Les peintres du mois de janvier 2014

Publié: décembre 29, 2013 dans peintures, arts

boutonaart2

PIANO BAR

A L’HÔTEL PONT DE LOIRE/MERCURE

Venez-vous détendre dans notre LOUNGE BAR

Le Vendredi, 31 Janvier 2014 à partir de 19H00

Avec Michael Derocles

Quai de Médine, NEVERS

Tél. : 03 86 93 93 86

____________________________
vendredi 31 janvier, à 20:30
Centre Gérard Philipe, Varennes Vauzelles
_______________________________

Vauzelles : Sylvie Preudhomme sous la pyramide

predu012

L’artiste neversoise s’est permis un petit détour par la cité cheminote et expose actuellement toiles et sculptures sous la pyramide de verre de la mairie de Vauzelles. Toujours très colorée, avec des bleus et des oranges caractéristique de la palette habituelle, Sylvie Preudhomme mélange collages et dessins dans une nouvelle série à consonance symbolique et interrogative sur les origines, la sexualité, les chemins de l’âme et du corps. Des corps nus, de grands yeux, de l’ingénuité mais également parfois, une haute teneur érotique et sensuelle parcourt les toiles. Les sculptures sont de la même fibre, intègrent la troisième dimension à l’œuvre picturale, transforment le bric et le broc en personnages symboliques, en héros de couleurs figés dans un élan imaginaire. A admirer encore, cette artiste à l’imagination débordante, créatrice de teintes et de sentiments où se cache sa vie et ses amours.

predh011

________________________________
Nouvel album d’Emale
nouvel bannière facebook perso 2013
L’IndustriZic est fière de vous présenter EMALE, artiste française, folk / rock, à découvrir!! En pleine préparation de son 1er « vrai album »,  je vous invite à voyager à travers sa musique intime et authentique, belle fusion musicale passant par les étapes mythiques de la folk « rockifiée », des riffs et solos de guitare blues et des rondeurs vocales écorchées. Si vous ne la connaissez pas encore, vous êtes invités à la rejoindre sur le web, en attendant la sortie de l’album:

_______________________________________

pac012

_______________________________________

Le Café Charbon vous propose un nouveau rendez-vous ! ! !
Convivialité, proposition artistique et délire en tout genre vous seront proposés…
Le Café Charbon ouvre ses portes chaque jeudi à partir de 19H00 avec au programme : jam, musique, théâtre, expositions, dégustations, rencontres avec des artistes, etc… La 2ème soirée aura lieu le Jeudi 30 Janvier : Carte blanche à PLASTIC AGE + et partez avec des affiches de groupe.

___________________________________

Nevers : Le Groupe en assemblée générale

L’assemblée générale du Groupe d’émulation artistique est toujours un moment étonnant où l’on se rend compte de la vitalité de cette association engagée sur de nombreux terrains. Deux salons de saisons en automne et au printemps, avec des invités d’honneur prestigieux, des salons en partenariat avec Montillot dans l’Yonne, Cours-les-Barres dans le Cher, Decize, La-Charité, des participations dans divers événements festifs, à Nevers et dans les environs… constituent organisations et apparitions de prestige pour les artistes de l’association domiciliés dans toute la France. Mais encore, le Groupe anime des ateliers de portraits, de nu, de gravures, de monotypes, organise des stages, mène des partenariats avec des entreprises privées, reçoit un grand soutien de la mairie de Nevers et des municipalités où il organise ses expositions. Le président Frédéric Barbier a longuement relaté toute cette activité, donné la parole à ses co-administrés, eux aussi souvent très engagés dans la marche de l’association. Pour l’année 2014, tout devrait être reconduit et sera visible dans le site internet, lequel sera actualisé très rapidement  sur le lien legoupe.eu

AGgroupe

Toujours très convivial, le groupe des peintres et amateurs de peinture a terminé son assemblée générale par un verre de l’amitié partagé dans les salons du palais ducal une nouvelle fois aimablement prêtés par la municipalité de Nevers.

________________________________

Concert des FRANGINS D’YVETTE le Vendredi 31 janvier au Bistrot des Arcandiers….. à Nevers en soirée. Place Mossé.

