Les peintres du mois de mars 2014

Publié: février 23, 2014 dans peintures, arts

boutonaart2

Nevers : samedi 29 mars : Soirée électro à la Socquette

so1

La Socquette de la rue de Nièvre s’affirme à Nevers comme un lieu vraiment alternatif et personne ne s’y trompe. Samedi soir, c’était bondé, de toutes les générations, pour un happening électroplanant au milieu d’œuvres d’art. Un vieux pote me demandait en rigolant en cette période électorale, « Mais alors c’est une socquette droite ou une socquette gauche ? Ni l’un ni l’autre, c’est pas une petite chaussette marquée politiquement, c’est une petite association décalée. Tu m’en diras tant ! ». Bref, en entrant, avant même la musique, on est dans le bain avec les sculptures en pâte à modeler de Zarno, posées façon vitrines mais dans des cadres usuels, récupérés, repiqués à la robotique ménagère, reconvertis, sur le mode critique acerbe ou ode à la société de consommation.

so2Galaf dans ses oeuvres

Et puis, il y eut Galaftronic, comme un retour dans le futur d’une autre époque, rappelez vous ces séries des années soixante-dix, où des types en pyjama intergalactique couraient à la rencontre des mondes extraterrestres dans des scènes qu’on imaginait pour l’an 2000 et qui ne seront finalement jamais. Avec ses claviers et ses tables de mixage, Galaf nous a fait une ambiance improbable, sur fond de capitaine Kirk tentant un contact du troisième type avec des créatures aquatiques pensantes sur un monde humide frappé de zénitude.

so3Magnet surveille son oeuvre à l’appareil photo.

Au-dessus, il y a avait Magnet, non pas en lévitation libre mais en auteur d’un décor en rapport avec l’ambiance, vaguement hippie translucide, agité dans le souffle des spectateurs, dans la veine de ses arbres livrés aux vents et volutes thermiques. 21 heures, retour à la civilisation terre à terre, si j’avais eu 20 ans de moins, j’aurai enchaîné sur le Café-Charbon où la foule se pressait. Finalement, malgré tout ce qu’on a pu dire durant cette campagne, Nevers n’est une ville si morte que ça.

Pierre Duriot

 

—————————————————-
28 mars 2014 à 20h30 – La Transverse à Corbigny
Pièce chorégraphique pour 5 hommes de la Compagnie les alentours rêveurs de Serge Ambert : Les blessures volontaires : Juste après…La compagnie les alentours rêveurs nous a transporté hier soir dans « un lieu dévasté ».
27925_10151392648223410_830385661_n
Après un silence pesant, des tensions ressenties et véhiculées par des corps animalisés, des êtres humains ont réappris sous nos yeux à se découvrir, à se ressentir, à se respirer… quand l’être humain à son état sauvage redécouvre l’instinct de survie, l’autre, les autres si différents qu’ils nous dérangent, si proches qu’ils nous attirent, deviennent indispensables.
Alors se créent des liens, des connexions, une harmonie instinctive véhiculée par une musique sans âge, un instrument rédempteur qui éveille les âmes.
Des êtres échoués dans un lieu dévasté qui réapprennent à cohabiter, une façon de se mouvoir, de communiquer, de régner sur les restes brisés d’une vie passée.
Cette « forme poétique alternant gravité et légèreté » éveille une sensibilité instinctive chez les spectateurs qui redécouvrent avec plaisir des souvenirs lointain d’une humanité proche de la tribalité…Ne sommes-nous pas finalement des animaux civilisés égarés dans un individualisme inhérent à notre société matérialiste?
Gwénàailes
______________________________
Samedi 29 mars – 19h
Local de la Socquette – 32 rue de Nièvre
Prix libre + adhésionGalaftronic viendra tout d’abord nous présenter sa nouvelle création sonore, à la limite de l’expérimentale et de l’electronique.
Site officiel de Galaftronic : http://mankey.free.fr/galaftronic/
Pierre Luzy, batteur de formation, effectuera ensuite une performance ambient unique intitulé « Early Bird » qu’il finalisera en direct lors de ce concert. L’environnement visuel sera assuré par Jean-Louis Magnet.
site officiel de Pierre Luzy : http://www.musicunit.fr/artists_14.html
site officiel de Jean-Louis Magnet : http://www.jl-magnet.com/

___________________________________________

JEUDI 3 AVRIL à partir de 18h     Galerie ARKO place Mossé Nevers :RENCONTRE-DEBAT   entrée libre : Thème     Persistance de la peinture.

