Les peintres du mois de décembre 2013

Publié: novembre 27, 2013 dans peintures, arts

boutonaart2

Nevers : La socquette : lieu alternatif : Pablo Alvarez

pablo

Cynthia Morel a présenté le travail de son ami chilien.

Une petite association, c’est une petite asso, donc  La Socquette, petite mais sympathique avec un premier événement autour de Pablo Alvarez, artiste chilien, amoureux de la cité ducale au point d’en évoquer l’histoire médiévale avec de modernes blasons de tissu reprenant l’esthétique et les couleurs du moyen-âge. Mais les contemporains pensent toujours plus loin que leur création ne le montre et le couturier évoque aussi Buren et ses colonnes, Richard 3 d’Angleterre, Iron-Maiden et son lettrage gothique fondu dans un néo-chevaleresque que ne renierait pas une œuvre d’heroïc-fantasy. Le chilien était au Chili, pour les fêtes, alors Cynthia, un genre de porte-parole a expliqué l’art et la démarche de son ami. Le décor est planté pour cette association ayant ouvert son pignon sur la rue voici une semaine. The-place-to-be, c’est comme ça que l’on dit non ? Le lieu fut très couru pour la première, réunissant les générations autour de quelques verres de vin et de bière. Il y aura des concerts, des expositions, des happenings en tous genres. J’en suis à pas mal de mots de franglais là non ? En fait, ce doit être l’endroit qui veut ça, alternatif, rock sur les bords avec un peu de cuir et du noir des Bronx (les tambours). Le ton est donné avec les blasons niverno-chiliens spécialement conçus pour cette première. On leur souhaite longue vie et surtout de continuer à « décaper », en français dans le texte.

Pierre Duriot

____________________________________

Nevers : Un Noël extraordinaire pour des pères et des enfants

En cette période de Noël, les inégalités sont parfois criantes et la culture, l’art, comblent cette lacune, pour tenter de n’oublier personne, pour apporter, jusque dans les tréfonds de la société, de cet échange qui tisse ou retend un lien social inexistant ou détendu. Il en faut, de l’humanité pour aller jusqu’à la prison de Nevers, où les détendus de courtes peines sont souvent séparés de leurs enfants, au point de ne plus les voir grandir, au risque de se retrouver presque étrangers à la sortie. Le Service pénitentiaire d’insertion et de probation y veille, mais il fait appel à des bénévoles. Ceux de la Halte, une association qui aide à l’accueil des familles pendant les moments de parloirs. A Noël, les bénévoles de l’antenne nivernaise de l’association nationale Enfance et Partage se sont joints à l’opération avec un concept particulier visant à aménager la relation des pères à leurs enfants, en dehors de la présence de la mère. Papas et enfants se sont retrouvés pour un spectacle d’une quarantaine de minutes, festif et partagé avec les musiciens et la chanteuse-conteuse. Le trio « Variations », en musiques et histoires du monde avait préparé l’événement avec les détenus eux-mêmes. Chanter, battre des mains, rire et s’émouvoir ensemble ont rimé avec la fête de Noël. Mais si le concept « sans maman » est audacieux, afin de renforcer le lien paternel, il va encore plus loin en se passant également du Père Noël. Enfance et Partage apporte les cadeaux choisis par les pères, les fait passer aux papas qui les offrent directement aux enfants. Cette originalité pleine de réalisme, à défaut d’une magie que l’on découvre parfois avec des regrets, débouche sur un moment de déballage, de montage et de jeu, en fait un moment de bonheur auquel personne ne se dérobe. Il s’en suit un goûter de Noël avant que les petits ne retrouvent les mamans et leurs univers quotidiens. Instant à haute teneur émotionnelle, ce Noël enfants-papas était mené avec le SPIP et ces deux associations pour la troisième année consécutive, pour que Noël n’oublie pas ceux qui retourneront tôt ou tard à la vie civile.

__________________________________

Par la plume gracieuse de Gwénola Champalaune que je remercie doublement puisqu’elle avait déjà rédigé un article sur ma peinture. Paru ce vendredi matin dans Le Journal du Centre et qui rappelle un très bon moment passé ensemble grâce à Jean-Luc Dechauffour.

moimoix

___________________________________

Vœux de résistance…

Au diable les bons vœux embourgeoisés, il faut savoir se souhaiter pour l’année nouvelle des avenirs tangibles. Le mien s’extirpe de la pénombre où m’avait plongé une notabilité bouffie arrosée d’essences précieuses destinées à atténuer les relents de mauvaise graisse. L’un de ces petits architectes de l’universalité, héraut défroqué et médiocre, aspiré dans le sillage d’une pseudo-aristocratie aux mains crispées sur les freins d’une évolution où ils y perdraient de leur superbe surannée. Maçon de trois parpaings érigés autour de son nombril avec une équerre et un compas malmenés dans de sombres desseins pervers et mafieux, cet avatar aux contours improbables a fini par avaler sa truelle, relégué enfin par l’intelligence et le droit sur lesquels il s’assoit sempiternellement de sa lourdeur, aveuglé et irrité par la brillance qu’il n’aura jamais. Nous sommes bien, avec cet épisode, dans l’extrait de ce qui se joue au niveau international, quand des forces obscures, autrefois reconnaissables à leur swastika noire, se présentent aujourd’hui aux foules, drapées dans des atours civilisés, en cravates de soie, brandissant de petits livres religieux ou d’orthodoxie budgétaire, bavant de leurs langues fourchues une pédagogie sirupeuse, culpabilisante du petit peuple, éternellement assujetti à l’effort et au sacrifice. La noirceur a pris figure humaine, s’active à l’abri de nos parlements aux contingents corrompus, nous présente des marionnettes distillant des prières chapitrées pendant que les sbires manipulateurs de ce théâtre en sous-main préemptent notre eau, nos semences, les fruits de nos labeurs, la clarté de nos esprits. Il nous faut retrouver en 2014 une pensée libre, des médias assourdis, de ce silence qui précède les batailles, de cette écriture et de ces pensées lumineuses. Soyons éclairés comme ceux qui en d‘autres temps ont trouvé les ressources pour éliminer une vermine rampante autrefois armée de fusils, aujourd’hui de papier monnaie et d’actions venimeuses. Résistance pour 2014, année de mirages électoraux et de lobbyings feutrés, cessons de leur tendre nos joues l’une après l’autre, nous sommes les plus nombreux.

