o

__________________________________

Amis du Blues , bonjour.

Dans une semaine il sera trop tard…

Rendez-vous avec un très bon programme de Blues pour cette 12ème édition de Blues en Loire à La Charité sur Loire !

Des spectacles pour le jeune public dès le mercredi,  des concerts pour petits et grands pendant 4 jours, dont plus d’une douzaine gratuits, un programme alléchant également à la Halle aux Grains, avec The Suitcase Brothers (ESP), Tangled Eye (USA/NL), Mamma’s Biscuit (FR), Elmore D (BEL), et pour finir samedi avec, The French Blues Explosion, des Français aguerris par des années de concerts, et pour un unique passage en France cette année, Otis Grand Big Blues Band (UK).

Il est encore possible de réserver des places, soit à l‘Office de Tourisme de La Charité sur Loire (03 86 70 15 06), soit par l’intermédiaire de bluesenloire.com et le site sécurisé de moxity.com.

_________________________________________________

10568879_256720234451950_2221552917431884221_n

_________________________________________________

1907742_839445096094210_5975207586527786278_n[1]

_________________________________________________

Jeudi 14 août, à 20h30, le groupe Alenko aux forges royales de Guérigny.

__________________________________________________

Le jeudi 14 août, Christian Dupuy expose ses peintures au  Syndicat d’initiative de Saint-Saulge. Vernissage à 18h30.

___________________________________________________

Blues à La-Charité

Et oui, voila le 12ème Festival de Blues en Loire qui se pointe à l’horizon.

Pendant 4 jours,  du 20 au 23 Août, le Blues mettra la ville en fête, dans le cadre somptueux de la Charité sur Loire, avec des invités de France, d’Amérique et d’ailleurs pour un voyage par les Bayous, le Delta, Chicago, la côte ouest ou le Texas, dans la diversité d’une musique sans cesse renouvelée.

Plus de la moitié de ses concerts sont gratuits, de quoi réjouir petits et grands.

Réservations à l’office du tourisme (03 86 70 15 06) ou sur les sites sécurisés de vente en ligne:  www.bluesenloire.com, ou moxity.com

Rendez vous dès le mercredi 20. Le programme sur leur site en PDF.

______________________________________________

Nathalie Blondeau chez ARKO

L’artiste sera présente à la galerie mercredi 06 août à partir de 14h00 pour une Performance sur la vitrine. Le samedi 09 août de 14h00 / 19h00 vernissage Arko Arcandiers en musique avec « Qui Vous Savez » « Couleurs et transparence » Des arbres du Morvan aux masques africains, les toiles de Nathalie Blondeau ne laissent pas indifférent. Les jeux de couleurs et la transparence accentuées par la lumière qui traverse coté pile, donnent à chacun des tableaux coté face, poésie et force. Nathalie Blondeau artiste plasticienne aime les rencontres avec la matière après des séries de portraits sur bois c’est avec le papier qu’elle explore la couleur et la transparence, toujours avec des matières premières de récupération : papier de soie, kraft, tissus, pétales, dentelles… le tout est tendu comme une peau de djembé dans des cadres, eux aussi recyclés. (Article de presse du JDC de Mr Denis Chaumereuil – le 11 fév. 2012) Le 06 août, lors d’une performance Nathalie Blondeau installera un immense collage sur la vitrine, le vernissage aura lieu le 09 août en musique avec « Qui Vous Savez ».

______________________________________________________

1601983_1475942459316047_6326177711919069587_o

 

_______________________________________________________

Création de : la Confrérie de la langue de bois, par Michel Benoît

Les membres de cette confrérie ont pour but de désigner chaque année la personnalité qui se sera fait remarquer dans l’année en cours par une déclaration ou une phrase que l’on qualifie de «  Langue de bois ».

33333

Qu’est-ce que la Langue de Bois ?

Langage figé, coupé de la réalité, et qui véhicule, de manière artificielle, un message intentionnellement truqué. La langue de bois est l’ingrédient de certains slogans, formules très générales, censées frapper les esprits et faciles à retenir, mais cachant une certaine obscurité de l’argumentation et des buts recherchés. L’expression noyer le poisson signifie également éviter un sujet en utilisant la langue de bois. Eluder les questions embarrassantes, parler pour ne rien dire, brosser l’électeur dans le sens du poil, autant d’exercices dans lesquels la plupart des hommes politiques excellent.