Depuis des dizaines d’années, de multiples expressions artistiques se sont multipliées : photographies, installations, land-art, happening, infographie, vidéo, … Au sein de l’Art Contemporain, peindre devenait presque rétrograde. Pourtant, la peinture persista. L’Art Contemporain l’intègre de nouveau à part entière. La majorité des peintres, amateurs et professionnels, n’a jamais quitté ce support, refusant même toute autre pratique. Cette Rencontre-Débat, animée par Michel Philippart, abordera ces mutations artistiques qui concernent les artistes internationaux, mais aussi les créateurs régionaux. Rencontre-débat qui n’établira pas de hiérarchie ou de jugement de valeur entre les différents médiums d’expression artistique. La persistance de la Peinture sera au cœur des échanges d’opinions avec le public et les créateurs, peintres ou pas, qui seront présents. Une autre Rencontre-débat, en novembre prochain, tentera de dresser un tableau des structures privées ou publiques qui régissent la circulation des œuvres d’art, contemporaines ou pas (circuits souvent imperméables entre eux).

 

_____________________________

transv

_____________________________
Le photographe Jean-Michel Pouzet sera à Vézelay

________________________________

Jeudi 27 mars : Charbon’Hebdo – JAMOCHARBON
Ouverture des portes 19h00 – entrée libre

________________________________

v00g54yi

________________________________

Dernier concert des FRANGINS D’YVETTE à La SIMPLICITÉ le 22/03…Nevers….Merci à tous d’être venus aussi nombreux….et bien sûr à toute l’équipe de La SIMPLICITÉ…..pour l’accueil chaleureux….

cy

De la part de Marie Iglésias

______________________________________

Affiche concert (2)

______________________________________

affiche arko Bruno Goury.indd

______________________________________

Vendredi 4 avril 2014 à 18 h 00

À l’Office de Tourisme

Patricia Muller et ses Calligraphies

Avec l’aimable participation d’artisans d’art
Lecture en hommage à Omar Khayyâm par
Anne Belleveaux – éditions Potentille

Exposition visible du 1er au 30 avril 2014
de 10h à 12h – 14h à 17h 30 du mardi au samedi
5, place Sainte Croix 58400 La Charité sur Loire

_________________________________

Le peintre Nivernais Pierre Duriot sera exposant au Parc-Floral de Vincennes avec le cercle des Artistes de Paris.

Affiche2014-A5

________________________________

 Concert de Mélody Guitare à Poiseux, le week-end dernier, l’une de leur fans a transmis quelques photos. Ci-dessous.

guit1

En chœur à l’église.

guit2

Julien à la direction.

guit3

Le patron du Chat-Qui-Louche aux manettes.

deviation

————————————————————

François Bonneau : les disques d’un poète

fbonneau
Putain quarante ans, depuis les premiers refrains distillés comme ça, avec une guitare et une voix un peu rugueuse, un peu douce amère, une voix à la Brassens ou à la Ferrat. C’était en colonie de vacances, à la fin des années soixante. Des moniteurs hippies aux cheveux longs et aux yeux embrumés chantaient cela à la bande de gamins dont j’étais. Nous étions assis en rond, ébaubis, admiratifs de ces couplets de bancs publics, de Margot, du gorille, de ces vers à l’époque, de mauvaise réputation. Le pornographe du phonographe, comme disaient les honnêtes gens nous a fait rêver et chanter, sages sur nos culs, terminant avec quelques notes de guitare nos journées de ski et de macramé. François Bonneau a dû tomber dedans quand il était petit, comme Obélix dans la potion magique, a dû être biberonné jeune adulte, comme nous autres marmots, encore en noir et blanc sur les photos, avec ces chansons à textes, descriptives de nos vies et de nos mœurs, romancés par un iconoclaste. Et le François a fait sa vie, sage et souriant, déambulant comme toujours avec une bonhommie sympathique. Il repeuple aujourd’hui avec toute la grâce et la poésie d’antan ces chansons devenues à la musique ce que sont à la photographie les scènes merveilleuses de Robert Doisneau. François le poète est inattendu à sa guitare, ravit les anciens dont je fais désormais partie, enchantera de grands gamins d’aujourd’hui se demandant de quoi se berçait la jeunesse de leurs parents et grands-parents. Le dernier disque de l’artiste a été enregistré un soir récent, au centre Stéphane-Hessel de Nevers lors d’un concert intimiste avec un public sage, assis en rond, tout ébaubi et admiratif.

