Les peintres du mois de septembre 2012

Publié: août 30, 2012 dans peintures, arts

Plus de 16 000 visites à l’issue de l’été, en 14 mois. Merci aux anciens de leur fidélité et aux nouveaux de leur découverte de ce blog artistique. N’hésitez pas à collaborer en envoyant vos sorties ou coups de coeurs. aa.duriot@orange.fr

________________________________

________________________________

Pierre Duriot et Christophe Alves ont dédicacé pour les livres « Ne portez pas son cartable » et « L’étrange voyage d’Ahmed ». Liens : http://duriotalves.wordpress.com et http://pierreduriot.wordpress.com

________________________________

 A retrouver sur http://www.lespeintresdenevers.com rubriques le site ou le blog-actus.Du 29 septembre au 14 octobre.

________________________________

 

Emilie Douib, exposition posthume, à la médiathèque de Guérigny, jusqu’au 12 octobre. Vernissage le vendredi 21 septembre à 19h15

________________________________

 

________________________________

La Sauce présente La Fleuj, au PAC des Ouches de Nevers, du 06 au 27 octobre 2012. Vernissage le samedi 06 octobre à 19 heures.

________________________________

Trois nouvelles expositions

Christian Raze et les graveurs à Boubon-Larchambault, Charles Bataille à Grossouvre et les images qui mentent au PAC des Ouches.

A découvrir sur le site http://www.lespeintresdenevers.com rubrique : Le site

________________________________

 

La Compagnie Rosalie est une compagnie artistique NIVERNAISE qui propose des spectacles musicaux « jeune public » dans toutes les structures accueillant des enfants. Elle mène aussi des ateliers d’éveil musical,  propose des stages d’éveil musical et anime des goûters d’anniversaire. Elle organise, en cette rentrée, un jeu concours pour les classes et les écoles. Le jeu consiste à inventer l’histoire d’un prochain spectacle de la Compagnie Rosalie, quel que soit le niveau scolaire (de la maternelle en dictée à l’adulte au cycle 3 à l’occasion d’un travail sur le conte par exemple). L’école déclarée vainqueur par le jury gagnera un spectacle pour enfants dans ses propres locaux. Pour en savoir plus, demander des renseignements au 06.15.95.63.45 ou à compagnie.rosalie@laposte.net.

_______________________________________

Vision d’Artiste présente

Daniel Robillard

Du mardi 04 septembre au vendredi 12 octobre

Vernissage le dimanche 09 septembre à partir de 16 heures.

______________________________________

Nouveau roman de Pierre Duriot : Le Syndrome Rapa-Nui

http://duriotpierre.wordpress.com

______________________________

Peinture, sculpture à la Chapelle Saint-Maurice à Alby-sur-Chéran 74540

Frédérique Iwulski, Laurent Castelain, Elena Koupaliantz du 8 septembre au 21 octobre les samedis et dimanche de 15 heures à 19h30.

_____________________________

Un article sur la résidence d’artiste de Yannick Lequilleuc cet été et sa collaboration avec l’orchestre de Paris à Pleyel :
http://www.ladepeche.fr/article/2012/08/30/1428228-tanus-un-artiste-peintre-au-vert.html

____________________________

 

Vernissage du vendredi 28 septembre à 18h00 – Palais Ducal : Galerie F. Chalandre

 

Centième salon d’automne de peinture et de sculpture de Nevers : tout en profusion, diversité et générosité.

On peut dire que cet anniversaire a été dignement fêté par les artistes et les amateurs d’arts qui furent nombreux à participer à cet événement. La salle d’exposition du Palais Ducal était en effet vendredi soir remplie d’œuvres et de personnes les contemplant tant bien que mal par-dessus l’épaule d’un voisin. Pour Frédéric Barbier, « Ce salon est une réussite car il met en avant des œuvres faites en grande partie pour cette exposition». Les artistes ont en effet  fait preuve d’innovation dans le format carré qui ne les a pas empêchés d’être nombreux à répondre à l’appel puisqu’on peut trouver 85 exposants cette année contre une cinquantaine les fois précédentes : « Les artistes souhaitaient participer à la centième ».

