Les peintres du mois de novembre 2013

Publié: octobre 28, 2013 dans peintures, arts

boutonaart2

Le dernier livre du fabuliste clamecycois Patrick Chadeyras-Hean

 pat

Drôles de Fables, est le dernier volet de la trilogie des Fabliers de Patrick Chadeyras-Hean après Le Fablier de Val et Histoires de Fables. Ayant exploré dans ces deux derniers ouvrages la tradition et la poésie de ce genre littéraire, l’auteur a donné libre cours dans celui-ci à tout son imaginaire farfelu. À la fois burlersque et léger dans l’esprit de la Commedia dell’arte, mais sombre et dramatique aussi, chaque récit se veut étrange, inattendue ou décalé. Petite ou grande philosophie de vie, c’est ici un vrai manuel de lucidité sur nous-autres ! Enfin, son Fabuliste, Val de son nom de plume, s’il se moque d’abord de lui-même  n’en oublie pas ses pairs ni Dame Fable à qui il fait hommage. Ainsi notre guerrier de la rime rend là son ultime recueil pour tout au moins rire de ce monde ubuesque… et rira bien qui rira le dernier !

_______________________________________

Alain Finkielkraut : l’Identité malheureuse : Stock 

alain

Ce livre caracole en tête des ventes et pourtant il est vilipendé. Il serait raciste et réactionnaire. Il ne se plie pas au terrorisme intellectuel simpliste mâtiné de consumérisme dans lequel se noie la nation et l’Europe. Il serait élitiste et passéiste, il fait seulement référence à l’histoire et l’auteur exhume de la fosse où on tente de les enterrer, les précieuses sources classiques afin d’analyser le présent et d’en faire une description directe, comme un Truffaut, courant dans la rue, caméra au poing pour exprimer le réalisme sans les filtres du studio ou de l’effet spécial. Le langage, la posture, les nouvelles technologies, le multiculturalisme et d’identité nationale, par la pensée et l’intelligence, les rapports entre les hommes et l’idéal démocratique par la franchise et la bienveillance, voilà ce que nous propose  Finkielkraut dans un écrit de raison et de passion dont la violente idéologie actuelle assénée en boucle pourrait s’inspirer à chaque page. Récit majeur, transpirant à la fois le réalisme et l’intelligence, ce livre rassure par son succès, nous dit au-delà des critiques étroites, qu’il existe encore des gens qui pensent dans ce pays et nous fait regretter que ce ne soit pas ceux-là qui nous gouvernent.

Pierre Duriot

______________________________

Un Rochelais se souvient de ses racines nivernaises, du côté de Saint-Saulge et propose un lien vers son histoire familiale : à découvrir.

http://ceuxde14.wordpress.com/2013/11/21/si-mon-grand-oncle-paul-blaize-en-etait-a-saint-saulge-il-naurait-pas-epouse-ma-grande-tante/

______________________________________

batt

_________________________________________

Une assiette signée : Claude Parent

Nous vous informons de la sortie d’une série d’assiettes Faïence de Nevers avec un dessin de l’architecte Claude Parent, auteur de l’église Ste Bernadette à Nevers. Réalisation souhaitée et autorisée par écrit le 20 novembre dernier selon des modalités précises. Cette série de 100 assiettes numérotées sera la première consacrée à cet édifice devenu célèbre dans le monde de l’architecture. Dépassant le cadre de l’illustration d’un monument de Nevers, cette faïence représente un dessin original de l’artiste, offert à la chapelle St Sylvain en 2010. Œuvre donnant une interprétation originale de son édifice par l’architecte lui-même et qui confirme ainsi son choix de l’oblique. Une assiette sur dix est réservée à l’architecte (01/100, 11/100, 21/100, 31/100, jusqu’à 91/100) Quatre vingt dix assiettes sont donc disponibles, toutes numérotées au verso, accompagnées d’un certificat écrit et d’un exemplaire du livret  »Œuvres contemporaines dans la chapelle St Sylvain », dont quatre pages sont consacrées à ce dessin. Aucune autre assiette identique ne sera autorisée ensuite afin de conserver à cette série le caractère d’édition originale et limitée. Assiettes réalisées exclusivement par l’atelier Georges, 11 avenue Colbert à Nevers (T 03 86 61 09 12), en vente au prix de quatre vingt euros. Toute réservation se fera auprès de ce Faïencier.