                                                                          Pierre Duriot

_____________________________________

Marie Iglesias nous fait passer cette photo des musiciens de Silver-Moon, en compagnie du patron du Chat-Qui-Louche, bar de la rue Saint-Etienne à Nevers, avant leur dernier concert du vendredi 14 mars.

chatquilouche

————————————————————-

L’Atelier 38 – Samedi 15 mars 2014 à 18h- Vernissage de l’exposition des œuvres de Pascal Floréani : Entre être et paraître

DSC_1280

Pascal Floréani sait éveiller en nous une envie de voir « derrière voile des apparences ».

Après une précédente exposition au Pac des Ouches sur les sujets d’information, il a naturellement était attiré par les techniques utilisées pour véhiculer ces informations où le spectaculaire côtoie une violence très souvent exacerbée par un matraquage d’images.

Ainsi, ces dernières se superposent dans notre inconscient comme autant de couches de peintures déposées sur une toile. Cet autodidacte, géographe de formation nous laisse entrevoir une vision tronquée, pixélisée, déformée, camouflée de la réalité.

Ses outils de prédilection sont la spatule, le couteau et l’éponge qui laissent « des traces mouvementées » plus ou moins sombres sur « des formes géographiques » très colorées.

Une dominante de noir et blanc (virant au gris) qui pour l’artiste sont « les couleurs des photographies » mais qui représentent aussi « un duel entre le bien et le mal ».

Des images fixes prennent vie sous nos yeux derrière une opacité apparente : Des couleurs criardes jaillissent par un interstice ou sont déposées sur une toile avec « des mouvements vifs, impulsifs, spontanés » comme « une libération » après un trop plein d’images génératrices d’angoisse. Finalement, comme le suggère l’artiste, il suffirait d’enlever les couches de peinture pour voir ce qui se cache derrière mais le souhaite-t-on réellement ?

GwénàAiles

———————————————

Verrière-le-Buisson, vernissage du salon annuel, le nivernais Pierre Duriot sera au nombre des artistes sélectionnés.

verrieres

______________________________________

Rendez-vous à ne pas manquer, mercredi 2 avril 2014, de 17 h à 18 h 30 à la Médiathèque Municipale de Varennes – Vauzelles

Rencontre avec Franck Courtès, photographe- écrivain, et amateur de course à pied…

Son premier recueil de nouvelles « Autorisation de pratiquer la course à pied et autres échappées » est sélectionné pour le prix des Lycéens et apprentis de Bourgogne 2014, pour le Goncourt Nouvelles 2014, et a déjà remporté le prix Nouvelles de la Société des Gens De Lettres.

Entrée gratuite. Rencontre, suivie d’une vente – dédicace,  organisée par la ville de Varennes- Vauzelles, en partenariat avec le Centre Régional du Livre Bourgogne et la Librairie le Cyprès.

Renseignements au 03.86.21.46.59.

——————————————————————

 charb03

_______________________________________

La médiathèque de Nevers communique

En octobre 2011, Jacques Thuillier a légué à la médiathèque Jean Jaurès de Nevers des documents préparatoires aux catalogues d’expositions, des centaines d’ouvrages d’histoire de l’art dont plusieurs sont très rares, une collection inédite de plaques photographiques, des fiches de recherche, des dessins, mais aussi des documents plus personnels comme des poèmes ou des journaux qu’il tenait pour lui-même.

Afin de valoriser ce don exceptionnel, la Médiathèque Jean Jaurès de Nevers organise une exposition dans 4 lieux de la ville du 04 avril au 31 mai 2014 ainsi qu’un colloque les 4 et 5 avril.