_________________________

INSTANT SEX FOOD : Clarisse Rebotier : Galerie HEGOA : 16 rue de Beaune 75 007 Paris.

endive

Dans cette série « éroticoculinaire », j’ai associé des petites sculptures de femmes lascives à des aliments de consommation courante et variée. La mise en scène est intégralement réalisée en studio, parce que je cherchais à fusionner au mieux ces éléments à travers une lumière volontairement palpable ; la quasi monochromie permettant, comme en peinture, une exploration minutieuse des différentes valeurs de blanc.  Cette série de photos est comme une liste de recettes charnelles qui propose un regard à la fois sensuel et humoristique sur le corps, et offre des petits bouts de femmes « à consommer » : Dita Von Endive, Bettie Chou-fleur, Peggy Sue Camembert… autant d’effeuilleuses miniatures qui se prélassent telles les Pin’up, dans nos assiettes.

J’aime à fouiller les multiples relations que le corps entretient avec nos espaces. Comme autant d’autoportraits fantasmés, et grâce aux changements d’échelle, ces photographies me permettent d’érotiser notre quotidien et les choses familières qui nous entourent.

Elles sont ainsi un hommage photographique au Parti pris des choses  de FRANCIS PONGE. J’aimerais comme lui, explorer, éplucher l’endive jusqu’à l’absurde, jusqu’à l’épuisement… du légume ou du photographe. La photo sera une obsession, jusqu’au jour où, de rage, je piétinerai mon potager ! Mais… ce jeu a pour corollaire l’éternel recommencement ; et c’est avec amour et humour que je caresse inlassablement mes assiettes du regard. Mon travail est un sacerdoce : d’abord, il y a le noir. Le silence, presque parfait. Comme une attente. Et puis, il y a l’endive. 

__________________________________

Nevers : Salon des Dames

salon01La présidente Françoise Querzola : au centre.

Les choses se précisent pour les organisateurs du salon des Dames. Réunis vendredi soir dernier en vue des prochaines échéances, les différentes commissions ont défini avec plus de précision les tâches à venir et dressé l’état des lieux à un peu plus de quatre mois de l’échéance du 14 et 15 juin. Sponsors, partenaires, auteurs, communication… tous les paramètres ont été abordés avec très prochainement la mise en ligne des outils internet et la campagne d’actions en direction des différents partenaires. D’une certaine manière, toutes et tous sont entrés dans la dernière ligne droite.

__________________________________

Café-Charbon : Liz mutine

liz1

Une de ces soirées qui commencent mal, à la bourre, avec un article du jour à écrire pour hier et la pluie dans les phares : j’ai raté Liz Van-Deuq, la galette des rois, la fève, le concert gratuit quand on est le roi. Il ne reste que des miettes, la foule a tout mangé. Le Café-Charbon est blindé, de vieux potes sont aux instruments, je vois Liz, dans une silhouette noire, déambulant parmi les auditeurs, elle est jolie, comme une de ces grandes filles qui pourraient être mes filles.

liz2

C’est un bon début, dans cette société de l’image, il faut commencer par là. Les briscards embrayent, toujours à la bonne franquette, avec Bettini, Perrin, Pogo et quelques autres. C’est une jam, mais ça sonne bien comme toujours, ces gars là donnent le change, l’impression quand ils improvisent qu’ils ont déjà répété cent fois. Ambiance jazz, toutes les générations sont là, c’est cool. Puis rock, endiablé parfois, des reprises, des sonorités chaudes de cuivres et des guitares, encore des guitares, beaucoup de guitares, très blues, pentatoniques, à faire balancer les têtes.

liz3

Liz Van-Deuq s’approche du clavier, lève le bras au ciel, agite ses doigts en cadence… 3,4. Elle joue du piano debout, engage corps et âme dans les accords et les mélodies, les siens, ses paroles aussi. Mutine avant la note et lionne dans la gamme, elle tape un peu fort son piano parfois et déverse des rimes amoureuses dans l’air, de ces amours de jeunes, compliqués, poétiques.

liz4

Elle chante, d’une voix acidulée, sensuelle, rauque parfois, toujours juste. En fait, c’est carrément un moment merveilleux, avec des musiciens bien complices, les siens encore, un gars et une fille de sa résidence actuelle, Orléans et deux gars du coin rompus à l’exercice. Elle perce cette petite, il va falloir la suivre, de près, voter pour elle sur Facebook, revenir l’écouter samedi soir, dans ce même Café-Charbon, notez bien, c’est samedi 25 janvier. Merci Liz.