              Le webmestre : Pierre Duriot

______________________________

Blog : Les Desaulle peintres à visiter sans modération.
http://2sol58.canalblog.com/

______________________________

La-Charité : Agathe Poultard : la voix de son mètre-soixante…

Fruit de l’amour entre une aiguille et un microsillon 78 tours, conçue sans doute sur la platine à manivelle d’un gramophone, Agathe Poultard a débarqué en musique la semaine dernière au Tip’s, bar-loundge emblématique de La Charité sur Loire, plus habitué aux soirées Gay, dont il s’est fait une spécialité, qu’aux soirées «  Paris, paris » comme celle qu’avaient concoctée Agathe Poultard, Thierry Moreau, l’accordéoniste «  Marcel » et Annie Jeanneret, la « Bob Castella » pianiste de la chanteuse.

Il ne manquait plus que les klaxons, la terrasse du Flore et la fumée envahissant l’espace pour se croire dans les caves du Tabou. On aurait même pu croiser Vian et sa légendaire trompette. Mais ce temps là ma bonne dame, c’est du passé ! Mais le passé plait : La chanson française a attiré des curieux. Bar-comble pour le Tip’s et Cyrille, l’un des deux propriétaires avait le sourire aux lèvres « Nous avons eu beaucoup de clients qu ne sont pas des habitués, ce qui prouve que la chanson française plait encore ».

Paris-Paris, cela fait rêver. De Sous le ciel de Paris, à Madame la Marquise, en passant par Les feuilles mortes, les vieux tubes rétros ne sont pas que des « chansons larmoyantes » comme certains aimeraient le faire croire. L’humour, la légèreté, la contemplation. Ils étaient contemplatifs nos vieux chanteurs, comme quand Trénet s’extasiait en se souvenant d’un Coin de rue, aujourd’hui disparu. Et la nostalgie ? ils l’avaient déjà. Déjà, il y a 50 ans, Greco chantait Il n’y a plus d’après à Saint-Germain des prés et effectivement. Cinquante ans plus tard, Saint-Germain des prés est devenu le paradis où se confrontent fils de bonnes familles, Germanopratins snobinards et les nostalgiques de belles années, où Desnos, Greco et Prévert buvait une fine. Tout un monde. On savait vivre en ce temps-là. Et la Môme Poultard est de ceux-là. Pour preuve son propre répertoire, Je suis comme je suis, affirmant sans complexe qu’elle chante oui, en robe années 30, boa au cou et avec la sensualité d’une Gréco trentenaire, mais qu’elle n’est pas juste une pin-up à qui l’on interdirait Vian, trop vulgaire. En ce temps-là aussi, même les gamines de Saint-Germain, les Cora Vaucaire, les Piaf et autres Fréhel savaient lever du coude, hisser le poing et aller à la chasse au Gamin d’paris. En ce temps-là, on aimait bien les voyous, les apaches, les branques, les poulbots, mais on aimait aussi aller se faire siffloter une Complainte de la butte au pied du grand escalier de Montmartre.

agathe

L’accordez-accordez-accordéon ne faisait plus l’aumône sous la plume de Gainsbourg et la silhouette désarticulée de Philippe Clay. L’accordéon c’était Thierry Moreau, 40 ans de carrière, rencontré il y a trois mois sur un festival. Depuis, on répète chaque soir, on pianote, on essaie, on tente et on réussit avant tout parce qu’on aime ça : jouer, chanter et parce qu’il faut le dire, Paris sans l’accordéon ne serait plus Paris. Au piano, Annie Jeanneret, auteure, journaliste, actrice qui a fait ses gammes dans les films de Mocky et surtout musicienne classique qui après ses 70 ans de piano a relevé le défi non seulement de s’immiscer dans la chanson française, mais également d’en faire les arrangements. C’est cela Paris. Quand à un coin de rue se croisent une Môme qui chante, un accordéoniste et une pianiste. Et Paris, samedi 14, s’était transbahuté au Tip’s.

Il y avait de tout des jeunes, des vieux, des ados, des vieux-jeunes, des cougars, des artistes aussi, l’œil du photographe Bernard, père de Didier, l’autre propriétaire du bar qui sillonne les concerts à la recherche du souvenir et l’après-spectacle, autour d’un plat de spaghetti bolognaise préparés par la femme de Bernard, Nicole, sans savoir que nous avons été les derniers à déguster sa magnifique et reconnue sauce Bolognaise, puisque Nicole nous a quitté dans la nuit du 17 au 18 décembre. Et que c’est une façon à nous de lui rendre hommage.

Par Antoine Gavory

____________________________________

Joyeux Noël à tous, merci pour votre fidélité, le blog est à plus de 37 000 visites et on s’achemine vers un mois de décembre record. Bon réveillon, ignorez les rabats-joies des associations de coincés bien pensants qui vous appellent tous à la retenue. Comme disait mon copain Michel Benoît récemment « jouissez sans entrave » et dormez sur place avec celui ou celle que vous chérissez.

______________________________

70 TABLEAUX

CENTRE MULTIMEDIAS LECLERC COULANGES LES NEVERS

DE ROLAND  PRIEUR ET  HENRI PERCEAU LES ARTISTES SERONT PRESENTS LES SAMEDIS   DE 15H A 19H        (contact 06 99 44 10 96)EXPOSITION DU 13 AU 25 JANVIER 2014

______________________________

Vendredi 20 décembre 2013 – Voix du monde et ses invités : Une soirée cabaret, on en redemanderait !