Programme en version PDF : Expo-Thuillier

_____________________________________

Foire Exposition Nevers : samedi 15 mars à 16 heures
________________________________
Vendredi 14 mars
Bar Le Chat qui Louche ,15 rue st Etienne, Nevers 58000
Concert de Silver Moon , rock’n’roll, rockabilly
——————————————
Michel PHILIPPART expose à la galerie « Espace Belle de N. » à Nevers, au n°1 rue de l’Oratoire, du 9 au 15 mars 2014.
phili
Michel Philippart dont les dernières expositions ont eu lieu au Café Charbon et au Conseil génénal en 2008, nous propose, à l’Espace Belle de N., une rétrospective de ses œuvres depuis les années 50. Dans les années 1970, il aimait réaliser des copies de tableaux anciens de la période classique.  Puis dans les années 1980 il aborde une période figurative puis abstraite, évoluant vers des peintures « Géométriques » (1988 – 1998), des « Tableaux-Téléviseurs » (1999 à 2007). Les œuvres présentées reflètent une grande sensibilité artistique, et des influences, en particulier de l’art « dada surréaliste » des années 1930. On pense à Kurt Schwitters (1887-1948) et ses engagements pour l’art total (son art Merz 1919-1933), à Hannah Höch (1889-1978) et ses peintures photomontages dada-surréalistes, à l’œuvre complexe de Raoul Haussmann (1886-1971), aux collages d’Ad. Reinhardt, à Hans Richter (1888-1976) cherchant « un art langue universelle », utilisant autant le pinceau que les formes organiques et les objets. Il est bon de retrouver, en exposition à Nevers, le reflet de ces recherches de l’esprit créatif de l’enfance. Le XXe siècle a libéré l’art, il faut en tenir compte, et accepter les influences de la période dada-surréaliste sur de grands artistes, je pense à Joseph Cornell (1903-1972), Fred Yates (1922-2008), Ben Nicholson (1894-1982).  Cette exposition nous invite à nous rappeller les grandes heures de « l’art minimal » et de « l’art conceptuel ».
Michel Philippart diffuse à cette occasion ses nombreux ouvrages, traitant de sa peinture, de ses actions pour la restauration de la Chapelle Saint-Sylvain à Nevers, et des expositions d’art contemporain qu’il y organise.
Claude Bardinet
____________________________

Nevers : Sylvie Renault au PAC des Ouches

renaultblog

Quelle exposition ! Sylvie Renault a donné le meilleur de son art, explorant comme à son habitude les méandres de sa personnalité, sujet de prédilection, certes personnel mais déclinable à l’infini, en chacun de nous, hommes ou femmes, tant les sujets abordés nous concernent tous. L’amour, les parents, la vieillesse, le temps qui passe, les autres… évoqués avec sensibilité, avec des couleurs extraordinaires de chaleur et de tendresse. Sylvie se revisite sans cesse, se déguise, se rajeunit, se vieillit, imagine son corps et son esprit dans de nouvelles sensualités, sexualités, dans des fusions impensables par delà le temps et les clichés. Petite fille toute de questionnement, femme mûre ingénue et amoureuse, projections dans le temps et d’autres personnages… ode à la femme le jour de la femme, avec un vernissage le 8 mars, un vernissage bondé, blindé, de jeunes, d’artistes, d’amateurs d’art, étoilé de richesses terrestres de sucre, de nectar et de nourriture. Ce fut un bon moment.

———————————————————

Jean schefer : un néo-impressionnisme coloré

pierredaude

Jean Schefer expose en ce moment à Artistes galerie, rue des Merciers à Nevers chez Pierre Daudé. Couleur de nature, de vert, de bleu et de rouille, les toiles de Jean Schefer inspirent la quiétude, décrive la grâce de la nature et forcent traits et couleurs mis en relief par un toucher de pinceau proche de celui des impressionnistes, avec un traitement très contemporain des ombres et lumières. Morceaux de maisons décatis, coins de nature où la friche reprend ses doits, vieux mécanismes de bois vermoulus, ou alors collines éternelles coiffées de cieux azurs, constituent un univers apaisant, bucolique, de ces paysages entrevus au matin depuis les fenêtres d’une maison de campagne. Aux côtés de cet artiste, Pierre Daudé a organisé une pièce plus personnelle avec des expositions permanentes de ses petits préférés, à découvrir en toute intimité.

Pierre Duriot

——————————————————–
Plastic-age en concert à la Socquette, mercredi soir dernier, rue de Nièvre avec Appoline Magnet au chant.
10002664_608321292586441_1461349433_n
——————————————————–

1625594_667275906665186_711394845_n

—————————————————-

Mélodie-Guitare en concert

 guitare

  Vendredi   7  Mars    20 heures 30

En l’Eglise Saint Symphorien de  Poiseux : entrée 4 euros

—————————————————

La Nivernaise Roxane Ryan vous fait découvrir son 1er album lors de son « SHOW CASE » qui aura lieu à Reims le vendredi 21 mars. Entourée de ses choristes et de son guitariste,
elle vous fera partager un moment unique, rempli de pop, de soul mais aussi de Country, qui vous fera traverser les frontières, le temps d’une soirée, de votre soirée…

Roxane Ryan..
De son expérience scénique, elle a su acquérir une évidente qualité d’interprétation, en France, mais aussi en Allemagne, au Canada, ou aux Etats-Unis. Son premier album « In my heart » est à son image. Venez découvrir cette voix aux couleurs américaines, elle est à côté de chez vous…

Renseignez-vous dès maintenant..(Réservations limitées)

A très bientôt..