______________________________________

Nevers vendredi soir 22/11 : Chiffon et guitares

Suite à la communication suivante, reçue de la part d’une personne du groupe « La guitare en chantant », n’étant pourtant pas elle-même « auteur » des photos, les clichés ont été enlevés de l’article. « On ne voit pas le copyright (c)gec58. Je tiens à ce que cela soit rajouté sur les photos, car elles nous appartiennent. Ce sont des photos de notre association et non des photos d’un journal. Présentées ainsi, on a l’impression que ce sont les vôtres et ce n’est pas le cas. Je vous remercie pour votre compréhension ». Ne désespérons pas pour autant, même à l’âge de la retraite, le melon se soigne encore.

« Enfance et partage », l’association, est à l’écoute des enfants maltraités, sert de système d’alarme, recueille la parole et cette cause a interpelé une bonne centaine de personnes vendredi soir à l’espace Stéphane-Hessel de Nevers où se produisaient deux formations musicales bien connues : Chiffon Rouge et La guitare en chantant. En rouge et noir, poing levé, non, j’exagère, avec seulement un  répertoire révolutionnaire et revendicatif, un genre de chorale à thème, épouse la condition ouvrière, le combat des petites gens, les idéaux de paix et de liberté. Sous la conduite de Stéphane Ruelle, la formation a enchaîné les titres en plongeant dans notre histoire de combats sociaux et de guerre. La guitare en chantant a suivi, avec une programmation plus acidulée, festive, à base de variété ancienne et de la fin du XXième siècle, sous la direction de François Wenisch, éternel musicien pitre n’ayant pas son pareil pour entraîner dans ses mélodies un public d’amis et de connaissances toujours prompt à suivre ce « jeune homme » aux multiples talents de scène. Le bouquet final a regroupé les deux formations pour une extraordinaire improvisation avec le violon de Stéphane Ruelle en écho à la trentaine de guitares et toutes les voix réunies. Ce concert clôturait la semaine des droits de l’enfant et va permettre de perpétuer les actions en leur direction.

 _________________________________

Nevers : Jeudi 21/11 : Alenko à la Taverne

alen1

Comme une bande de potes, avec ses habitudes, Alenko a posé son matos et grillé une petite cibiche dans la rue avant le tour de chant. Le beau Julien avait repris les baguettes, pour la plus grande joie de quelques acolytes présents toujours ravis de le voir passer de la guitare à la batterie. Le tout aussi beau Laurent, déjà en vieux routier inusable, à la guitare ou à la batterie, également interchangeable aux instruments était calé dans un tout petit coin, manche de gratte relevé, comme un manouche dans une caravane exigüe.

alen2

Et Florence, la couleur du groupe, avec le piano à bretelles orange et une petite queue de cheval agitée en cadence. La jolie Florence la joue rock, façon Gérard Blanchard, on l’aime l’accordéon quand il est tout feu tout femme. Arnaud Lepresle, en patron du groupe, fort en voix, a distillé son répertoire de compositions et de reprises, plutôt arrangées à sa sauce, plus piquante que de la variété, moins épicée que le rock mais festive, à boire et à chanter, rugueuse comme un  chant de marin et assez puissante pour faire sauter la salle. Tant pis pour ceux qui n’étaient pas là.

______________________________________

Henri Perceau : peintures

Du 21 11 2013    au 31 01 2014

 AU RESTAURANT  LE TOUR DU MONDE

PLACE CARNOT A NEVERS

______________________________________

lucien
________________________________
Vendredi 22 novembre à Garchizy, Espace Pierre-Girard, à partir de 21 heures. Les Castors-Cravates, musique Cajun.
_________________________________
Un petit nivernais, entouré en noir, dans cette exposition Suisse. Si vous êtes de passage, ce cinq décembre qui sera aussi le jour de mon anniversaire, passez donc à Lausanne. Pierre Duriot
paysage13
__________________________
Jean-Michel Grandjean en concert à Sucy-en-Brie
Jean-Michel Grandjean en première partie du concert de Graeme Allwright pour l’association PAN Projet Africain le 9 novembre 2013 à Sucy-en-Brie. Il est accompagné à la contrebasse par Dina Rakotomanga, musicien de Graeme.