Des serveurs maladroits, des hommes dindons (ou était-ce l’inverse ?) des danseuses de cancans, des prédicateurs prônant l’argent, des chanteurs évoquant des amours passés, des comédiens sans filets et des voyageuses égarées… tout ce petit monde nous invitait dans la salle des fêtes de Sermoise à un repas des plus divertissant et surprenant qu’on finissait par se demander si nous n’étions pas nous aussi un personnage de cabaret qui aurait oublié son rôle ! Heureusement pour nous, une telle énergie se dégageait de chaque petite pièce qu’on finissait par s’y retrouver ou par s’y perdre ! Peu importe ! Garçon, la même chose s’il-vous-plaît !

                                                                               GwénàAiles

________________________________

Le plus petit cinéma du monde.

minicine

Ce samedi matin, au hasard des rues, je me suis fait une petite toile, dans le plus petit cinéma du monde, installé place Carnot par la grâce de l’association Sceni-Qua-Non, avec l’aide d’un projectionniste bien connu. Il faut savoir donner un peu de son temps et s’émerveiller quelques minutes sur les deux sièges de velours rouge, avec dans les oreilles, le grésillement de la pellicule dont le numérique nous a privés. Samedi 21/12 après-midi place Guy-Coquille en centre ville.

_______________________________

Yann Moix, Michel Benoît, Thierry Desseux, Jean-Luc Dechauffour et moi

mdp

Des tranches de vie au goût amer, d’autres aux saveurs de miel, de la bêtise destructrice et de l’intelligence empathique, l’existence vous réserve toutes les surprises à condition de sortir le soir, de s’extirper de derrière ses volets clos, même si parfois il peut être dangereux de ne pas faire la même chose que tout le monde au moment où le fait tout le monde, même si l’élan qui vous emmène en renvoie d’autres à leurs lourdeurs. Alors on côtoie la graisse immonde aux relents de toxines et au venin pétrifiant, aussi sûrement que le ciment des maçons. On s’extrait de la beauferie corrompue et finalement on se réveille enfin, dans la magie des couleurs et des mots, on croise l’esprit et l’humour, les sourires et des mains qui serrent les vôtres avec des mots éternels. Ce soir, ce fut Yann Moix et ses extraordinaires tirades pétries de culture et de pensées, des vieux amis retrouvés au milieu des livres, un commerçant, Jean-Luc Dechauffour, aux petits soins pour ses auteurs, merci à tous pour ce moment de grâce.

Photo : la foule chez Jean-Luc Dechauffour qui nous fait très aimablement passer cette photo de son magasin bondé.

Pierre Duriot

____________________________

Paru ce jeudi 19 décembre chez nos excellents confrères du Journal du Centre concernant la séance de dédicaces de demain vendredi 20/12 chez Jean-Luc Dechauffour, maison de la presse, place Maurice-Ravel, de 18 à 21 heures. Venez nombreux.

moix

____________________________________________

Alban Bouquette et le studio d’Azy

alban1

Alban le musicos, souvent croisé place Guy-Coquille à Nevers, simple et souriant, guitariste devant l’éternel, est connu pour ses cours, sa musique, moins comme bourlingueur, artiste chanteur de longues années, puis promoteur de ses pairs, par l’écriture ou l’enregistrement. Le studio d’Azy accueille des personnes et des projets, des amis en fait qui croisent un jour, souvent par hasard, le chemin de cet homme de musique toujours prêt à accueillir de nouvelles relations. Au premier étage de la maison familiale, la table de mixage et les ordinateurs répondent aux instruments de musique, majoritairement à cordes avec lesquels Alban entretient son histoire d’amour. Savant dosage de vintage et de modernisme, l’installation se veut « généraliste », travaille tous les styles musicaux et fonctionne essentiellement par le bouche à oreille.

alban2

Aux manettes, Alban Bouquette, préside aux arrangements et enregistrements, livre un produit fini, numérique ou disque, prêt à « l’emploi ». « A bourlinguer, à enregistrer à droite à gauche, j’en suis toujours ressorti avec un genre de manque, cette idée que ce n’était pas ce que voulais », explique-t-il, d’où l’idée de passer lui-même à a table de mixage avec un matériel enrichi au fil des ans. Beaucoup de paroles, de musiques, de musiciens se sont croisés là, pour entamer ou continuer une carrière et Alban travaille, valorise, un projet qui avant tout lui plaît à lui aussi, pour en faire, qui sait, un tube !   Alban : 0386581150 ou studiodazy@orange.fr

alban3

_______________________________________

CONCERT DU NOUVEL  AN

Le vendredi 3 janvier 2014 à 20h

au Centre-exposition en raison des travaux à la Maison de la Culture

Avec l’Orchestre National de Sibiu et le Chœur de Cluj sous la direction de François-Robert GIROLAMI 

Billetterie : FORUM-Chapitre Nevers, LECLERC multimédia à Coulanges les Nevers et sur place, le jour du concert à partir de 19H. Prix des places : 15€, gratuits pour les enfants de moins de 12 ans Organisation : LIONS club Nevers-Doyen

Renseignements 06 95 24 23 54 ou 06 89 30 08 13 

Les bénéfices de la manifestation iront à la recherche contre le cancer de l’enfant et à nos œuvres locales

_______________________________

Radio Morvan 95. 8 FM et René Guimiot animateur de l ‘émission « Trivial Star » remettent les « Trivials d’or 2014 » samedi 21 décembre entre 9h et midi à Jean Michel Grandjean et à ses potes musiciens.

