Les peintres du mois de mars 2012

Publié: mars 1, 2012 dans peintures, arts

La Tempera d’Agnès Girard

A voir chez Vision d’Artiste, Agbnès Girard propose une technique picturale particulière : la Tempera. cette peinture à l’oeuf confère aux oeuvres une douceur et une poésie inattendues exploitées avec tendresse par cette artiste de la région parisienne. Elle invite au vayage, dans les campagnes verdoyantes ou le désert maghrébin, saisit avec finesse les feuilles bruissantes, les rameaux des arbres et les drapés des touaregs. Un détour par des architectures monastiques et des pierres de tailles baignées de soleil, des arcades en clair-obscur et des dalles séculaires. L’oeuvre d’Agnès Girard invite à la méditation et au repos. Avec de nombreux petits formats, l’artiste propose une collection accessible à voir jusqu’à fin avril.

_____________________________________

Le talent des Soroptimist

Du 22 au 27 mars, salle Bernadette-Soubirous, rue Saint-Gildard, le club Soroptimist, réseau mondial de femmes, a présenté sa manifestation annuelle intitulée : « Les Nivernaises ont du talent ». Quarante-deuxartistes ont présenté plus de quatre-vingts œuvres à la vente au profit des enfants handicapés de l’institut Louis-Wuillemin d’Urzy.

Une foule considérable et admirative s’est pressée samedi 24 mars au vernissage.

Par Jean-Charles Dessaule

_____________________________________

Salon des Dames, samedi et dimanche 24 et 25 mars

Des livres, par milliers, de très jolies femmes, auteures, lectrices, des centaines de visteurs… Le Salon des Dames tient salon dans les plus belles salles de la ville, au Palais Ducal. Les amateurs passent, leurs livres sous le bras, les amis se rencontrent, discutent, s’échangent leurs cartes de visites, se racontent leurs dernières lignes préférées, parlent de leurs coups de coeurs, de leurs écrivains fétiches. Un visiteur averti m’attrape par le bras : « Vous savez, j’ai regardé sur internet, c’est dommage, ce magnifique salon n’a qu’un très faible écho national, la grande presse n’en parle pas.

Il a peut-être raison mais alors on peut tous s’y mettre, tous ceux qui ont apprécié l’ambiance et la culture du lieu. Partageons nos impressions sur nos blogs, nos sites et nos pages Facebook et notre ville rayonnera encore plus loin.

Pierre Duriot

_____________________________________

Merci à BAC-FM

Catherine Tripier, directrice d’antenne de BAC-FM a donné son accord pour interviewer des peintres ou des invités du Groupe d’Emulation Artistique de Nevers lors de leurs expositions en terre Nivernaise. Cette collaboration, reprise d’une ancienne pratique, est la bienvenue pour les peintres et les auditeurs et nous espérons qu’elle permettra aux uns et aux autres une meilleure approche de l’art et de la culture par l’explication des sources d’inspirations, des techniques et des parcours des artistes. Ces émissions auront clairement une vocation conviviale et pédagogique, de manière à rapprocher la création et les créateurs du public scolaire du second degré et de l’enseignement supérieur.

____________________________________

Portes ouvertes sur l’art à Challuy

Samedi 17 Mars, 300 à 350 visiteurs sont venus voir l’expo organisée par des étudiants sur le thème de « La Communication par l’Art », dans le cadre de la journée Portes Ouvertes du Lycée agricole de Challuy. Peintres, graveurs, sculpteurs, céramiste, vannier étaient présents.

Collaboration de Jean Dessaule.

____________________________________

Vendredi soir 16 mars aux « Copains-d’Abord ».

Pascale et Marie-Pierre en poésie

Pascale Barathon nous a parlé d’un temps que les moins de 20 ans…. de 40 ans ! ne peuvent pas connaître. L’amour en ce temps-là s’écrivait en alexandrins poétiques et en refrains éternels, valsait autour d’un accordéon, tournait sur les quais de la Seine et du canal Saint-Martin. Marie-Pierre Carlier, au piano égrenait ses clés de sol, pour une assistance aux anges, prompte à reprendre des vers surannés au charme imprescriptible.