Contact réseau: Restaurant le  » 17″ à Reims, avenue Jean Jaures
03.26.89.08.80

———————————————————————-

prochaine exposition de l’Atelier38 avec 

Pascal Floréani du 14 au 23 mars prochain.
Vernissage le samedi 15 mars de 18h00 à 20h00

—————————————————–

Nevers : La socquette : des instruments de bric et de broc

socq

Petit à petit, la Socquette fait son nid avec des animations régulières en direction du public. Dernièrement, une balade en bord de Loire, un ramassage de bois flottés et de divers ingrédients a débouché sur la fabrication d’instruments de musique improbables, le tout suivi d’un concert. Alors que s’agitaient les perceuses et visseuses, votre serviteur, fut pris d’un coup de fatigue (l’âge sans doute) et du coup, j’ai raté le concert. En fait, il faut passer là-bas régulièrement, inscrire cette adresse dans vos promenades en ville, il s’y passe souvent quelque chose.

——————————————————–
N’oubliez pas Sylvie Renault
VERNISSAGE SAMEDI 8 MARS A PARTIR DE 18H30
Exposition du 4 au 29 mars
Du mardi au samedi de 10h à 12 et de 14h à 19h
PAC des Ouches, rue des Ouches – 58000 Nevers
Infos : 03.86.61.42.67
www.sylvierenault.com
———————————————————-
———————————————————–
Carton web Vache
———————————————————-

     Galerie  Belle de N.            Michel  PHILIPPART : Coin rue des rues de l’Oratoire et François Mitterrand à NEVERS : découvrir sa page dans http://www.lespeintresdenevers.com rubrique : le site, puis Philippart dans la colonne de gauche.

Du dimanche 9 mars au samedi 15 mars : Ouvert tous les jours de 15 à 18 heures : Vernissage   le dimanche 9 mars de 15 à 19 heures

N’ayant pas exposé depuis 2007, Michel Philippart propose une vision de ses 50 années de cheminement artistique. Peintures Géométriques des années 1988 à 1998, Tableaux-Téléviseurs de 1999 à 2007, ainsi que des toiles d’avant 1987 peintures figuratives ou abstraites, et des copies de tableaux célèbres (réalisées à ses débuts, avant 1973). Ses recherches plus récentes (depuis 2007) seront aussi montrées. De nombreux livres d’art et sur Nevers seront aussi proposés à prix réduit (5 à 20 euros).

 Objectifs de cette exposition

— Permettre à ceux qui apprécient ce peintre de redécouvrir certaines de ses périodes qu’ils ignorent.

— Faire découvrir ce peintre à ceux qui ne connaissent pas cette œuvre originale et diverse.

— Donner l’opportunité aux collectionneurs d’acquérir un tableau (de 50 à 150 euros).

— Libérer de la place dans l’atelier du peintre !

— Financer l’impression d’une nouvelle brochure intitulée

« œuvres contemporaines dans la chapelle Saint Sylvain, suite » qui traitera des nouvelles œuvres entrées dans cet édifice depuis 2011.

Exposition en place dès le dimanche 9 mars, 11 h, puis ouverture à 14 h

———————————————————-
Pierre Daudet Artistes galerie : rue des Merciers Nevers
Vernissage de l’exposition Schäfer dimanche 2 mars à partir de 15h
———————————————————–

Le Groupe : Vernissage pour le salon de printemps

GR01

Le Groupe, association artistique plus que centenaire, vernissait mercredi soir 26 février, son salon de printemps, avancé pour cause d’élection, au palais Ducal de Nevers. Cet événement regroupant des artistes et amateurs d’arts de toutes les générations partageant la passion de la peinture a une fois de plus fait le plein de visiteurs, en présence de l’invitée d’honneur, Maya Boigallays. Consacrée au dessin et à la peintre à l’eau, cette édition a permis de regrouper une foule d’acteurs et de passionnés d’arts proche de cette association de renom. En l’absence du président Frédéric Barbier, Henri Perceau, vice-président et Colette Prestat ont pris la parole pour accueillir les visiteurs parmi lesquels Jacqueline Richard, adjointe au maire pour la culture, ainsi que sa directrice, Jean-Luc Martinat, conseiller municipal et Guillaume Maillard candidat en lice pour les municipales. L’exposition sera visible pendant deux semaines.