___________________________

Claude Parent recevant hier chez lui sa première assiette en faïence de Nevers. En lien avec les vitraux de la chapelle Saint-Sylvain de Nevers.

parent

_____________________________

Dix artistes exposés rue du Fer à NEVERS à l’Atelier ABW WARNANT du 13/12 au 11/01/2014 ( permanences les vendredis et samedis de 11h à 20h)

abw

Chaque année, nous retrouvons en cette période de fin d’année une exposition dans les locaux de ABW. Le choix : original, décalé, raffiné… Actuellement ce sont dix artistes d’ici et d’ailleurs qui exposent leurs œuvres:

Alice MORLON : Plasticienne talentueuse, nous présente ici une oeuvre imposante constituée de fer et de toile….à l’image d’une chrysalide délaissée de son corps et de son âme, belle ainsi dépouillée…

TEZZER, artiste à l’imagination fertile dont le travail tourne autour de plusieurs thèmes majeurs qui vont des réminiscences de l’enfance aux obsessions maniaques de l’acte de «création » en passant par le détournement de sens et la mise en place de paradoxes visuels.
Ces compositions tentent d’entraîner les spectateurs dans des visions plus fantasmatiques et subjectives ; les repères au conte original disparaissent progressivement pour ouvrir l’imaginaire sur des terrains plus licencieux et loin de l’apparente innocence souvent associée à ces textes.
Dans l’antre ce la galerie : Peau d’âne vêtue d’une magnifique cape patchwork pose au milieu d’œuvres feutrées et colorées, dont un manteau de sachet de thé…

Cyrille BERGER: Illustrateur, graphiste, réalisateur dont le talent et l’humour ne laisse personne indifférent, expose sa dernière création : « le jeu des sexes familles » ,  cartes/portraits aux allures snobinardes qui se côtoient en se regardant du coin de l’œil : Mme Frigidaire, Mme Bandage ou bien Miss Nympho et Mr Viagra….Excellent !  Le jeu se pré-achète en ligne….( Retrouvez le travail de Cyrille sur le Web…)

Xavier WARNANT : Tapissier-décorateur connu et reconnu pour son travail de qualité et design….Dans cet espace feutré de la galerie dans lequel s’exposent des œuvres autour du concept de renversement ;  Xavier expose des assises renversées et fonctionnelles….aux finitions lisses et naturelles.
D’autres de ses pièces sont exposées en guise de bienvenue, des chaises comment dire….belles et contemporaines aux couleurs « harmonie de velours » sur fond toile papillons…. En observant ce tableau vitrine , on pourrait presque s’imaginer l’envol des papillons !

Anne WARNANT : Cinéaste, membre de l’Association « La Cabine », passionnée de vidéos et courts métrages caméra en main propose ici dans le cadre du concept du « renversement et mouvement » une succession d’images sonores inhérentes à la pratique du Aïkido. Impressionnant ! Belle manière de nous faire partager cet art martial associant la discipline et la spiritualité…

Ink Colors et la Faiencerie GEORGES ( Carole et jean-François) se sont associés pour nous offrir un superbe travail alliant la faïence précieuse et le tatouage un peu filou…  sur une superbe aiguière colorée jonchée d’un dragon….Bravo !

Denis LECHOPPIER: Œil averti de la photographie tel qu’on le connaît à travers ses différents travaux que ce soit dans la Mode ou dans l’Art de fixer les personnes artistes ou autres sur pellicules…nous interpelle ici à travers un immense cliché sur « l’argent qui désoriente ». L’idée de démesure est observée et représentée dans cette photo nous transportant vers un horizon lointain et incertain….

Pascal LEMOINE: Talentueux Verrier qui a développé sa technique grâce à aux voyages et rencontres. Sa vocation, il l’explique par un voyage sur l’île de Murano, là où les verriers de Venise avaient été obligés d’installer leur four pour éviter d’incendier la ville. Ce voyage au pays des souffleurs de verre allait lui révéler la passion grâce à laquelle il s’exprime aujourd’hui. Selon lui, le verre est une matière ambiguë, à la fois transparent et protecteur, qui lui permet de jouer sur la réalité de la perception…
Pascal Lemoine faisait des démonstrations de soufflage de verre, mais il ne désire plus être une “bête de spectacle”. Il préfère de beaucoup que l’on apprécie son talent à travers ses créations qu’il expose dans des galeries du monde entier : en Suède, en Angleterre, en Espagne, au Nouveau Mexique, à Santa Fe, à Shangaï, à l’Hôtel Drouot à Paris, à Bâle, à Montreux-Jeune… Son travail a été validé par des experts en verre contemporain qui le juge comme unique dans le milieu de l’art verrier.
A Nevers, il nous présente ses pierres « précieuses » à base de boues de porcelaine et de faïence…Superbe!

Dans son ensemble , ABW nous offre cette année une exposition comme on les aime : les œuvres viennent nous réveiller le cerveau, nos neurones s’animent et notre imaginaire devient encore plus fécond…MERCI aux artistes pour ce voyage, cette ouverture d’esprit tellement…comment dire fondamentale !

Marie IGLESIAS.

_________________________________

Ce mercredi matin 18/12, interview par Radio-Morvan http://radio-morvan.fr  95.8 et le sympathique Pascal Dejoux pour la promotion de la soirée littéraire avec Yann Moix, Michel Benoît et Thierry Desseux,  vendredi 20 décembre à la librairie Maison de la Presse de Nevers, de 18 à 21 heures. A écouter sur leurs ondes avant l’événement. Merci à eux.

_____________________________

MP12

_______________________________

Le nouvel exemplaire de la Camosine est sorti, consacré au canton de Fours.

camo12

____________________________________

Salon des Dames : c’est reparti

Deux réunions, des réflexions sur le programme, des pistes de travail… le staff du Salon des Dames s’est replongé dans l’organisation de l’édition 2014 qui aura lieu les 14 et 15 juin. Tout au long de cette période, votre blog préféré https://lespeintresdenevers.wordpress.com vous tiendra au courant des avancées de l’événement.

salon12p

Une partie de l’équipe au travail.