 

 

C’est sans conteste un bel hommage à tous les artistes qui ont fait et font partie du Groupe d’Emulation Artistique du Nivernais depuis 110 ans. Bénédicte Nottenghem se dit « très heureuse de faire un nouveau format » qui l’a beaucoup intéressée. Elle trouve le résultat « magnifique ». Mme Triest reconnaît que « ce format permet de bien s’exprimer » et même un visiteur ne s’y trompe pas en disant que « ce format a inspiré les artistes ». Cette exposition est en effet riche en œuvres aussi colorées que diversifiées. Les techniques et matières utilisées sont très différentes d’un artiste à l’autre mais se marient harmonieusement. On apprécie les rencontres entre les peintures abstraites et figuratives, entre les sculptures et les toiles… Ainsi laisse-t-on notre imaginaire s’exprimer face à tant de diversité : quand l’hyperréalisme croise un horizon futuriste, on se prend à voyager dans le temps. De même, tandis qu’une épave rencontre un chalutier qui côtoie de vielles barques de pêcheurs, on se demande ce qu’ils peuvent bien se raconter… peut-être ont-ils eux-mêmes le regard attiré par ces sculptures de danseuses aux courbes harmonieuses et aux décolletés plongeants ?

                                                                                  Gwénaële B.

 

____________________________

Séance de dédicaces samedi 22/09 à Prémery

 

Le couple de gérants de la maison de la presse à Prémery, place de la mairie, a accueilli Pierre Duriot et Christophe Alvès, samedi, jour de marché pour une séance de dédicaces sur les livres « Ne portez pas son cartable » et « L’étrange voyage d’Ahmed ». Christophe Alvès a patiemment dessiné son héros à chaque acheteur de L’étrange voyage d’Ahmed. Bientôt, la sortie du second conte : « Le Câlin du Yéti », toujours chez l’Harmattan.

A noter que dans cette maison de la presse de Prémery, on trouve également l’album Villa aux Roses de Thierry Desseux, l’auteur compositeur neversois. Retrouvez sa présentation sur son profil Facebook.

____________________________

Prochain salon d’arts de l’ADAC à Chatillon, près de Paris. 

Grâce à Régis Broustet, président de l’ADAC, également peintre de bateaux, quelques unes de mes toiles de la série Horizons-Maritimes seront exposées là-bas. Merci de leur invitation. Amicalement : Pierre Duriot

____________________________

Emilie Douib à Guérigny : vendredi 21/09

Emilie nous a quittés cet été, un peu bêtement. Des fois les vies se terminent comme cela, au moment où il ne faudrait pas, au moment où Emilie Douib, retraitée active, engagée, créatrice, produisait des oeuvres artistiques inspirées, puisées dans sa culture, dans ses évolutions personnelles, dans ses combats politiques. Et plouf, plus rien, pour nous qui sommes athées, rien que nos molécules qui retournent à la terre, laquelle les utilise pour faire autre chose avec. Il restait de tangible cette date d’exposition prévue à la médiathèque de Guérigny. Il reste pour longtemps encore,des toiles, des sculptures, des mosaïques… Une petite partie d’entre ces créations a été regroupée à la date prévue, dans les locaux retenus et l’exposition a bien lieu, à titre posthume. Une série sur le Hip-Hop est à voir. Elle a été inaugurée vendredi soir, en présence des élus et amis de l’artiste. Emilie, tu nous manques.

Pierre Duriot

____________________________

Dimanche 16/09 : Centre d’art de Pougues : Les maisons de Jean-Pascal Flavien

Chacune dans une boîte à chaussures, petites maquettes de cocons bienveillants, des maisons, idéalisées, formalisées, tournées vers les extérieurs ou les intérieurs, laissant échapper ou capturant sons et lumières, conversations et airs du tems… les maisons de Jean-Pascal Flavien échappent aux concepts rationnels mais revisitent avec des considérations artistiques les havres de paix, les nids douillets de hommes, ces toits indispensables au bonheur de l’humain et de sa famille. Mais parfois, un raisonnement d’artiste est difficile à suivre, à relier à la réalité des choses. Alors le Centre d’art de Pougues a prévu des visites commentées, de ces mini-conférences où un spécialiste met des mots sur les interrogations ou les moues parfois dubitatives des visiteurs. Dimanche, la dernière des « Maisons qui respirent » a rassemblé de nombreux amateurs.