La salle des « Copains-d’Abord », rue Saint-Didier, était comble et les deux musiciennes officiaient sous les regards bienveillants de leurs idoles, Brassens, Montand, Trenet et quelques autres. D’avant-guerre, d’après-guerre, du temps des rois… les airs ont essaimé en bonne soirée et Pascale Barathon, de sa voix forte et claire, sans micro et sans fausse note, a emmené son public dans ses ritournelles et invité quelques chanteurs occasionnels à partager un pur moment de poésie.

Pierre Duriot

_____________________________________

La misère et l’exclusion sans fard

Stéphane Jean-Baptiste, photographe neversois est allé à la rencontre de ces gens que la société cache pudiquement sous le tapis du salon, de ces gens laissés pour compte, qu’on ne montre pas, qu’on ne photographie jamais, tant la jeunesse et la beauté sont devenues des dictatures de la correction argentique et numérique. L’objectif a saisi la misère, la pauvreté, le handicap, sans fard, offrant un cliché sans cliché justement. L’objectif rend l’instant digne, bannit cette peur ou ce dégoût qui vous envahit parfois quand on croise dans la rue ces pauvres hères.

Jean-Louis Balleret présente l’exposition de Stéphane Jean-Baptiste.

L’image arrêtée, hyperréaliste, avec les noms des personnes, presque surréaliste même, donne le temps d’appréhender l’émotion et le sentiment, de comprendre ou d’imaginer un parcours comme un cul-de-sac, de surmonter le rejet souvent, de ceux que pourtant nous engendrons tous, cette part de société qu’on ne saurait voir et qui fait partie de nous. Les expressions, les regards, perdus dans des petits univers simples et propres donnent une dimension humaine extraordinaire, ramène à la vie et à la lumière des concitoyens toujours dans l’ombre. Avec les textes de Jean-Eudes Dallou. Ces clichés sont exposés dans le cadre de la dernière session du Conseil Général sur le thème de  l’économie sociale et solidaire.

Pierre Duriot

_____________________________________

Bonjour chers collègues et amis

Mon livre vient de paraître. Intitulé « Ne portez pas son cartable », il est consacré à la manière dont un enfant grandit à l’école, à la maison et en société. Ceux qui me connaissent ont déjà entendu mon discours que j’essaie au maximum de lier à la réalité de l’enfance et de la parentalité d’aujourd’hui. Se séparer de son enfant qui grandit est parfois difficile, mais refuser de le voir ou de le laisser grandir est encore plus dur. Ce livre est le reflet de mon travail, de mes paroles, il est déculpabilisant, réaliste et surtout optimiste. Je vous invite à le découvrir, il paraît en sortie nationale, et à en parler autour de vous à tous ceux qui souhaitent voir leurs enfants devenir de grands élèves autonomes et responsables. Il est disponible dès à présent sur le site de l’Harmattan et bientôt dans toutes les librairies. http://www.harmattan.fr

En vous remerciant de l’attention que vous pourrez accorder à ces pages.

Pierre Duriot     site du livre : http://pierreduriot.wordpress.com

_____________________________________

La nouvelle politique artistique du Conseil Général

Le vaste hall du Conseil Général a toujours accueilli sans discontinuer des expositions de peinture et pour participer, il suffisait d’apposer son nom au bas d’une liste et d’attendre son tour. Système égalitaire et bienveillant, cette file d’attente a permis à tout un chacun de présenter ses œuvres au prix d’un relief, très inégal parfois, qui a plus ou moins fait fuir les amateurs d’art. La nouvelle présidence, sous l’impulsion Patrice Joly et de Jean-Louis Balleret, a voulu tourner la page et décide aujourd’hui de sélectionner les artistes à venir afin d’ancrer l’endroit dans la promotion d’artistes locaux connus pour la qualité de leur travail.