_________________________________________

L’artiste nivernais Jean-Louis Magnet expose dans un cave à Chinon et nous communique une photo de son installation : bravo. http://www.jl-magnet.com/

magnet12
___________________________
De la part d’Assunta Genovesio : Vous trouverez quelques unes de mes peintures et des dessins en ce moment à la Galerie L’oeil du Prince 7 rue de l’odéon 75006 Paris ouvert du mardi au samedi 11h/19h dimanche 15h/19h Tél: 01 43 54 77 98
assunta

_________________________________

Par notre excellent confrère du Journal du Centre, à propos de l’exposition proposée par Amnesty-International.

journal12__________________________

Nevers : jeudi 12/12 : Le Carnot : Nash en concert

nash1

Julien et Laurent aux guitares et voix, David à la batterie et à la voix aussi, ces trois là savent tout faire, entamer une soirée feutrée avec une variété anglaise bon chic bon genre et monter crescendo par le blues et le rock mâtinés de quelques titres actuels en français.

 nash2

Il y eu quelques refrains repris en cœur par le public, des danseurs, des pieds et des mains battant la mesure et pour finir, beaucoup de sourires, d’applaudissements, des airs de fête avant la date et des bonnets rouges de pères Noël. La foule s’est pressée au bar et autour des musicos, rôdés à mort, jouant sans partition, sans pense bête, en communiant, par le rire et la connivence avec un public charmé. Quelques coupes dorées ont circulé, accompagnées de petits fours : Champagne !!

nash3

________________________________________

INFO DÉDICACE :  Yann Moix (Prix Renaudot) sera présent le vendredi 20 décembre, de 18h à 21h, à l’occasion d’une « SOIRÉE LITTÉRAIRE » organisée par la Librairie Dechauffour, située Porte de Paris. Il y retrouvera la compagnie de Michel Benoit, avec ses romans policiers, Thierry Desseux avec son dernier album de musique, son livre et Pierre Duriot pour son roman et ses essais sur la jeunesse.

_______________________

Centre socioculturel Stéphane Hessel – 20 rue Henri Fraisot. 58000 Nevers

Ce mardi soir 10 décembre

_____________________________________

La toile de Pierre Duriot pour Amnesty-International, à voir au PAC des Ouches en décembre.

bodoFB

_____________________________

Médiathèque Jean-Jaurès de Nevers

A l’occasion de l’exposition de la peintre-graveur Pascale Hémery à la Médiathèque Jean Jaurès d’octobre à décembre 2014, la Ville de Nevers propose des concours de nouvelles et d’illustrations sur le thème suivant : « la Ville ». Pour les enfants.

 Vous trouverez en médiathèque le règlement du concours de nouvelles et d’illustrations. N’hésitez pas à faire circuler l’information autour de vous, et pourquoi pas également à participer !

_____________________________________________

A nouveau les Ateliers du Patrimoine sont en expo
cette fois ci c’est pendant tout le mois de décembre
à l’hôpital Pierre Bérégovoy à Nevers.

______________________________________________

Bernard Follis à Nevers en décembre

follis

Bernard Follis, l’un des plus célèbres peintres nivernais, expose en ce moment à la galerie des Chapelains, rue Saint-Etienne à Nevers, chez Agnès Chatré. Des univers du quotidien, sombres, des natures fortes avec des ciels noirs et orageux, un coup de pinceau puissant et un travail particulier du clair-obscur caractérisent la peinture de Follis. Mais également quelques aquarelles, plus légères et surtout des trompe-l’œil magistraux figurent au catalogue de cette exposition neversoise en forme de rétrospective. L’artiste a sorti toutes les facettes de sa création, propose une vision d’ensemble de ses sujets, de ses talents, de sa vie à chercher la teneur esthétique des choses et des gens. A voir en décembre.

___________________________________

Sylvie FRIEDEL

Exposition du 14 au 21 décembre 2013 à la Belle de N

Au fil des saisons  –   Aquarelles

Sylvie Friedel habite la Butte Montmartre à Paris. Ses rêves l´emmènent au fil des saisons, d´escalades en escapades dans de vastes paysages montagnards ou la plongent dans la contemplation de l´eau, des fleurs, des arbres, des roches. L´aquarelle est son médium de prédilection pour communiquer le bonheur d´être pleinement dans la nature.
Belle de N l´accueille pour sa première exposition en terres nivernaises.

Entrée libre les après-midis de 14h30 à 18h avec atelier vivant.

Vernissage le 14 décembre à 17h.

_____________________________________

Nevers : 07/12 : Amnesty-International dans l’action

amnesty01

Douze artistes et douze causes, des combats de toujours pour Amnesty-International, prix Nobel de la paix, aux avant-postes pour les causes humaines, la liberté d’expression et l’indépendance de la justice. Et Amnesty sollicite, toujours, avec cette faculté de réunir les générations comme samedi soir au PAC des Ouches, à Nevers où des sympathisants de tous âges se sont retrouvés autour des œuvres et des artistes. Il y eut un petit mot pour Nelson Mandela, un autre pour les artistes, un encore pour rappeler les engagements de l’association internationale. Et puis la musique est venue, avec le groupe Pesca-Luna et Nadia Rahbi à la voix. Soirée de rassemblement, soirée d’engagement également, cette exposition neversoise aura un parcours régional, en Bourgogne et peut-être plus loin avant d’être vendue aux enchères à Paris, au bénéfice de l’association, afin de lui permettre de continuer à mener ses actions. Rappelons que cet organisme est indépendant, ne sollicite l’aide d’aucun état et vit de la générosité de ses sympathisants et bénévoles. Le PAC des Ouches est ouvert tous les après-midis, allez donc vous promener sur le chemin qui reste à l’humanité pour devenir plus juste.

amnesty2

 

______________________________________

A la médiathèque de Nevers

mediat

_______________________________________

Nevers : Les univers tendres de Maja

maja

Maja Baumgartner, l’élégante suissesse bien connue des milieux artistiques neversois, membre du groupe de peinture dont elle est également administratrice, était à la fête vendredi soir, dans les locaux du Crédit-Agricole de Nevers, rue des Merciers. Elle y expose ses œuvres, à l’aquarelle, au monotype et plus récemment à la peinture acrylique. Habitée par les choses de la nature, l’artiste oscille entre abstraction et légère figuration, noie ses motifs dans un azur humide, les dilue parfois jusqu’à l’abstrait tendre et bleuté. Les sommets des alpes suisses, les couleurs des fleurs écarlates, divers exercices techniques à la spatule, au pinceau, à l’aquarelle, donnent à l’ensemble beaucoup de légèreté, un univers apaisant, aquatique, presque placentaire parfois, d’où émergent quelques œuvres préfigurant les orientations futures de l’artiste.