https://www.dailymotion.com/video/x17a0p9_jean-michel-grandjean-en-concert-a-sucy-en-brie_music

_______________________________
L’Atelier38, a le grand plaisir d’accueillir 
Frédérique Rouquette 
pour une exposition tout en couleur du
29 novembre au 14 décembre 2013
Vernissage, le vendredi 29 novembre à 18 h 00
L’Atelier 38 Bénédicte Notteghem  –  38, rue de la Barre 58000 – NEVERS – FRANCE
03 86 61 60 47 –  06 65 39 22 67

________________________________________

Souffle aux corps – Vendredi 15 novembre 2013- Compagnie les Alentours rêveurs : Le temps d’un souffle

gwen11Vendredi soir, au centre Gérard Philippe de Varennes-Vauzelles, les spectateurs ont été « transportés » dans un voyage riche en couleurs, émotions, saveurs et tonalités diverses et variées. Les deux danseurs, comédiens et musiciens que sont Serge Ambert et Arnaud Méthivier nous ont démontré par un travail d’improvisation riche en écoute de soi et de l’autre que le souffle d’un être peut influer sur le corps d’autrui, que des souffles mélangés éveillent en chacun des souvenirs voyageurs, qu’une mélodie peut déranger, transporter ou caresser les êtres sensibles que nous sommes.Quand l’accordéon fait corps avec un musicien, quand un danseur devient comédien, quand les rôles se confondent, les corps se répondent, les langues s’inventent, le voyage commence et l’on s’imagine partir au côté de ces personnages dans de folles aventures. Arnaud Méthivier avoue que ce voyage est « voyage sans retour » car ils ne font jamais deux fois la même représentation.Un condensé de la vie, en somme, qui donne à cette évasion chorégraphique une saveur universelle.

Gwénàailes

_______________________________

Olivier Penhouët à l’honneur à Cours-les-Barres

barres111

Le quinzième salon d’art de Cours-les-Barres a ouvert ses portes vendredi soir et pour tout ce week-end de novembre à la salle des fêtes municipale. Comme à l’habitude, le Groupe a œuvré aux côtés de l’association organisatrice étroitement liée à la mairie en veillant à inviter des artistes dont les œuvres n’avaient pas encore été vues. Le roulement s’organise d’une année sur l’autre, afin de présenter un grand nombre d’artistes souvent locaux qui présentent peintures, sculptures et diverses techniques. Au-delà de ces vingt artistes, Olivier Penhouët, invité d’honneur, présente une technique unique à base de peinture, de tissage, de découpage dont il a l’exclusivité. Frédéric Barbier, président du Groupe et le secrétaire général Daniel Robillard, ont inauguré la soirée en présentant les artistes devant une foule nombreuse réunie au milieu des cimaises. A voir donc très rapidement ces 16 et 17 novembre. Sur les photos, Olivier Penhouët, invité d’honneur, accompagnée de Madeleine Brun et les artistes présents à cette exposition.

barres112

________________________________

Du 16 au 24 novembre, Annick Bouvattier est en exposition-vente à la galerie des Chapelains avec des prix « Atelier », moins chers donc, que les tarifs habituels de cette artiste de renom. A suivre 27 bis rue Saint-Etienne à Nevers. Tél : 03 86 61 25 21.

_________________________________

Article du Journal du Centre suite à la réunion tenue pour préparer l’expo programmée par le groupe local d’Amnesty-International.

article expo AI(2)

__________________________________

Affiche2-page1[1]
_________________________________
demain vendredi 13 novembre à 20:30
Salle Gérard Philipe à Varennes-Vauzelles

_____________________________________

image[1]

___________________________________________________

Les peintures de Pierre BELLON
dans le cadre de la Nièvre rencontre l’Algérie

Mercredi 20 Novembre à 17h45

Espace Exposition du Conseil Général
64, rue de la Préfecture à Nevers

Exposition du 15 au 24 novembre 2013, du lundi au jeudi, de 8 h 30 à 12 h et de 14 h à 17h30 et le vendredi, de 8h30 à 17h

_________________________________

Hello à tous, venez  pour la deuxième Disco Soupe qui aura lieu le 22 novembre de 18h à 22h sur la place de la Résistance.  VENEZ NOMBREUX déguster (et préparer) une Bonne Soupe Gratos Anti-Gâchis ! et à deux pas de la place venez assister au débat organisé par le centre social du Vert Pré : » Réduction des déchets: l’affaire de tous?  » avec le sociologue Marc Beuniche Restaurant Inter Administratif L’AGORA Rue Charles Roy, de 18h à 20h.