Jean-Louis Balleret (Photo) craint bien sûr la critique mais sait aussi que le hall retrouvera dans cette affaire une crédibilité artistique et les artistes en devenir ont d’autres lieux pour faire leurs premières armes. Faire un choix donc, est devenu une affaire collégiale, placée sous la responsabilité de Delphine Fleury, adjointe à la Culture. Le groupe de gestion est bien sûr ouvert aux propositions extérieures. Le premier sollicité fut Jean-Louis Magnet avec sa série Hanami. Stéphane Jean-Baptiste lui succède avec des photos et bientôt, Lucien Verdenet, l’un des peintres locaux les plus connus occupera les cimaises. De quoi transformer ce hall en haut lieu de l’art pictural local.

Interview : Pierre Duriot

_________________________________

Pac des ouches – Le printemps des poètes : Du 5 au 30 mars 2012

L’enfance de l’art revisitée par Le manège du cochon seul et ses amis

Quelle exposition collective intéressante où se rencontrent 10 artistes qui ont su mélanger harmonieusement pour le plaisir de l’œil et de l’âme divers poèmes, objets, dessins, peintures, collages !  Chacun laisse une part de soi qui a pu inspirer une part de l’autre et ainsi de suite…

Jean-Noël Dimitresco et Linda Benadda , ou l’histoire d’un poète qui rencontre une plasticienne. Tandis que Linda dessine « ce qui me vient à l’esprit de façon spontanée » et exprime à travers ses dessins (qui ne sont pas sans rappeler certaines œuvres de Kandinsky) « le reflet d’un état intérieur » qui frôle « l’irrationnel voire le spirituel », Jean-Noël écrit des poèmes « très concrets ». Mais l’alchimie fonctionne et on se surprend à retrouver son regard d’enfant face à « cette montagne qui accouche d’une souris ».

C’est cette même enfance qui a inspiré Pierre Bastide qui a créé « des photopoèmes » suite à une intervention dans une classe. Il nous invite dans un monde imaginaire riche et foisonnant.

Le jour du vernissage, samedi 10 mars 2012, Pierre Bastide a animé un atelier d’écriture de 16h à 18 h suivi du vernissage. La soirée s’est terminée par des lectures de textes du Manège du cochon seul. Cette soirée illustrait bien l’esprit de partage que reflète cette exposition tel l’écrit qui s’invite dans les œuvres… On se dit que le cochon n’est pas si seul qu’il n’y parait.

Gwenaële Boukdeir

_____________________________________

Une belle soirée musique au  Cyprès !

Piètre photo, j’en conviens, la salle était bondée, plus de soixante personnes et je suis relégué au fond… le succès ! (Photo : Pierre Duriot).

Le 9 mars à 20H guidée par mon amitié pour Nadia Rabbi animatrice chant au Pac des Ouches, curieuse de découvrir le jeu de la pianiste libre Marie-France Carlier, je me suis rendue « au Cyprès ». Ce lieu qui propose maintenant d’autres formes d’expressions son espace littéraire : Peintures, photos, chants etc, Pour notre bonheur, ce fut le mariage de chants de culture Arabe, Andalouse, Tzigane, des improvisations explorant des gammes toutes en nuances et maîtrise. Un enchantement musical et selon l’expression d’un auditeur : « Un rossignol dans une librairie  »  accompagné par une pianiste totalement accomplie : de quoi apporter de l’harmonie au creux de nos vies. Ces deux interprètes ont osé les mixages pour notre plus grand plaisir. Merci à elles et merci au Cyprès.

 

Marie-Noëlle Trieste     

_________________________________

Si on pouvait écouter Nadia et Marie-Pierre, le concert avait lieu au milieu des livres et des œuvres de Michel Chastaing. L’artiste expose en ce moment au Cyprès ses dessins et monotypes. Très travaillés, colorés de tons vifs et irisés ou explorant les tonalités du blanc au noir, les tableaux expriment le travail et la densité, passent des univers chatoyants aux reflets métalliques à des clairs obscurs oppressants, envahis de profilés industriels, de câbles et de poutres soigneusement équilibrés et ombrés. Une trentaine d’œuvres au total avec une impression générale de travail, de puissance dans le trait et de rigueur qui fait de cette exposition un incontournable du moment sur Nevers.