Photo : Explication de texte devant les maisons de Flavien.

______________________________________

Dimanche 16/09 : Les peintres de la Fermeté : Annie Bagot et les autres

La journée des peintres a bénéficié d’un grand soleil, dimanche à La-Fermeté. Ils s’étaient répartis dans toute la commune et même dans les coins de nature alentours, avec leurs chevalets et leurs couleurs. Les visiteurs ont suivi, allant de l’un à l’autre, appréciant traits et teintes. Annie Bagot (photo), officiait à l’ombre sur la place du village.

______________________________________

Dimanche 16/09 : Pougues : Eric Jovet aux mannettes à musique

Le dimanche 16 septembre 2012. Le goût de l’air était différent ; le soleil n’a pas été celui qui crée les ombres : I-Eternal s’est produit. Et une musique a éclairé de sa lumière noire l’assemblée du Parc Saint Léger. Cette musique, moins surréaliste qu’uchronique, nous a fait entendre le conditionnel : « Et si… »Et si tous les temps du monde étaient réunis en un son, en un écho (à la fois même et autre) et en un point…Et si tous les lieux du monde étaient réunis en un son, et en un point…Ce point, le 16.09.12, était un trou noir. Sous, et par la Plateforme (monolithique) de Nicolas Floc’h, I-Eternal nous a fait graviter, statiques, et nous a avalé dans une voix. Nous étions là et partout ailleurs. Dans le bruit de l’eau et dans le son des tubes, dans la couleur des arbres et dans l’Histoire engloutie. I-Eternal, ou l’Odyssée.

Par Fanny Torres

 _________________________________________

 14/09 : Charles Bataille à Grossouvre : Vache de monde

Charles Bataille est à la Halle de Grossouvre, avec son troupeau de vaches carrées, ses arbres en relief et ses nuages cubiques, ouatés, flottant dans les lumières de mondes improbables. Charles a aussi trimballé sa verve, sa capacité à dénoncer les travers, les dérapages, les errements, de la société de consommation, du monde politique, des côtés obscurs de nos âmes.

Bataille bataille, à coups de pinceaux, travaille ses bovins aux garrots carrés en noir et blanc, en jaune et bleu, teinte ses arbres en rouge ou en vert surnaturel, trop vert pour être vrai. Les vaches aux panses arrondies, coincées entre deux plaques, semblent se moquer du monde, semblent meugler de rire, évoquent les humains les plus caricaturaux, comme nos célèbrent guignols de latex. Et puis Bataille bataille encore dans les arènes, avec ses matadors rutilants, colorés, cambrés dans l’action, statufiés dans la mise à mort. Bataille voyage, expose ici et là, a posé ses oeuvres dans l’extraordinaire halle industrielle de Grossouvre : à ne pas rater.

Photo : Bataille au centre entouré d’amis peintrers : Denis Richard, à gauche et Lucien Verdenet, à droite.                          Pierre Duriot

____________________________

Jeudi 13/09 : Jean Montchougny : le parcours expliqué

Quelques toiles de Jean Montchougny sont visibles à Varennes-Vauzelles, sous la pyramide de verre de l’entrée de la mairie. Des œuvres issues de différentes époques et l’œuvre des mains, majeure, par sa puissance évocatrice, trônent en hommage à l’artiste nivernais disparu. Jeudi soir, en salle de réception, en présence des élus locaux et de nombreux amateurs d’art, en présence aussi de l’épouse et de la fille de l’artiste, Jean Michel Roudier, conservateur des musée de la Nièvre, a retracé le parcours artistique de Montchougny, les œuvres, les périodes, les techniques mais également les messages perpétuellement sous-tendus, les engagements sociaux et politiques véhiculés par la création et l’implantation des œuvres. A voir jusqu’au 28 septembre.