       Pierre Duriot

___________________________________
C’est bientôt le Carnaval et à cette occasion UDO FELDBUSCH, nous convie à sa belle exposition haute en couleurs au 38 rue de la Barre à Nevers : Carnaval en Forêt-Noire : Photographies de masques et de cortèges : 7 – 22 FEVRIER : Vernissage vendredi 7 février à 18:00 : Lecture de textes par Aurélie Laroche : samedi 15 février à 15:00  Permanences : Mardis et Vendredis 14:00/19:00

_________________________________________

D’JamOCharbon

Amies et amis de D’JamOCharbon bonsoir, L’année commence décidément bien, la preuve : Le Café Charbon qui, comme vous le savez maintenant, a repris le flambeau des Jams sessions propose dès le jeudi 23 janvier une soirée JAM & EPIPHANIE ave…c, en invités spéciaux, notre chanteuse préférée Liz Van Deuq (qui sera en concert le samedi 25 toujours au Café charbon) et Benjamin Flament, notre vibra-percussionniste et Master Chef bien aimé ! Pour la partie « Et pis Fanny », à noter que l’association Au Charbon paye sa galette ce soir-là avec plein de cadeaux aux reines et rois ! Qu’on se le dise ! En attendant, et c’est nouveau, vous pouvez retrouver la programmation du Café Charbon sur YOU TUBE : http://www.youtube.com/watch?v=tNfojsFs_7w&feature=youtu.be Et pour plus de renseignements RDV sur www.aucharbon.org

__________________________

gueri01

_________________________

lasoquette

___________________________

Livre : « Comment l’Education change la société » : Pierre Duriot : l’Harmattan

Tout se joue avant six ans ! S’il est un livre qui confirme cette doctrine c’est bien celui-ci.

Pourquoi les adolescents frappent-ils leurs professeurs ? Comme ça, sans crier gare, parce qu’ils ont eu une mauvaise note, parce qu’ils ont été contrariés. Pourquoi est-il si difficile d’être un bon professeur aujourd’hui ? Pourquoi ce métier ne fait-il plus recette chez les jeunes diplômés ? Voici les questions que nous pose Pierre Duriot dans son dernier ouvrage « Les jeunes » Discours non officiel – Comment l’éducation change la société.

Pierre Duriot après avoir écouté et enquêté auprès de parents et de professionnels,  tente de répondre à ces questions et nous oriente sur un chemin qui est le sien en élargissant sa réflexion à l’enfance de ces adolescents ou jeunes adultes et l’inscrivant dans le large contexte du statut de l’enfant dans nos sociétés occidentales. Tel un photographe averti, il analyse une ambiance globale, un air du temps, une série de facteurs qui se croisent entre les trois univers de nos jeunes, la famille, l’école et la société… Univers menacé aussi par un chômage agressif, une vie sociale de plus en plus difficile, un communautarisme renaissant, une violence aiguisée, compagne de tous les instants dont les retombées font la une des faits divers et se concluent en « marches blanches » pour retomber souvent dès le lendemain dans un néant déconcertant en attendant le prochain dérapage…

essai3(1)

Pierre Duriot nous abjure de ne pas blâmer cette jeunesse car dit-il à juste titre : « Nous sommes tous acteurs de leur « fabrication ».

Comprendre l’enfance et sa place dans la société c’est se replonger dans notre histoire sociale, celle des évolutions du statut de l’enfant au fil des décennies. C’est accepter le changement, ce changement d’éducation des enfants et de les inclure en tant que jeune adultes. Exercice difficile ! Ces jeunes, il faut bien l’avouer, ne sont plus les mêmes jeunes que quand leurs parents étaient jeunes. Ils sont programmés différemment, ont des perceptions, des analyses, des réactions face aux choses et aux événements qui n’ont plus rien de commun avec celles de leurs parents.

Ces « nouveaux jeunes »,  succèdent naturellement petit à petit à leurs aînés qui s’en vont à la retraite. Il en résulte un changement sociétal profond, une évolution inéluctable de la société que d’aucuns jugent plus individualiste, moins basée sur la confiance et l’esprit collectif, où les artifices électroniques remplacent le contact humain, où les systèmes de sécurité remplacent la confiance où tout le paysage social mute, transformé par l’arrivée progressive de générations éduquées autrement, formées autrement, programmées autrement, avec au bout de la route, une incompréhension fréquente entre les générations.