________________________________
C’est samedi 07 décembre à 18h30

jdc12

Merci à nos excellents confrères du Journal du Centre.

____________________________________
Merci à la plus belle fanfare du monde, celle de Lormes dans le Morvan pour son invitation le 1er décembre à la fête de la Sainte Cécile. Ce fût un grand moment d ‘amitié et de rigolade. Regardez et écoutez une nouvelle fois cette chanson qui lui rend hommage. Pour ma part, je serai en concert à l ‘église de Montapas (Nièvre) le 14 décembre à 20h 30. Invité par mon ami Patrick Carion s ‘il vous plait !
Par Jean-Michel Grandjean.

______________________________________

L’exposition Amnesty-International au PAC est commencée, de source sûre, voici donc ma contribution artistique, afin de dénoncer la pollution par les compagnies pétrolières de zones entières de terres arables des tribus BODO en Afrique.

bodoFB

Pierre Duriot : 100X100

_________________________________________________

image001[1]

______________________________________

Ecouter Yann Moix à BAC-FM 106.1 Nevers

http://www.bacfm.fr/podcasts/

____________________________________

Follis chez Agnès Chatré, galerie des Chapelains à Nevers, du 07 au 28 décembre. Vernissage le 07 décembre à partir de 16 heures.

_____________________________________

Amnesty au PAC, c’est parti.

ai12

Une partie des 12 artistes ayant oeuvré pour Amnesty-Nièvre étaient réunie lundi soir au PAC des Ouches pour l’accrochage. Inscrivez dans les carnets : vernissage le samedi 07 décembre.

_____________________________________________

Impressions d’interview : MOIX ET MOI.

A la demande expresse de M. Bel-Kacem, la photo de Yann Moix et Fabienne Desseux a été retirée.

Paris. Yann Moix. Prix Renaudot. Nevers. Bac FM. Radio lycéenne. Moi. Journaliste de ladite radio. Un message envoyé via un célèbre réseau social : Dites, ça vous dirait de venir dans nos studios pour parler de « Naissance » votre dernier roman ? Banco. Immédiat. Une condition : mais alors longue l’émission, qu’on ait le temps de parler. Banco. Forcément. En trois semaines l’affaire est dans le sac. Train en provenance de Paris. Texto une demi-heure avant l’arrivée : Au fait c’est où, en gros, les locaux de la radio ? Au Banlay. Putain c’est loin ! Je viens vous chercher. … Yann Moix, tout a été dit sur lui. Comme sur son livre « Naissance ». Du pire au meilleur. Et bien, j’ai rencontré le meilleur. Pourtant, un invité comme lui, on se dit qu’il peut nous prendre de haut, nous, petite radio locale. Pas du tout. Au contraire. Il s’intéresse, écoute. On boit un café, on fait quelques photos et c’est parti pour cinquante minutes de direct ! Moix est un homme brillant. Une rareté par les temps qui courent. Il raisonne, argumente ; après, chacun est libre d’adhérer ou pas. Mais parler avec cet auteur qui réfléchit autrement, écrit sans limites, ne calculant pas en termes de plan de carrière ou de retombées commerciales est un régal. Croiser l’intelligence est un phénomène rare. En ces périodes d’autosatisfaction, il fait figure d’OVNI. Je le répète : après, on aime ou pas. Le sujet n’est pas là. Il faut reconnaître le talent. Il en a. Il a la réputation d’être narcissique, poseur, donneur de leçons. Faux. Il y a chez lui une véritable humilité, loin de toute posture. Il est cultivé et n’en déplaise aux écrivaillons-journaleux-critiques mondains, il est INTELLIGENT. Je l’écris en majuscules parce que le mot est galvaudé. Intelligent… Définition : « personne capable de comprendre ». Pas de réflexion de comptoir, de jugement du café du commerce. Il pense, turbine, cogite. Cinquante minutes c’est court. On éteint les micros. L’émission a été bonne. Logique. Il aurait pu la faire tout seul. Quand on est journaliste dans une petite radio, on a rarement l’occasion de faire ce genre de rencontre ou alors de manière fugace, pour quelques minutes. C’est pour ces moments-là que j’aime ce métier. … Je me demande quels seront les prochains.

De Fabienne Desseux de BAC-FM : 106.1

___________________________

Maja Baumgartner sera en exposition du 06 décembre au 04 janvier à l’agence Saint-Martin du Crédit-Agricole à Nevers.

___________________________

Emmanuel Lacouture, Pierre Lesavoir, Isabelle Lasternas, Caroline Gyurkovics, Eric Gyurkovics, Pierre Duriot, Etienne Regazzoni, Gregoire Brice-Thorin, Peter Meyer, Sylvie Renault, Deep Inside, Virgile Vaurette et Anne De Villèle. Nous serons tous en exposition, à partir du 5 décembre au PAC des Ouches sur les thématiques proposées par Amnesty-International avec nos œuvres respectives spécialement créées pour l’occasion.

______________________________

Frédérique Rouquette à l’Atelier 38, rue de la Barre à Nevers

fred

Frédérique Rouquette a emménagé rue de la Barre pour son exposition de Noël, avec ses couleurs et thèmes habituels. Toute en nuances chaudes, centrée sur l’essentiel, l’oeuvre de Frédérique n’a pas son pareil. De verticalités immenses et de rondeurs assoupies, les paysages de l’artiste sont avares de détails, font l’éloge de la simplicité et induisent une dimension presque zen, à la douceur colorée. Chlorophyllienne, de troncs et de feuillages, rocheuse, montagnarde, la thématique est une ode à la la nature et à l’air du temps, en grands, petits et moyens formats avec de nombreux petits bijoux : à découvrir à l’Atelier-38

______________________________
Juste paru « Les bêtes à pain » de Alexis Boucot , Professeur de lycée en histoire, il avait déjà fait « Histoire des terres d’Arquian, Puisaye-Nièvre  » http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/38910 Retrouvez une critique de cet auteur en lien avec la Nièvre.