Texte et photo : Pierre Duriot

____________________________

David Garcia au Conseil Général : mercredi 12 septembre

L’homme a repris les pinceaux, avec toujours autant de sensibilité, toujours autant d’amour pour sa campagne environnante, autant d’acuité pour saisir les lumières et les bruissements végétaux. Peintre des grands arbres, peintre de la douceur chlorophyllienne, David Garcia perçoit aussi la neige comme personne, la teinte de bleus pâles, la restitue rayonnante sous le soleil d’hiver. Il propose aussi des scènes de nuit, faiblement éclairées, où le noir est couleur, où l’ombre installe le contraste. Il était ravi du hall de l’édifice départemental, clair, ou une vingtaine de toiles est proposée au verdict du public. Mercredi en fin d’après-midi, la foule se pressait, les amis, les collègues peintres et les amateurs d’art répertoriés, en attendant le public qui pourra découvrir ce peintre local toujours au premier plan.

Photo : David Garcia, à voir au Conseil général et à découvrir dans

http://www.lespeintresdenevers.com rubrique : Le site.

____________________________

Les festivals et biennales… Par Daniel Thiers

 

Il ne vous a pas échappé que de nombreuses manifestations temporaires artistiques, (Festivals internationaux ou Biennale de  pastels ou d’aquarelles) ont été crées partout en France. En voici ici présentés succinctement quelques unes :

 

Biennale d’aquarelle de Brioude

Plusieurs salles d’exposition réparties dans le centre ville, présentent un large  choix d’œuvres et d’artistes venus du monde entier. Des démonstrations gratuites ont lieu en public et des stages payants sont aussi proposés.

 

Salon International de l’Aquarelle de Saint Yrieix la Perche 87 500 au sud de Limoges.

C’était du 21 juillet au 19 août  www.salon-international-aquarelle.com

       

Festival du pastel de Feytiat. Près de Limoges C’était du  30 juin au 2 septembre.

Mairie Service Pastel place de Leun 87220 Feytiat. Outre Feytiat, la fédération des pastellistes de France, propose aussi  le salon international du pastel de la ville d’Yerres 31 mars  3 mai 2012, Abbaye de Saint Florent le Vieil  près d’Angers, 7 juillet 26 août. A venir Automnales de Montluçon 15 septembre au 14 octobre, et Amis des arts de Chaville (92) 28 novembre 9 décembre… www.pastellistesdefrance.com

 

Salon international du pastel de Saint Aulaye  en Dordogne  C’était du 4 au 26 août www.pasteleperigord.net

D’une façon générale j’ai vraiment apprécié le niveau de ces expositions figuratives ou abstraites… Parce que même si je n’aime pas toujours tout ce qui est exposé, l’effort est fait sur la présentation, l’accueil et la qualité des oeuvres et des artistes. Les manifestations ne se cantonnent plus à la seule saison estivale comme le montrent cette année le premier festival international d’aquarelle de Narbonne en décembre,  le second salon du pastel  des monts du Lyonnais en novembre voir www.horizon-pastel.fr ,   etc., etc. …

Enfin, n’oublions pas la question qui m’a été posée : « Ces salons ou biennales méritent ils l’adjectif international ? ». Tous présentent au moins quelques nationalités. Les deux manifestations aquarelles avaient des origines plus diversifiées que celles du pastel mais on notera qu’il est plus difficile de faire voyager des œuvres au pastel  qui n’aiment pas être « secouées » que des  aquarelles… Ces manifestations organisées par des associations locales aux moyens modestes sont d’un accès gratuit au public, d’un très bon niveau et réunissent toutes au moins quelques noms internationaux. Dans un avenir proche, les organisateurs sauront sans doute réunir de plus en plus d’œuvres venant du monde entier. On note encore qu’ils se serrent les coudes car chaque salon  annonce quelques autres manifestations qui se tiendront ici ou là…