Comme nous avons eu les « constructeurs ou les reconstructeurs » qui ont après la seconde guerre mondiale, participé à la reconstruction du pays, et érigé les règles d’une nouvelle éducation pour l’époque, nous avons les «  héritiers » d’un pays riche marqué certes par les crises économiques et le chômage.  Les enfants éduqués « à l’ancienne » devenus vieux cèdent la place progressivement à des enfants éduqués autrement et les règles changent lorsqu’elles ne disparaissent pas, rendant de plus en plus difficile la perpétuation de la société, de ses valeurs, de ses règles, telle qu’elle avait été organisée, autour de l’école, du travail, de la production, de la consommation et des valeurs républicaines traditionnelles. Pourtant, si les changements éducatifs ont engendré chez nos enfants devenus grands, un autre type de rapport entre les personnes et avec les institutions, vouloir faire machine arrière et revenir à ce que certains appellent « le retour aux valeurs » serait probablement illusoire. Pour mieux comprendre ensemble les rouages ayant permis à de nouvelles valeurs de prendre le pouvoir sur de plus anciennes, Pierre Duriot nous dresse un état des lieux sur ce qui a changé, dans un ouvrage issu du terrain, sans concession mais sans procès non plus. Comme pour ses précédents livres Pierre Duriot nous propose un ouvrage à lire et à relire

Et… à conserver à porter de main au cas où….

Michel Benoit

______________________________

Concert des FRANGINS D’YVETTE le Vendredi 31 janvier au Bistrot des Arcandiers….. à Nevers en soirée. Place Mossé.

__________________________________

VENDREDI 17 JANVIER 2014 de 19H00 à 20H30

A L’HOTEL LOIRE/MERCURE DE NEVERS

(tous les vendredis)

 PIANO BAR AVEC MICHAEL DEROCLES

Michael DEROCLES  est  nivernais et professeur de Piano depuis 2007 à Varennes-Vauzelles spécialisé dans la musique de variétés. Son jeu est passionné. Son touché puissant. Venez l’écouter dans notre LOUNGE BAR autour d’un apéritif. Une salle confortable et une cuisine « fait maison » vous attend ensuite pour un agréable dîner aux chandelles dans notre restaurant « Côté Loire ».

 ________________________________________

bib1

__________________________________

bib2

_________________________________

Théâtre à Guérigny

toile-araignée-page1

_______________________

L’atelier d’écriture « Sous le tilleul » reprend en ce mois de janvier. Il aura lieu à la salle André Malraux à Varennes Vauzelles (derrière le centre commercial Cros Cizeau), rue André Malraux. Nous nous retrouverons le lundi 27 janvier à 14 H pour écrire nos mots… Et les partager ensuite avec chacun. L’atelier est gratuit. Merci de m’indiquer votre participation et de diffuser autour de vous.

Yvonne Drevet-Ollier 5 résidence des gazons – rue Château Gaillard 58150  Pouilly sur Loire 03 86 20 19 92 – 06 25 02 31 20

http://www.regards.asso.fr/

________________________________

Sylvie Renault au Mange-Disque à Paris

 sr01

Photo : Le maître des lieux du Mange Disque, RV et l’artiste à l’ouverture du vernissage Le Mange-Disque situé dans le quartier du Marais et à deux pas de Beaubourg, accueille jusqu’au 16 février, les toiles et dessins de l’artiste Charitoise, Sylvie Renault. Portraits de femmes et toiles narratives se côtoient dans cet espace autant coloré que convivial, ou la peintre, adepte habituellement de formats plus conséquents, a su composer une galerie de portraits en petit format afin de s’adapter au lieu et présente également pour la première fois, une série de dessins encadrés. Info : Au Mange Disque 15 rue de la Reynie, Paris 4. Métro Chatelet-Les Halles ou Rambuteau Ouverture tous les jours, de 18h à 2h

________________________________

Jean-Michel Grandjean communique : ce n’est pas pour tout de suite mais à mettre dans les agendas.

JM01

_________________________________

Rotor Machine sera sur scène le 31 janvier prochain à 20 h 30, au Centre Culturel Gérard Philippe, à Varennes-Vauzelles. Ce sera l’occasion de vous présenter un concert associant séquences vidéo, en lien avec l’univers textuel de Rotor Machine, qui lui est si propre.