_____________________________

Le 22 novembre, dans le cadre de la semaine des droits de l’Enfant, la chorale « Chiffon rouge » et la « Guitare en chantant » se produiront de concert à l’espace Stéphane Hessel, à Nevers, au profit du comité de la Nièvre de l’Association Enfance et Partage. Venez passer un bon moment et participer à une action au profit de l’Enfance maltraitée.

_______________________________

Pierre Duriot sélectionné pour le salon international de peinture « Paysage 13 » à Lausanne en Suisse, en décembre. http://duriot.wordpress.com

__________________________________________

Claude Bardinet à la galerie ESPACE BELLE de N, n°1 rue de l’Oratoire, Nevers

La dernière exposition  de peinture de Claude Bardinet a eu lieu du 5 au 19 octobre, sur le thème de l’ABSTRACTION POÏETIQUE.

« Eternels Jeunes que ces peintres qui, décades après décades, continuent à chercher, explorer  d’autres voies picturales. Claude Bardinet est de ceux-là. Certes, il ne révolutionne pas l’Art ; mais  là n’est pas son intention : il se contente et c’est déjà beaucoup, d’exprimer avec sincérité ce qu’il ressent, de le communiquer au public par de multiples expositions qu’il organise sans ménager ses efforts. A cela s’ajoute son besoin d’écrire, de publier…  Bravo – Continuez. »

Michel PHILIPPART (chapelle Saint-Sylvain à Nevers)

_______________________________

ravaud

__________________________________

Nevers : « Entre Nous » au bar des deux gares 

EN1

Avec Nico, c’est un peu le retour des yéyés, en costume cravate, façon Dutronc, avec un batteur debout, impromptu, comme dans ces minis groupes des années soixante qui vous faisaient danser dès le quatrième temps. On est au XXIème siècle, l’insouciance en moins, on ne danse plus, mais les sonorités sont restées bien en place, dans les mélodies inoubliables de cette période pop-rock-variété dont les plus anciens se souviennent mais qui sont passées d’une génération à l’autre comme un petit bonus dans l’héritage.

EN2

Les trois lascars sont impeccables dans le tempo et la voix, dégainent des vieux titres en cravates étroites et pattes d’eph, avec des cheveux longs et ces idées courtes mais toujours gaies de l’époque de Johnny à ses débuts de Cloclo, Dutronc et les autres. A retrouver sur leur page Facebook.

________________________________

Emale : Après la pluie

emale2

Elle se souvient de ses premiers émois musicaux, en tapant sur des bidons et des poubelles, toute petite, puis de son premier refrain, à sept ans. C’est toujours comme cela que naissent les vocations. Faire du bruit, pas de révolte, mais une conscience des heurts et malheurs du monde, pas de revendication, mais de l’espoir, des paroles autobiographiques, des choses tirées de l’observation et encore de l’espoir. Il en faut de l’espoir pour mener son projet musical, ses neuf chansons, plus cinq autres, toutes neuves. « Après la pluie » ça va s’appeler, pour l’instant c’est la pluie et elle rame, mais elle fait ça très bien. Cherche des musiciens, s’expatrie, revient, repart, emmène avec elle un premier gars solide, son bassiste nivernais Frédéric Bruère. A Châlon elle retrouve un batteur et un guitariste soliste. Ce dernier élément est le plus difficile à trouver, il donne la couleur du groupe, envoie les solos d’enfer et fait sauter le public en l’air. Emale est rock, mais blues aussi, folk un peu, avec un penchant pour Janis Joplin. C’est une vraie fille mais une fille engagée, dans ses textes et sa musique, un peu rauque parfois, rugueuse comme une idole, plus tête de bois qu’âge tendre, tout le contraire d’une bombinette acidulée.