GR02

A droite, Maya Boisgallays, invitée d’honneur.
———————————————————–
expo
———————————————————–

le vendredi 7 mars, à 18h30
à la Médiathèque Jean Jaurès
17 rue Jean Jaurès à Nevers

En partenariat avec la librairie Le Cyprès et Le Salon des Dames : rencontre initiée par Claire Garand, directrice de la Médiathèque, avec Berta ROTH auteur de :
Je ne suis pas d’ici

Françoise Querzola, présidente du Salon des Dames, nous parlera de « la littérature de l’exil » avant d’ouvrir la discussion avec l’auteur.

Le livre : C’est le récit d’une errance. D’exil en exil, la narratrice, que la sanglante dictature militaire avait forcée à quitter l’Argentine, son pays d’origine, se retrouve en Europe d’où ses parents avaient dû fuir à cause de la persécution nazie.
Errance entre des lieux, entre des langues, entre le passé et ce qu’il fallait oublier.

Mais “l’oubli a sa propre mémoire” dit l’auteur de ce récit qui provoque une réflexion sur des thèmes aussi divers que la langue maternelle, (qu’elle appelle langue naturelle) la langue d’emprunt, ou encore ce qu’elle a appelé, dans un essai psychanalytique, l’exil-des exils : l’exil de la narratrice venant redoubler et exacerber de nouveau les souffrances de l’exil parental

L’auteur : Berta Roth, d’origine argentine, est psychanalyste et créatrice de formes scéniques. Elle a publié de nombreux articles dans des revues littéraires et psychanalytiques, ainsi que des essais L’exil-des exils, et Dans le silence des mots.

——————————————————–

Jean-Michel Pouzet : photographe à découvrir

14878_10201222940729746_2056919736_n

Photographe plasticien Nantais, je pratique une Photographie contemporaine, minimaliste, coloriste et narrative, où l’interprétation allégorique est de mise. L’exposition « Une Autre Réalité » présente neuf séries, composées de grands formats de 90X120 et 40X50, qui veulent narrer des histoires « réelles » comme celle de « l’origine du monde », « du triangle sensuel » ou du « cimetière des éléphants volants ». Le texte qui accompagne chaque série, est comme une sorte de fabulette souriante et moralisatrice, superposant l’écriture aux mots photographiques. Elle fait suite à l’exposition « Impressions symboliques » qui réunissait 6 séries dont « La Dame Tatouée », « La croqueuse de jaune », « La visite au Paradis des Tracteurs » vue dans de nombreux lieux en France et au Québec. C’est une présentation artistique originale, qui tranche avec la photographie traditionnelle ; elle explore une abstraction, très colorée, un symbolisme chantant sur la morale, le social ou la sensualité… « Une Autre Réalité » demeure dans la continuité d’ « Impressions symboliques », précédente exposition Cette dernière insistait sur la démarche inconsciente du photographe lors de la prise de vue, en voulant montrer que chaque objet choisi pour être photographié a un sens imperceptible mais lourd de sens intérieur ; le photographe livre son intime sans qu’il en soit réellement conscient. Le titre « Impressions symboliques » reprenait ainsi l’impression d’être attiré par un objet, impression qui se coloriait d’un sens symbolique très rapidement quand, à la relecture, le sens profond apparaissait. « Une Autre Réalité » persiste dans cette lignée. Le titre porte l’idée que chacun de nous possède sa propre « réalité », qu’il peut exprimer ou pas. Cette « Autre Réalité » veut rehausser la poétique du visuel, comme si l’Art devait aider à franchir les limites de la perception naturelle. La subjectivité est revendiquée, montrant excessivement que la Photographie peut entrer dans ce champ artistique en toute quiétude. Le champ documentaire est loin d’être le seul champ photographique, ni même la seule essence de la Photographie. La présentation sous forme d’un polyptyque réunissant trois, quatre ou cinq tableaux est une mise en scène qui veut « forcer », par la répétition, la symbolique du sujet. C’est une présentation qui souhaite fortifier la rhétorique en portant le texte un peu plus haut. Ici, l’image et le texte s’entrelacent et s’illustrent mutuellement, l’image ayant été le germe de l’idée présentée. Le visiteur est appelé à faire usage des deux lectures : celle du texte, celle de l’image et de les gouter ensemble comme si l’une était le miroir de l’autre, comme si l’écrit plus l’image étaient le texte et la musique d’une « chanson photographique »