__________________________________

Garchizy « éclats de rire »
Prochain spectacle le vendredi 24 janvier 21 h à « l’entre-fête » avec le chanteur humoristique « BARZINGAULT »
Renseignements, réservations dès maintenant au 06.84.39.22.64

_________________________________
Festival Tandem
La billetterie du festival ouvre le 15 janvier à la médiathèque Jean Jaurès de Nevers : achat et réservation de billets pour les spectacles gratuits et payantsRetrouvez toutes les informations sur le site du festival : http://tandem.nevers.fr et sa page facebook : Tandem festival littéraire de Nevers

______________________________________

Nevers : Michael Derocles au piano bar

mike

Photo moyenne, je sais, ferai mieux la prochaine fois.

L’hôtel de Loire soigne son ambiance avec la reprise des concerts impromptus dans son lounge les vendredis soirs. Michael Derocles, professeur de piano à Vauzelles a commencé sa tournée vendredi 10 janvier avec un répertoire de variétés anciennes et modernes, quelques titres entrés dans l’histoire et des musiques de films. Le jeune homme impressionne, avec un look vaguement Bee-Gees, mais un touché vif, passionné, maîtrisant accords et mélodies avec une dextérité lui permettant d’aborder d’immenses standards du rock. Il travaille, transforme, apporte une couleur très personnelle, à l’oreille, propose des arrangements, des basses, des tempos issus de sa manière de vivre et d’exécuter ses morceaux. Tel un guitare héros passé aux claviers, Michael Derocles alterne entre puissance et romantisme, comme ces groupes de cuir sachant séduire avec leurs ballades. Energique et captivant, l’artiste sera présents à l’hôtel de Loire les vendredis soirs de 19h à 20h30, histoire de bien commencer son week-end.

_______________________________

Jean–Noël Leblanc : auteur, en dédicace

La Maison de la Presse de Decize espère votre visite samedi 18 janvier au matin !

Au programme, la signature des « Orties douces », un livre à la fois intime et universel sur les émotions de l’enfance, avec le portrait de ma « Mémé », une femme aimante et généreuse. « Dis, Papa, c’est quoi un souvenir d’enfance ?… » C’est quoi ? C’est un hommage à nos grand-mères, au temps d’avant, avec un jardin, des frangins, des copains, des cousins…  « Les orties douces »,  aux éditions Rhubarbe, 5 euros.

__________________________________

Alexandre Maupetit : Thématique spatio-globulaire

maupetit

Il y eut quelques dessins dans l’enfance, puis en 2008, à la vingtaine, Alexandre Maupetit passe à l’huile, inspiré par les choses de la nature. Cette naissance artistique est l’accouchement d’une série « globulaire », a tendance génétique, avec de vagues lymphocytes ou d’intelligents neurones à longues queues. Non, ce sont des arbres aux racines enchevêtrées se ramifiant dans les terrains d’une lointaine planète au soleil rouge. Quelques elfes émergent, androgynes, minces, effilochés dans une végétation luxuriante tendue vers des cieux pommelés d’orangers. Mondes surréalistes, aliens, ou internes au corps humain, on ne cesse de chercher un lieu pour ces mondes imaginaires aux contours méditatifs. Alexandre Maupetit signe une première exposition sous la voûte du PAC des Ouches avec déjà une singularité très personnelle. Rendez-vous au vernissage samedi 11 janvier, demain à 18 heures pour un voyage astral.

___________________________

programme-mois-page1[1]

__________________________________

TANDEM, festival littéraire de Nevers 2ième édition du 5 au 9 février 2014

Eryck Abecassis © DR

Du 5 au 9 février 2014, au cœur de la cité ducale de Nevers, la deuxième édition du festival littéraire  Tandem proposera une vingtaine d’ animations, lectures et rencontres, dont les trois quarts gratuites, suivant une programmation éclectique et destinée aussi bien aux adultes qu’à la jeunesse, avec des créations inédites.

En partenariat avec la médiathèque Jean Jaurès de Nevers, l’association donne carte blanche à Arnaud Cathrine pour la programmation du festival.

_______________________________

thequenevers

__________________________________

2014  avec l’Espoir en plus !