 

Espace Rebeyrolle dans sa ville de naissance à Eymoutiers, 40 km au sud est de Limoges. Présentation pour partie des œuvres de l’artiste et pour partie des expositions temporaires. www.espace-rebeyrolle.com Dans cette salle est présenté le mouvement cinétique lent : des objets qui ne sont qu’apparemment immobiles se déplacent sous l’action de moteurs ou d’énergie par magnétisme.  L’œuvre change donc d’aspect pour celui qui sait attendre… A proximité se trouve aussi le centre international d’art et du paysage sur l’île de Vassivière. Un parcours piéton en pleine  nature à la découverte de sculptures  et de nombreux artistes www.ciapildevassiviere.com

Vous pouvez me faire part de toutes vos remarques à  l’adresse suivante : daniel.thiers@laposte.net

____________________________

Jean Montchougny en rétrospective à Varennes-Vauzelles

Jean Montchougny, qui nous a quitté voici quelques temps, sera exposé jusqu’au 28 septembre à Varennes-Vauzelles. Vernissage jeudi 13 septembre à partir de 17 heures, sous la pyramide de verre de la mairie et conférence sur l’artiste par Jean-Michel Roudier.

____________________________

Pierre Duriot : dernière toile : Pâques 2012. Je me présente comme peintre à la porte d’un chantier naval de Lorient. L’homme de quart me laisse entrer sur la zone interdite au public et prendre quelques photos, dont ce remorqueur-pilote sur cales, en cours de réfection, avec visiblement des travaux sur les hélices. Le temps de digérer l’image et le résultat est aujourd’hui sur la toile. Une 100X100 qui sera exposée lors du Salon d’Automne du Groupe, le 28 septembre prochain au Palais Ducal. A retrouver sur le blog http://duriot.wordpress.com  Vernissage le 28/09 à 17h30

____________________________

Daniel Robillard en vernissage chez Frédéric Barbier

Le graveur Daneil Robillard, en compagnie de son épouse, était présent dimanche pour le vernissage de son exposition de gravures et monotypes, à voir jusqu’à la mi-octobre.

____________________________

Pac des ouches – Samedi 8 septembre 2012

Les images mentent ? Manipuler les images ou manipuler le public
L’exposition a été conçue par Laurent Gervereau qui préside l’Institut des Images et travaille depuis 30 ans à l’analyse de tous les types d’images.Ce dernier pense qu’ « éduquer aux images est une urgence » dans ce monde où les images se multiplient. Le public doit-il croire à tout ce qu’il voit ? Quelles sont les intentions du photographe, dessinateur ou du commanditaire de l’œuvre ? Quelles répercutions peuvent avoir ces images sur notre inconscient, nos images mentales, nos conceptions de la réalité ? Ainsi, cette exposition donne à réfléchir sur le sens plus ou moins caché de ces images et sur les procédés utilisés pour mentir au public voire le manipuler.

Laurent Gerverau souhaite faire « parcourir rapidement l’histoire des images au public pour comprendre ce qui relève de leur fonctionnement et ce qui relève d’une volonté de manipuler le public, notamment aujourd’hui, à l’ère de l’ubiquité ». Ainsi, peut-on voir par exemple, une illustration de Robinson Crusoé de Daniel Defoë faite par Grandville, un illustrateur du XIXème siècle, qui permettait au public d’avoir une ouverture sur le monde à travers ses gravures qui avaient le tort de privilégier le sensationnel, la peur ou l’idéalisation exotique. De même, une affiche dessinée par une écolière parisienne lors d’un concours en 1917 représentant « une brave poule qui mange peu et produit beaucoup » démontre une volonté de détourner les privations quotidiennes et les horreurs de la guerre dans « un bourrage de crâne » médiatique. Le visiteur prend dès lors conscience du pouvoir manipulatoire de ces images qui peuvent elles-mêmes d’ailleurs être manipulées comme ce photomontage exploité à travers le monde (afin de soutenir l’Espagne républicaine contre les putschistes de Franco) d’une mère éplorée sous les bombes avec son fils qui n’était en fait qu’une femme qui défilait avec son enfant dans une manifestation à Madrid. L’exposition choisit volontairement des images arrêtées et un parcours simple, pédagogique qui la rend riche en enseignements. Les images peuvent donc servir de modèle, de contre-modèles ; on peut utiliser des stéréotypes affectifs afin d’ôter le sens critique ; on utilise des « géo-caricatures » pour vendre. Les images virtuelles semblent plus réelles que la réalité même ; les images de bonheur sont vendeuses ; la haine de l’autre est très souvent exploitée ; les morts, la science, sont instrumentalisés, comme pour la vente…Cette exposition ferait bien mentir l’adage populaire : « Je ne crois que ce que je vois ».       Par Gwenaëlle Benet