——————————————————–
Les bénévoles du Groupe d’émulation artistique à l’accueil des peintres et au montage de l’exposition cc lundi : vernissage le mercredi 26 février à 17 heures au palais ducal.
salong
——————————————————–
Jean Michel Grandjean et Patrick Carion en concert de soutien pour la croix rouge le 9 mars à 20 h 30 à la salle des fêtes de St Saulge. Réservations et renseignements au : 03 86 58 24 91.
———————————————————
Gros week-end de chant pour Agathe  et une photo en guise de conclusion
1688139_10203072669848054_807230762_n
————————————————————
Demain mardi 25/02 à La Socquette.
Chers Socquetteurs, pour l’atelier de création d’instruments, n’oubliez pas d’apporter quelques outils et matériaux ! Voici la liste : perceuse+mèche+vis (on en aura sur place, mais peut-être pas suffisamment…), pince coupante, boîtes de conserve, manche à balai, vieilles cordes de guitare… Venez à 15h30 à La Socquette pour le départ de la ballade, nous recherchons d’autres matériaux en nous promenant !
————————————————————
VERNISSAGE SAMEDI 8 MARS A PARTIR DE 18H30
Sylvie Renault
Exposition du 4 au 29 mars
Du mardi au samedi de 10h à 12 et de 14h à 19h
PAC des Ouches, rue des Ouches – 58000 Nevers
—————————————————–
programme-mois-page1[1]
—————————————————-
A l’occasion de la « Fête des Grand-Mères », La Maison de la Presse de Nevers espère votre visite samedi 1er mars au matin ! Au programme, la signature des « Orties douces », un livre à la fois intime et universel sur les émotions de l’enfance, avec le portrait de ma « Mémé », une femme aimante et généreuse. « Dis, Papa, c’est quoi un souvenir d’enfance ?… » C’est quoi ? C’est un hommage à nos grand-mères, au temps d’avant, avec un jardin, des frangins, des copains, des cousins…  « Les orties douces », aux éditions Rhubarbe, 5 euros. Avec l’auteur Jean-Noël Leblanc.

_______________________________

Edito de mars

Ma nièce veut devenir infirmière, sa mère a levé les yeux au ciel. Cette petite nous fait faire du souci, elle a dû être victime de stéréotypes sexuels à l’école maternelle. Sa mère la voyait conductrice d’engins et mon cousin grutière sur le port du Havre . Il disait ça mon cousin, parce qu’il aime bien la mer de ce côté là. Ils m’ont demandé mon avis. Pas trop le temps de réfléchir, je suis engagé dans la campagne électorale au service d’un entrepreneur. Drôle de zig, il se fatigue à faire vivre une boîte de voitures de sport au lieu de roupiller tranquille aux trente-neuf heures avec des soirées football. Ca me change de mes collègues enseignants. Il paraît qu’on n’est qu’un ramassis de gauchistes formatant les mioches au trotskysme dès la plus tendre enfance. Il faut croire qu’on n’y arrive pas si bien que ça, vu que le Front National progresse comme jamais. Faut bien que ce soit la faute de quelqu’un tout ce bordel. Et l’école a bon dos pour tout le monde. De toute façon, en Suède, il paraît qu’il n’y a plus de déterminismes de genre à l’école et tous les infirmiers sont des infirmières comme ici : je me marre. A ma nièce, je lui ai dit qu’elle n’écoute pas ses parents et qu’elle fasse ce que bon lui semblait. Non mais des fois, je travaille à former des gens qui s’assument et qui entreprennent et pas des gosses canapés. En peinture et littérature au moins, il y a autant de femmes que d’hommes et des homosexuels par wagons, mais je les aime mes amis artistes. Bon j’arrête, sinon, je vais me retrouver à poil.

                                                                                                        Pierre Duriot

Publicités
commentaires
  1. Insérer la photo de la toile que j’ai choisie, merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s