 

Pas vraiment fâché de la voir s’en aller cette année 2013…

L’année 2014 sera difficile, on le sait, mais… – nous vous le souhaitons – avec l’Espoir en plus ! L’espoir de comprendre qu’on n’y arrivera pas tout seul, chacun dans son coin. Comprendre que le désespoir de chacun ne mène qu’à la désespérance de tous. Alors, il faut se re-saisir : il nous faut de nouveau trouver en nous le ressort qui va faire repartir la mécanique de la République : vous savez, celle de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité. Non, non, ce n’est pas une blague : c’est notre seule et unique issue de secours ! Cherchez pas, il n’y en a pas d’autre ! Alors, la Culture là-dedans ? Pas grand’chose : simplement le ciment qui fait qu’on peut parler et espérer ENSEMBLE. La belle jambe, nous dira-t-on ! Pas grand’chose, effectivement, sauf que c’est tout ce qu’il nous reste. En attendant, toute l’équipe de BOURGOGNE/Cultures Plus ! vous souhaite une très belle année 2014 faite de rencontres, d’amitié, de partage et de solidarité : de culture, quoi !

                                                       Smaïn Mébarki

BourCult_PN_4

___________________________
L’artiste Nivernaise Sylvie Renault communique
L’équipe du Mange-Disque et moi-même,
sommes heureux de vous convier au vernissage de mon exposition
le mardi 7 janvier
à partir de 20h
Au Mange-Disque
15 rue de la Reynie, Paris 4
métro Châtelet-Les Halles ou Rambuteau
Contact : 01.48.04.78.17

_____________________________________

VENDREDI 10 JANVIER 2014 de 19H00 à 20H30

A L’HOTEL LOIRE/MERCURE DE NEVERS

REPRISE DES SOIREES

(tous les vendredis)

 PIANO BAR

AVEC MICHAEL DEROCLES

Michael DEROCLES  est  nivernais et professeur de Piano depuis 2007 à Varennes-Vauzelles spécialisé dans la musique de variétés. Son jeu est passionné. Son touché puissant. Venez l’écouter dans notre LOUNGE BAR autour d’un apéritif. Une salle confortable et une cuisine « fait maison » vous attend ensuite pour un agréable dîner aux chandelles dans notre restaurant « Côté Loire ».

_______________________________

Nevers : Dominik et Guy Billout : frères d’art

billout

Deux styles et pourtant un trait commun architectural, industriel, avec un côté naïf, façon ligne claire d’Hergé. L’un peint des machines infernales aux recoins colorés, aux perspectives infinies, aux mécanismes détaillés qui forcent l’admiration. Guy travaille sur les architectures, les maisons, les coins de ville, Nevers en particulier, dans cette exposition ducale. Ils se retrouvent sur des univers surréalistes entre bande-dessinée et dessins de presse ou illustration. Des structures soignées, un trait sûr, des couleurs tendres, sont un genre de marque de famille où l’imagination le dispute à l’esthétique avec au final une œuvre de famille dans laquelle ces frères d’art se complètent sans jamais se concurrencer. A voir au palais ducal et à la médiathèque jusqu’au 18 janvier prochain.

__________________________________________

Sentiment personnel : Pourquoi j’aime ces toiles

abwtoile

En passant comme ça, je suis retourné rue du Fer à Nevers, dans le cabinet d’architecte ABWarnant où se tient une exposition d’art contemporain réunissant dix artistes. Des œuvres en matériaux de récupération, du verre audacieux, des chaises contemporaines et pourtant, j’étais resté sur ces toiles élancées tendues entre des tiges de fer. Eventail, cela s’appelle, d’Alice Morlon, ce n’est ni totalement novateur, j’avais déjà entrevu ce type d’oeuvre, ni vraiment fignolé, les tiges sont assez grossièrement articulées, mais le tout dégage une forme de splendeur. On imagine l’ensemble se refermant avec des moyeux, comme justement un éventail, mais également cela rappelle les étranges structures volantes étudiées avec passion dans mon enfance. Les ailes planantes d’Otto Lilienthal pour ceux qui connaissent, les bidules vaguement en forme de chauve-souris de Léonard de Vinci et plus proche de nous, le Flyer des frères Wright ou les ailes du 14bis des frères Voisin. Oui, c’est cette référence à l’aviation ancienne qui m’a fait retourner voir ces grandes ailes posées à même le sol, déployées, mais comme empêchées de s’envoler par l’architecture des lieux. C’est beau décidément, c’est une belle exposition, un beau lieu, mais on n’a pas encore l’habitude d’avoir intégré l’endroit comme une étape de nos parcours artistiques dans la ville, il faudra changer nos itinéraires.