emale1

Franche comme un rock elle chante et s’accompagne à la guitare classique ou électrique dans un style puissant et nerveux, mais plutôt « racines » qu’alternatif. « Après la pluie » arrive tout doucement, première étape importante à l’issue de dix ans à multiplier les expériences musicales avec plusieurs effectifs. On l’a vue au festival « Garçon la note », revue encore l’année d’après dans la même organisation. On la reprend pour la qualité de ses prestations, son charisme et son originalité. Emale avec ses dreadlocks et son sourire mutin n’attend pas le producteur charmant, elle bosse, s’astreint à la rigueur des répétitions, vient de trouver sur Châlon un réseau de soutiens et d’amitiés lui permettant de porter un peu plus loin son projet d’artiste auteur-compositeur interprète. Retrouvez-là sur les réseaux sociaux, Facebook, Myspace, Tweeter et sur son site : http://www.emalemusic.com

Pierre Duriot

_________________________________

« 3. Bien avant

Avant même que tout commence, avant même de l’aimer, tu ne l’aimais déjà plus. A quoi bon ? Le plus dur était fait, le principal, qu’elle vienne à toi, qu’elle veuille de toi, qu’elle te veuille toi… A quoi bon l’après, la promiscuité, l’intimité ?… (…) »

La suite ici : http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782342014099

_________________________________

Les bonnes soirées de Kasperine

kas1

Le chat qui Louche était bondé, vous savez, ce petit bar de la rue Saint-Etienne, mais si vous savez bien, cette rue comme il n’y en a qu’une à Nevers. Ah oui, vers l’église là, où tout le monde se connaît. Ben oui, c’est là et toute la rue était au bar à bavarder et boire des canons, c’est vrai que même s’ils se voient tous les jours, ils ont des trucs à se dire. Y avait de l’ambiance, pour sûr, idéale pour le jazz, mais pas que, d’ailleurs c’était l’intitulé de la soirée, tout était dans le « Mais pas que ».  Kasperine, c’est un drôle de nom ça ? Non, c’est Clément Kasprzak et François Perrin, ça donne Kasperine. Ah ils ont bien fait, ça se prononce mieux que Kasprzak et ils jouent les gars ? Tu penses, le guitariste qui s’appelle Kas… enfin, Clément, vient du jazz manouche, fréquente les Rabouins et s’intéresse au jazz, aux sonorités latines, au swing…  avec un toucher de virtuose, il a Django pour modèle évidemment, un coup à se faire inviter dans tous les bons plans. Et Perrin à la contrebasse ? Tu connais pas l’François ? Ben c’est Perrin, de « Music and Musique », il est toujours mangé à toutes les sauces, joue de tout avec presque tout le monde, tout temps et tout terrain, mais surtout, il fédère les musiciens, les invite à jouer ensemble et monte des projets. Une aubaine qu’ils se soient rencontrés ces deux là ! J’ai discuté comme ça, il paraît qu’ils préparent un enregistrement, mais chut. Au Chat-qui-Louche, ce n’est jamais comme ailleurs, à l’entracte, y avait l’anniversaire de Fanny, de Carlos et de je ne sais pas trop qui encore, des jeunes des vieux, ça aurait coûté plus cher en bougies qu’en gâteau, alors François, il a joué Joyeux-Anniversaire et tout le monde a chanté. Et ils ont remis une tournée latino-jazz, quand c’est fête au Chat, on ne fait pas les choses à moitié.

kas2

Pierre Duriot

_____________________________

Pierre Duriot en exposition depuis ce vendredi matin sur le site professionnel Expo-privée. A suivre sur le lien ci-dessous.

http://expoprivee.com/expoprivee/horizons-maritimes

duriotrafdongesbl

_________________________________

alenko21

_______________________________

A découvrir, le nouveau site du sculpteur Virgile Vaurette

http://virgilevaurette.wix.com/sculpture-virgile

______________________________

Exposition  de  Maguy Gracedieu 

au  Restaurant  (  Le  Bengy ) V-Vauzelles.