_____________________________

Daniel Robillard dans le studio de BAC-FM

Daniel Robillard, graveur, linotypiste, était l’invité de l’émission de rentrée du magazine « Parlons d’art » sur BAC-FM, jeudi midi, au lycée Raoul-Follereau. L’artiste expose plus de quarante œuvres, toutes techniques et thématiques confondues à Vision d’artiste, chez Optique Barbier, jusqu’au 12 octobre prochain. Grand amateur d’art, dessinateur depuis l’enfance, Daniel Robillard, très à l’aise, s’est plié au jeu des questions réponses, a exposé ses techniques, ses méthodes et ses sources d’inspiration. Membre du Groupe d’Emulation artistique de Nevers, administrateur de cette association, il a redoublé de créativité depuis le début de sa retraite et présente une série d’œuvres récente, abstraites et figuratives à découvrir aux heures d’ouverture des commerces, rue Saint-Martin à Nevers.

Photo : Daniel Robillard, à gauche et l’interview par Pierre Duriot

____________________________

Galerie des Chapelains : La-Malfa et Denis sont vernis

Ces deux là étaient faits pour se rencontrer. La-Malfa, ses femmes, ses explorations de l’Italie de la Renaissance, sa dramaturgie, est resté dans les grands formats. Il dévoile les arrières plans de la passion amoureuse interdite, élabore les côtés visibles et cachés de la puissance politique, a bâti ses toiles sur des faits historiques réels déclinés dans le style qu’on lui connait, cru et travaillé, contrasté et sensuel.

Mais il a fait mieux, a invité Richard Denis à prendre les pinceaux. Le comparse taille habituellement la pierre, travaille de ses mains à de multiples tâches. Il ne manquait que la peinture. Depuis trois ans, l’artiste verse dans une réflexion picturale en prise avec l’actualité, avec les heurts et malheurs des technologies et des âmes humaines. Il propose des évocations aux tonalités politiques, parfois dénonciatrices, fonce dans des paraboles idéologiques aux bretelles de sorties multiples, réfléchit sur le statut du peintre et de sa communication au monde… mais ne néglige pas la teneur esthétique, rend des univers très travaillés, colorés et puissants. A voir aux Chapelains avant de remettre trop tôt la tête dans le guidon.

Pierre Duriot

_____________________________

Varennes-Vauzelles : L’école municipale de musique à un tournant

Des locaux neufs, des salles dédiées à la musique, onze professeurs, autant d’instruments de musique pratiqués, toutes les conditions sont réunies pour entrer du bon pied dans une nouvelle saison musicale. Sébastien Charmot, nouveau directeur, a été chargé par la municipalité d’impulser un mode de fonctionnement basé sur un projet pédagogique où l’accent sera mis sur les collaborations : avec les différentes autres entités de la ville, avec d’autres structures de l’agglomération, à travers une thématique sur les droits de l’homme et entre musiciens eux-mêmes avec une incitation à la formation de groupes essaimant dans de multiples registres musicaux. La structure, installée dans les locaux de l’école Romain-Rolland, dispose de nouveaux outils comme des salles de répétition, un studio d’enregistrement, un piano mis à disposition des élèves… Sébastien Charmot ne cache pas son enthousiasme et évoque déjà des sorties collaboratives profitant aux élèves en lien avec les autres événements de la ville. Tous les concerts seront à suivre sur le blog des peintres de Nevers.