____________________________________

Alexandre Maupetit , jeunes artiste de 27 ans
audacieux, mêlant couleurs vives , puissance et surréalisme, il vaut
franchement le détour . Le vernissage est le Samedi 11 Janvier a partir de 18 h, au PAC des Ouches.

affiche expo alexandre maupetit

______________________________

Nevers : Vision d’artiste : Petite exposition de début d’année

vision01

En ce début de mois de janvier 2014, la galerie Vision d’artiste propose une exposition à plusieurs mains comprenant six artistes, tous membres du Groupe d’émulation artistique de la Nièvre. Abstractions, gravures, monotypes, mais aussi quelques figurations, le tout en petits formats seront exposés durant tous les mois de janvier dans les locaux d’Optique Barbier, rue Saint-Martin à Nevers.

___________________________________

Par l’Association des  Artistes Chatillonnais, près de Paris, à un petit kilomètre du périphérique.

chat

___________________________________

Pierre Duriot en exposition à Lausanne

Voilà une année qui commence bien (ça me change), avec la place Suisse des arts qui m’envoie son invitation à l’exposition internationale d’art contemporain. C’est un souhait de bonne année, à n’en point douter. Lausanne, l’hiver, au bord du Léman, dos aux monts arrondis du Jura, face à la splendeur des Alpes avec entre deux, les eaux calmes, un peu figées, du grand lac. Ceux qui passeront par-là peuvent aller faire un tour dans cette très chic galerie.

Hiver_E-Invitation

_________________________________

Notre ami Jean-Michel Grandjean dans ses oeuvres

http://www.youtube.com/watch?v=7G7rWItSzio

_________________________________

Edito de Michel Benoît : alias : Commissaire Merle

Mes vœux pour 2014 : Créons une chambre des poètes !

L’année 2014 a débuté comme toutes les autres, avec une multitude d’embrassades comme à l’habitude, car cette nouvelle année est le symbole du renouveau. Moi je souhaiterais pour cette nouvelle année vous soumettre un certain nombre de bonnes intentions afin de vous permettre de franchir l’année 2014 dans de meilleures conditions que celles, désastreuses, que dis-je, pitoyables… avec lesquelles nous terminons l’année 2013. Alors, bien sûr, on va se dire un tas de bonnes choses, mais à part le traditionnel «  Nonne année et Bonne santé ».  On peut tout de même avoir l’ambition de se trouver d’autres bonnes choses à se dire, d’autant plus qu’en règle générale, les spécialistes qui nous souhaitent si chaleureusement,  le fameux « Bonne santé » n’en pensent pas moins, quand ils ne se croisent pas les doigts dès que nous avons le dos tourné…

Alors ? Que pourrions-nous nous souhaiter ? Ne parlons pas de paix, cette utopie a assez duré et en parler deviendrai même déplacé tant cette idée est devenue grotesque… Si on se souhaitait de l’amour ? Non, décidément, au risque de vous paraître défaitiste c’est la même chose que pour la paix, même si on a envie de croire au prince charmant ou à la Belle au bois dormant. Et puis, l’amour, c’est peut-être démodé ? Non, si cet amour existe, mieux vaut qu’il reste secret, caché, si caché d’ailleurs qu’il n’existerait que dans notre imagination… Alors, que se souhaiter. Moi j’ai une idée, et une même une sacrée idée ! On supprimerait le stress que nous développons chaque jour tout en réglant tous nos soucis à l’amiable : vous savez ces petits soucis, ces grands soucis, personnels, familiaux, nationaux, internationaux même, pourquoi pas.. Alors les régler, mais pas n’importe comment : utiliser la poésie pour rythmer notre vie d’une façon différente ; En voilà une idée révolutionnaire ! Bon, comme ça, cela ne vous dit rien, je le vois bien. Alors imaginez-vous dans une situation de tous les jours, habituelle, tiens, par exemple : vous êtes mal garé comme d’habitude, le parc mètre ne fonctionne pas, comme d’habitude, la contractuelle vient vous dresser un procès-verbal, comme d’habitude, et, comme d’habitude, vous seriez tenté de lui dire : « Encore vous ? Mais vous n’avez vraiment rien à foutre de votre journée pour venir emmerder les gens qui travaillent ! ». Et en 2014, vous lui diriez : -«  Oh ! Gente dame ne nous sommes-nous pas déjà vus, vous qui par tous les temps marchez sur les boulevards et arpentez les rues,J’en ai pour un instant ! ».