Jusqu-à janvier 2014 

________________________________________

Robert Doisneau au palais Ducal de Nevers

« Le baiser de l’hôtel de ville » ou « La Vénus prise à la gorge », on a cette impression à tort, parfois, d’avoir tout vu de Doisneau à travers ces deux clichés immortels. Il y en a d’autres, beaucoup d’autres, de ce Paris d’avant et d’après guerre, de ces personnages devenus célèbres, comme Prévert et  Picasso, de ces gueules de titis anonymes, mômes parisiens sur les bancs de l’école dans les années cinquante. Ils payent aujourd’hui par leur charme suranné, évoquent ces trente glorieuses bénies, de l’insouciance et du plein emploi, ce temps où l’on s’amusait bien avec un bout de tissu et un morceau de bois. C’est fini depuis longtemps, on se revoit petit avec notre blouse d’école, on regrette cette insouciance plus possible et on se dit que jeunes et vieux ne voient pas la même chose dans ces clichés merveilleusement cadrés, dans ces expressions incroyablement évocatrices ou au contraire terriblement figées. Les pavés gris d’un Paris village, les façades décrépies des cafés de quartiers, tout un monde a sombré et les gamins barbouillés aux cheveux en épi sont devenus des sexagénaires nostalgiques revisitant leur enfance. A voir encore jusqu’au week-end prochain.

____________________________________________________

15ième salon d’art de Cours-les-Barres

Le groupe et la mairie

Invité d’honneur : Olivier Penhouët

Vernissage : vendredi 15 novembre à 18 heures

Du 16 au 17 novembre

___________________________________________

Le Croisic

J’avais acheté l’an passé à cette même époque une statuette de Véronique Dubus, devenue depuis, une correspondante, ce qui explique que dans ce blog neversois, il y ait l’annonce du marché des potiers du Croisic. Mais les nivernais sont nombreux à aller là-bas, on s’y croise même souvent entre connaissances de vue. J’y suis retourné et Véronique Dubus était là, souriante, toujours avec ses petits bonzes reposants. Pour ceux qui sont en vadrouille, c’est samedi et dimanche, c’est magnifique, dans l’ancienne criée réhabilitée.

Pierre Duriot

______________________________________

Prochain salon de Cours-les-Barres, dans le proche Cher, les 16 et 17 novembre prochains.

cours

__________________________________________

Michel Benoît en dédicaces.

MB10

Michel Benoît était à La-Charité, le week-end dernier pour la dédicace de son dernier roman : l’Auberge du Cheval Rouge, la dernière enquête du Commissaire merle : une saine lecture avant, pendant et après Noël.

_________________________________________________________

FLYER dernière version

_______________________________________________

Yannick PILON « le canal vu d’en haut »
dans le cadre du 5ème mois de la photo en Nièvre
Espace Exposition du Conseil Général
64, rue de la Préfecture à Nevers

___________________________________________

Edito de novembre par Pierre Duriot

Je ne sais pas vous, mais le charme d’une « petite » exposition, l’approche de la culture d’ici, des gens de culture est un moment d’intense bonheur. Hélas, nous avons de plus en plus cette impression de nous retrouver entre nous, d’être regardés par beaucoup comme un microcosme élitiste et fermé, témoin, cette petite fille voulant rentrer dans une galerie de peinture l’été dernier et ses parents la retenant par la manche avec cette parole forte « ne rentre pas là, tu vois bien que c’est une galerie de peinture ». On peut ne pas aimer cette « culture » industrielle où de jeunes gens s’intimident dans des clips violents et sexistes, on peut se garder de ces grand-messes du samedi soir délayées dans la suavité de Michel Drucker, la beauferie de Patrick Sébastien, où l’agitation d’animateurs jetables, on peut se détourner des mégas concerts et même de ces grands artistes décédés, présents au Grand-Palais, promus à grands renforts de publicité, certes magnifiques, mais déjà maintes fois ressassés, on peut se détourner de ces biens matériels commençant à déferler à deux mois de Noël, pour se plaire un moment dans ce milieu peut-être perçu comme élitiste, pour partager le concert ou l’exposition des amis, se dire que parfois il est bon d’être à contre courant. La roue tourne toujours et quand le matraquage « culturel » aura fini par devenir si insupportable, nous aura vidé de cette impression qui n’en est pas une de ne pouvoir exister par nous même, la créativité et les bonnes nourritures de l’esprit redeviendront une alternative.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s