L’Action :

Cette désignation se fera à midi le dernier samedi de novembre de chaque année  après un repas servi aux adhérents, à jour de leur cotisation, dans un restaurant ou bistro de leur choix du Centre-ville de Nevers où il leur sera servi de la langue de bœuf ou de la tête de veau au choix et à l’issu duquel, après débat, le lauréat de l’année sera élu aux voix sous bulletin secret. Après communication officielle du résultat, il sera remis au lauréat de l’année, sous forme de trophée, une langue de bois en bois.

Adhésion :

L’adhésion est libre. Il vous suffit uniquement de retourner ce bulletin à :

La Confrérie de la langue de bois : Chez Michel Benoit : Hameau de Marcigny : 58240 Saint-Pierre-le-Moûtier

Il est recommandé à chaque adhérent de réunir durant l’année des déclarations entrant dans l’appellation : Langue de bois.

Ces déclarations, ou phrases, devront être accompagnées de la date à laquelle elles ont été prononcées et du support servant de preuve qu’elles ont effectivement été prononcées par la personne désignée.

Le repas du midi,  dernier samedi de  Novembre de l’année sera réglé par chacun. Une cotisation sera demandée ( non-obligatoire ) pour faire confectionner une langue de bois en bois réalisée par un artiste locale.

Cette langue de bois sera remise à l’heureux gagnant par les membres de la confrérie à la suite de la désignation.

__________________________________________

Edito d’août : Et la culture bordel !

Quand en 1905 l’enseignement gratuit laïc et obligatoire s’est imposé à la nation, les hussards noirs de la République sont allés dans les fermes, scolariser bon gré mal gré les gamins des champs, représentant à l’époque 90 % de la jeunesse française. Ce faisant nous avons propulsé le pays dans la modernité, donné à chacun, hommes et femmes, la possibilité de comprendre et surtout d’intervenir dans le débat public, d’exercer la citoyenneté donc de faire vivre la démocratie. Nous avons fait reculer les ecclésiastiques. Ils surfaient au contraire sur l’inculture pour noyer les masses ineptes sous des préceptes iconographiques indiscutables, s’imposant de manière dogmatique à la totalité de l’existence des êtres, culpabilisés de ne pas mériter, en cas d’insoumission, un paradis fantoche et de terminer dans un enfer que la science de l’ère de l’analphabétisme ne risquait pas de contredire. Seuls les gens de pouvoir, curés et nobles, ceux qui maîtrisaient l’écriture, pouvaient prétendre à commander et asservir. Il en va ainsi aujourd’hui, dans un spectaculaire hoquet de l’Histoire, quand ces mêmes gens de pouvoir, maîtrisant toujours l’écriture, donc l’information, maîtrisant en plus la nouvelle forme d’écriture qu’est la programmation informatique, asservissent à nouveau, noyant la masse dans l’illusion d’un diplôme au rabais et la programmation d’une culture poubelle, matraquée sans relâche dans un vacarme si assourdissant qu’il n’y a plus qu’une partie d’entre nous pour s’extraire du boucan afin de goûter les fruits d’une vraie réflexion. Dans ce grand vide rentre le culte béat de l’objet de marque, inutile devenu indispensable, rentrent aussi les versets d’une autre religion, de paix et d’amour, laquelle comme ses grandes sœurs, se prétend de sagesse mais draine l’obscurantisme et la mort. Ne les croyez pas, la paix et l’amour n’existent pas en tant que tels, ils s’apprennent, par la culture qui précède la compréhension. Jamais dans l’histoire, les détenteurs de réponses et de certitudes sur un prétendu dieu supérieur, sur une prétendue race supérieure, sur une prétendue idéologie supérieure, n’ont jamais amené la paix où que ce soit. La culture seule, du questionnement, du langage, de l’écriture et des arts, permet ce partage d’idées et ces compromis générateurs de paix et d’amour. En cet été meurtrier, quand tous agitent sous votre nez leurs icones et leurs martyrs dans des ballets hypnotiques, ne vous laissez pas abuser, ne prenez parti pour personne, aucune vérité, fut-elle divine ou politique et bien enrobée, n’a jamais réalisé autre chose que la tentative de soumission des masses incultes.

Pierre Duriot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s