______________________________

Le cinéma Mazarin de Nevers organise une projection le 12 décembre du film
Le regard de Georges Brassens de Sandrine Dumarais
François Bonneau fera une apparition à la suite de la projection, pour 30 minutes de chansons de Brassens pour faire chanter le public…

_______________________________

CONFERENCE   VITRAUX   CHAPELLE ST SYLVAIN Samedi 7 décembre    15 h Médiathèque Jean Jaurès Nevers Entrée libre

Huit vitraux contemporains ont été conçus pour les quatre baies de cet édifice… énigme qui sera expliquée… 

VITRAUX de  François Morellet, Claude Parent, Colette Deblé, Gérard Guyomard, Yvan Messac, Marc Vérat, Jacqueline Sirjean et Bernard Rancillac.

Dans le cadre d’un projet pédagogique, trois vitraux sont présentés par des élèves du Lycée Raoul Follereau, les autres par Michel Philippart.

 Modeste et authentique contribution à la réputation de Nevers en vitraux contemporains

_______________________________

EN DECEMBRE A LA MEDIATHEQUE JEAN JAURES

Retrouvez le programme complet sur notre site mediatheque.ville-nevers.fr ou dans le programme trimestriel. Toutes nos animations sont gratuites, certaines requièrent une inscription : renseignez-vous directement à la médiathèque ou au numéro de téléphone indiqué pour chaque animation.

EXPOSITION

ARCHITECTURE DU FUTUR / 30 ANS DE LA MEDIATHEQUE

A partir du 5 octobre et jusqu’au 4 janvier 2014

Sous la verrière au rez-de-chaussée

Renseignements  03.86.68.48.61

 

CONFERENCE

EVOCATION DE L’ŒUVRE D’ANDRE DESLIGNERES (1880-1968)

Samedi 14 décembre à 15h

Et encore pas mal de choses à retrouver sur leur site

_____________________________

Venez en famille vous amuser avec les subtilités de l’orthographe

Le Vendredi 06 Décembre 2013 à 18 h 00 dans les locaux de :

UDAF de la Nièvre 47 Bd du Pré Plantin – 58000 NEVERS

(entre le nouvel hôpital et la zone des Grands Champs)

PARTICIPATION de 4 € / Adulte et 2 € / -18ans

reversée intégralement au TELETHON

______________________________________

cabaret

___________________________________

fr
_______________________________
Pierre Duriot en exposition internationale en Suisse à Lausanne. Vernissage le 05 décembre à partir de 18 heures : retrouvez les coordonnées sur http://duriot.wordpress.com
duriotexoder
________________________________
Le groupe d’Amnesty International de Nevers
L’équipe du PAC des Ouches et les artistes participant sont heureux de vous convier au vernissage de l’exposition « Des artistes pour la défense des Droits Humains » le samedi 7 décembre 2013 à partir de 18h30 Exposition du 3 au 21 décembre Ouverte du mardi au samedi, de 10h à 12 et de 14h à 19h

________________________________

Edito de décembre : Claude Bardinet, novembre 2013

ABSTRACTION, RÉALITÉ des RÊVES,

 

Je voudrais exprimer mes pensées sur l’art comme on dévoile les racines d’un cœur tendre ému par le réel. Pourquoi pas des réflexions picaresques du genre, montre-moi ton zest et ne soit pas poltron.    

Revenons sur ceci qui est essentiel : la spirale du rêve et de l’imaginaire va de l’euphorie à l’angoisse accompagnée de certitudes. Il y a toujours un choix à faire entre ancrage dans le réel et évasion onirique. Tout est dans la relation volontariste avec le réel objectif, avec le temps lié à l’action dans le cycle des 24 heures solaires au rythme de la vie. Le dépassement des conflits intérieurs débouche sur un enrichissement de notre personnalité, consolidée ou construite à chaque acquis nouveau, à chaque pas nouveau. Un cerveau pensant est un cerveau agissant qui pour penser combine l’inné à l’acquis des idées et des actions réalisées.

La recherche artistique implique inquiétude et équilibre entre tendances contraires. La pratique en spirale de l’expérience par étapes successives mobilise connaissance acquise et compréhension intuitive des faits. Cette pratique, quand elle devient méthode, peut se décrire par l’inventaire de ses composants, soit: schématisation théorique, tracé régulateur des idées et de la pensée, rythmes du développement analytique, globalisation synthétique de la pensée comme finalité de l’acte. Les acquisde la pratique expérimentale peuvent se résumer ainsi :

– adhésion au rayonnement international des idées, élargissement du champ de la vision dialectique de l’historique jusqu’au présent ;

– appréhension de l’espace des relations et des localisations dans le temps, en particulier de la modification des faits durant leur observation ;

– intégration, dans le processus d’observation, des connaissances acquises, donc de la culture.

 

            Notons quelques approches synthétiques de la relation espace-temps-localisations. Tout d’abord, la perception dans les paysages du rôle de la couleur, de la végétation, des sols, des décors anthropiques et de l’atmosphère, est la base d’une connaissance intuitive des espaces vécus en relation spatiale. La question des rayonnements et de leur propagation, albédo, réflectance, diffusion, émission et transmission, selon la vision horizontale (l’homme debout) et verticale (vue du ciel) est la part objective de la vision spatiale des univers vécus. Notre esprit, subjectif, n’est pas formé pour regarder la couleur, la température ou les sons comme autant de gammes de longueurs d’onde, mais pour en retenir ou en subir une impression. Nous regardons d’abord les valeurs du réel de façon intuitive. Puis, lorsque la pensée se met au service d’un métier, par exemple celui d’artiste, nous apprenons à regarder la couleur, la température, les sons, comme facteurs d’interprétation de la nature observée, puis comme facteurs de la restitution artistique et de transmission culturelle.