Et si elle insiste, vous auriez été tenté de lui déclarer en 2013 bien sûr : « Moi votre PV vous savez où je me le fiche ! ». Eh bien non ! En 2014 soyons poète et je conseil à chacun d’utiliser cette réplique :

« Ce papier griffonné je le contemplerai, dans un endroit bien clos d’un derrière distrait.

Avouez quand même que cela a du chic, de la majesté s’il vous plaît. Dans un autre registre, imaginons le présentateur de télé, qui, le visage défait pour la 365ème fois de l’année, vous annonce une fois de plus que les cours de la bourse ont baissé et qui en 2011 vous dirai : « Malgré la CGT et ses protestations,tous les petits porteurs s’arrachent les actions ».

Et si les poètes envahissaient l’assemblée ? Imaginez le tableau ? Leurs discours seraient moins ennuyeux s’ils étaient dits en vers. Le président ouvrirait la séance par un alexandrin :

« Messieurs les députés la séance est ouverte ».  On entendrait des envolées superbes dignes de Corneille, du :

Pouvez-vous affirmer que la CSG,

N’affectera en rien les personnes âgées,

Et le ministre répondrait :

Vous avez bien raison d’évoquer ce problème,

Pour plus de sureté, j’y veillerai moi-même,

Et comme la poésie n’est pas le fort des hommes politiques (cela se saurait depuis longtemps)  il conviendrait d’embaucher des attachés poètes qui seraient chargés de rédiger les discours en alexandrins. Rendez-vous compte, plus de 700 emplois de créés sans compter les sénateurs qui leurs emboiteraient le pas. Et hop ! On dépasserait les 1000 créations d’emplois !  Tout le monde serait content, les académiciens les premiers, les chefs d’entreprises s’y mettraient eux-aussi, les syndicats renchériraient, et on étofferait la liste des nouveaux métiers, et comme il y a une chambre des députés, une chambre du commerce, une chambre des métiers, on créerait une chambre des poètes. La confiance et le moral des ménages reviendraient au beau-fixe, chaque matin, la ménagère se rendant chez son boucher lui demanderait :

Je voudrai un gigot et une côtelette,

Et lui répondrait :

Celle-ci est de taille et remplira l’assiette !

Ah ! Le bon usage de la poésie rendrait les gens heureux, distingués…

Et quand vous vous disputeriez avec votre femme et qu’elle vous demanderait, vous voyant tituber dans le jardin à deux heures du matin :

Où étiez-vous cher Michel, l’heure est bien avancée ?

Vous pourriez lui répondre d’un air détaché :

Je suis rentré à pieds, j’avais perdu mes clefs !

Avouez que tout ceci serait plus sympathique, fini les conflits familiaux, terminées les scènes de ménage à n’en plus finir, tout le monde s’y mettrait, de l’employeur à l’employé, de la cliente à l’épicier, et même les juges s’y mettraient eux-aussi et prononceraient des sentences en alexandrins :

Vous êtes condamné, vous l’avez bien cherché !

Nous sommes convaincus que vous avez tué !

Et les militaires ne pourraient faire autrement que de suivre l’exemple de l’Etat qui les emploie : Bon, pour eux il faudrait certainement embaucher deux attachés poètes par tête de pipe, car à part Cambronne qui avait en son temps tenté d’effleurer la poésie populaire, il est vrai que celle-ci n’est pas vraiment leur tasse de thé.

Imaginez le bidasse surpris à faire le mur par son adjudant :

Je vous y prends soldat à enjamber ce mur,

Qu’avez-vous à répondre espèce de pignouf ?

Et le soldat de répondre :

J’étais parti cueillir un plein panier de mûres,

Je les dégusterai durant trois jours au gnouf …

Alors ? Convaincu ? N’est-ce pas une bonne idée pour cette nouvelle année ? Une année 2014 tout en poésie où chacun serait contraint de respecter le nombre de pieds d’alexandrins faute de vouloir respecter son voisin, et en plus on créerait des emplois intelligents, alors pourquoi s’en priver !

Allez bonne et heureuse année 2014 à toutes et à tous !

Michel Benoit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s