Photo : Sébastien Charmot évoque les projets avec enthousiasme.

____________________________

Garçon, la dernière tournée… avec Emale

Le festival Garçon la Note s’est achevé vendredi soir au bar Saint-Etienne, rue du même nom. Il faisait froid, putain d’automne qui revient, avant la date. Mais le public, déjà emmitouflé, n’a pas raté la dernière séance, pas plus que toutes les autres, largement suivies et applaudies sur les places et dans les bars de la cité ducale.  

« Emale », le groupe local, de la ville, du quartier même, était aux mannettes, à la voix surtout, avec Emale, chanteuse, guitariste, poly-musicienne autodidacte, à la voix chaude et au contact facile avec le public. Autour, Patrick Marquis (guitare), JP Marquis (batterie) et Fred Bruère (basse) l’accompagnaient pour une série de compositions en français dans les textes. Seulement dans les textes, pour le reste, le voyage musical passait par les étapes mythiques de la musique rock, avec des accents blues, des riffs et solos de guitare presque folks, façon Calvin Russel et les rondeurs vocales des Cranberries. Joyeux mélange, festif, à claquer dans les mains ou avec un talon de Santiag selon les épisodes. Aux autres mannettes, à bière, dans le sympathique bar de quartier, deux autres jolies nénettes ont servi de quoi clore un festival plébiscité à chaque étape par les spectateurs.

Bon vent pour Emale et ses musiciens, à découvrir sur

http://www.emalemusic.com

 Pierre Duriot 

_____________________________

Edito de septembre : On a parlé de codes…

L’heure est grave, c’est la crise et le chômage galopant. Quelle surprise, on parle d’insertion des jeunes dans le monde du travail, d’apprentissage de « codes vestimentaires dans l’entreprise », mieux, de « codes de comportement » dans l’entreprise… Et c’est la gauche qui en parle. Nouvelle tonalité, on se sent moins seul d’un coup, nous qui militons, qui défendons, depuis tant d’années la culture commune, l’adhésion à un ensemble de pratiques sociales, sous forme d’un pacte de vie dans une société certes multiculturelle et respectueuse des origines de chacun, mais également collective et convergente vers un ensemble de valeurs reconnues, en société, en famille et bien sûr, au travail. On se sent d’un coup, moins… réactionnaire sur ce type de sujet. Alors c’est fini l’époque où il fallait accepter, tolérer, comprendre, des tenues, des comportements, des langages… exotiques, pour rester politiquement correct, au non du respect de je ne sais quel droit qu’avaient ceux qui en retour ne respectaient rien ou pas grand-chose. Alors s’il est question de culture commune, les artistes ont leurs mots à dire, eux qui dans chaque société créent et font évoluer non seulement la culture et l’identité d’un pays mais également la capacité des auditeurs baignés dans cette culture à s’accepter et à se comprendre mutuellement. Cette culture, c’est le contraire du culte de l’omnipotence et des droits sans les devoirs si souvent ressassés. Il n’est jamais trop tard pour redécouvrir que création et réflexion valent mieux que la sous-culture télévisuelle écrasée entre deux spots de pub. Alors que notre premier Ministre voit la sortie de la crise par la créativité et l’innovation, souvenons nous que ces qualités prennent racines dans la culture.

Pierre Duriot

commentaires
  1. Bonneau dit :

    A signaler, les Ateliers du Patrimoine exposent à l’hôpital de Nevers tout le mois de septembre…

  2. EMALE dit :

    Un grand merci à vous pour l’analyse faite de notre musique. Je viens de tomber par hasard sur votre article qui nous réchauffe le cœur et nous porte dans notre projet!!
    A très vite pour de nouvelles aventures musicales!!

    -EMALE-

  3. The following exotic plantations generate for an unequivocable retreat in Kerala.
    It hosts visiting tourist in all over your current world in luxurious hotels, apartments and consequently bungalows.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s