 

            La couleur est perçue optiquement et vécue psychiquement, mais le processus physico-chimique dont elle est la traduction est généralement ignorée de la majorité des observateurs. Les phénomènes optiques, souvent d’apparence trompeuse, sont pourtant des faits réels. L’espace jaune est perçu plus grand que le bleu ; les surfaces délimitées apparaissent d’une nuance différente que les surfaces libres portant le même ton dans la même couleur. L’aurore rouge disparaît par ascension du bleu et du jaune. Le jaune, à la lumière, réconforte comme un rayon de soleil salué par un chant matinal ; mais il se ternit face au blanc éclatant à midi. Le bleu appelle le calme, rappelle l’obscurité et suggère la sensation d’énergie froide ; opposé au noir, à l’ombre, le bleu s’éclaircit, s’agrandit et se refroidit. Le blanc, le noir, considérés seuls, sont perçus comme une gamme vivante de tons. La perception des couleurs est organisée par deux centres cérébraux situés au niveau de la nuque et, lors d’empoisonnement, la réalité peut paraître monochrome, jaune par la santonine, rouge par la belladone et violette par le haschich.

 

            Durant le processus de création artistique, on doit réfléchir à la relation entre temps climatique et temps culturel, en fonction de critères tels que l’habitude, l’adaptation et l’évolution. La compréhension dialectique de la nature est fondée sur l’appréhension spatio-dynamique de la relation, chaud, froid, albédo, vie végétale et animale. La combinaison du chaud et du froid et de leurs cycles relatifs, agissant de façon non indépendante du sec, de l’humide, du clair et du sombre, est un des facteurs qui influe sur la distribution spatiale des espèces animales et végétales et sur la relation de l’homme à son environnement. L’artiste interprétant le contexte, lors de la création d’un paysage ou d’une scène de genre, est sensible à « l’atmosphère » du lieu, de la scène. Dans l’action de groupe ou de relation affective, la perception de l’espace est indissociable de la perception de la chaleur. La notion de fatigue, par exemple est toujours associée à la notion de chaleur, de froid, de mouvement. La question de l’équilibre entre calorie produite et calorie dégagée par les énergies vitales, en relation avec les systèmes sympathiques, végétatifs et radiatifs, est à la base de l’analyse des mécanismes de la pensée active. L’artiste fonctionne selon ces mécanismes, même et surtout quand il transmet son message par l’abstraction.

           

            Il y a des arbres qui n’ont pas de vent d’un seul côté et les feuilles leur poussent derrière la face décharnée. Ils figurent la brutalité de nos espoirs, et leur image est compatible avec notre espérance innée à la domination des obstacles. C’est comme la longue marche du silence intérieur pour percevoir l’écho comme message codé, insondable mais rythmé. C’est comme la paix des murs de pierre, à l’heure de leur découverte au vent sensible sous les pins. C’est comme la violence sous-jacente à l’humour, la colère cachée dans le rire, l’éternel besoin de révolte, la créativité en tant que mouvement, la durée de l’œuvre, créée moderne et qui se fane au temps, le déclin du classicisme et la jeunesse de la modernité.

 

            Celui qui bâtit mesure le poids de la pierre, teste son équilibre, estime sa mesure, sa matière, sa texture, sa pérennité. Le sculpteur ou l’architecte qui marque son espace bâti, crée un réseau de relation personnel avec la pierre ou le matériau, il tisse avec eux des liens d’amitié et, si tout va bien, il refonde la pierre et le matériau par l’amour du regard.  Attention, la ville enferme dans leur trajectoire les êtres-robots de la production du quotidien. La ville est sauvage malgré ses monuments historiques. Dans l’algorithme qui décrit une marche dans Paris, je recherche en vain le tracé d’Euler qui conduirait de l’habitat aux cinq points fonctionnels qui déterminent les fonctions de la Charte d’Athènes : habiter, travailler, circuler, se cultiver le corps et l’esprit.

 

            Chacun voudrait être libre par le contrôle des seuls déterminants de sa vie qu’il considère comme essentiels au regard de son expérience ésotérique. Veillons à ce que les intoxications mnémoniques ne brouillent pas notre perception de l’environnement. Les esprits tournent en rond dans leur fonction sociale et sont en peine de fournir des explications aux interrogations de l’enfance. Car ils traînent après eux des souvenirs de rêves brisés dans la tourmente de l’histoire, injuste et égoïste. Attention, l’histoire, comme les trains, peut en cacher une autre.

 

La notion de paradis est fragile. Tout ce qui est important est fragile ! Le Tohu-bohu reste la notion la plus proche de la confusion, du chaos et du désordre et suggère la notion de mort dans l’esprit de l’homme moderne ; il y voit davantage désintégration de la conscience par usure corporelle, que fin programmée d’une destinée, ou encore punition méritée.

 

Dans l’abstraction, la maîtrise du temps me prend tous mes moments de liberté. Le pinceau que tient ma main ne se meut que par ma passion de dire et seulement des choses secrètes que nul ne peut comprendre sans être initié. La communication des signes se fait par le canal de la mémoire globale. J’ai le sentiment d’avancer sans qu’il soit utile de l’expliquer, mais pas dans le sens prévu si je raisonne en termes de rationalité. Je suis constamment libre dans une direction qui se déplace par rapport à celle où je pensais vouloir aller. La réalité des contraintes matérielles ordonne une certaine modestie face à l’environnement et une certaine disponibilité face aux voies nouvelles qui se découvrent. Tous ceux qui roulent dans le sens du devenir connaissent les interrogations progressistes sur la nature des réalités spatiales. Il ne sert à rien de figer la connaissance dans ce qui est convenu, car la perception du réel par approches successives fait partie de la nature. Nul ne sait si demain n’ouvrira pas une interrogation hier impossible et c’est l’acquisition de cette certitude qui transforme notre rapport à l’autre. Léonard de Vinci pensait que l’homme pouvait voler, mais il ne pouvait imaginer la réalité vécue par Armstrong alunissant.

Claude Bardinet, à Nevers, novembre 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s