Pierre Duriot

_____________________________________

Le rock d’Engerine

Engerine est un groupe de Rock originaire de Nevers. Il comprend quatre membres : Nico au chant/guitare, Fred à la guitare, Arnaud à la batterie et Mik à la basse. Engerine a défini son style avec un univers volontairement personnel : les titres oscillent entre ambiances atmosphériques et rock alternatif où les guitares se font alors grasses et rugueuses… Selon l’esprit des différents morceaux, les amateurs pourront peut-être penser à Radiohead, Archive, Smashing Pumpkins, ou encore Noir Désir. Mais Engerine ne cherche décidément pas à ressembler à d’autres, et c’est plutôt vers une constante recherche d’ambiances et de sonorités que s’orientent les compositions du groupe…

Ils sont actuellement en studio à Guérigny pour enregistrer leur second album. Le premier, qui s’appelait Reversible, était sorti en 2009. Histoire à suivre…

_____________________________________

Abbaye de Corbigny – Stage de danse contemporaine

Projet Duet’s : La magie d’une rencontre

Serge Ambert, danseur et chorégraphe de la compagnie Les alentours rêveurs a proposé cette année une série de stages aux danseurs amateurs qui aboutiront à deux représentations samedi 14 et dimanche 15 avril 2012. Quand des illustrations, des photographies éveillent l’imagination de deux danseurs. Quand deux univers, deux énergies opposées, complémentaires ou proches se rencontrent, ainsi naissent des duos surprenants, émouvants voire troublants. Les danseurs ont appris à exprimer leur imaginaire, leurs émotions à travers le mouvement : Ainsi s’éveille l’écoute de soi sans oublier l’écoute de l’autre. Entre lâcher prise, contrepoids, portés… la confiance se développe et la magie opère. Ainsi, deux corps se rencontrent sur scène, se cherchent, se répondent… Après un temps d’improvisation les duos se précisent suite à un travail au niveau de l’espace, de l’écoute de soi, de son centre, des autres, suivi d’exercices de danse contact. J’ai avant tout développé ma confiance en moi et en mon partenaire avec lequel j’avance pas à pas (guidée pour cela par le chorégraphe Serge Ambert).  J’apprends beaucoup sur moi-même, j’approfondis mon énergie (ou mes énergies) propre et m’enrichit à travers celle de mon partenaire. Quelle surprise de découvrir ce que la présence de l’autre peut éveiller en soi tel un écho, un reflet, une extension de soi ou une antithèse ! Si l’expérience vous intéresse, éveille votre curiosité, n’hésitez pas à venir découvrir ces duos aussi riches que variés samedi 14 et dimanche 15 avril à l’Abbaye de Corbigny.

Gwénaële Boukdeir : auteur et danseuse

_____________________________________

Ecole de musique et de danse de Haute Nièvre – Stage de danse contemporaine/ jazz et spectacle en juin.

Hand made ou la danse fait main 

Emma Lundell, professeur de danse à l’EMDHN et Pascale Michelet, directrice d’une école de danse à Paray-le-Monial (et qui fut première danseuse de la compagnie Forsythe pendant plus de 10 ans) collaborent cette année autour d’un projet basé sur la main. Après trois weekends de stage, de janvier à avril, les élèves de l’EMDHN se produiront samedi 2 et dimanche 3 juin 2012 à Clamecy et aux Petites Rêveries de Brinon-Sur-Beuvron. Exercice déroutant que de danser en ne voyant que ses mains. C’est l’expérience que vivent les danseurs amateurs du groupe de recherche chorégraphique de l’EMDHN. Les danseurs développent l’écoute de leur corps et l’écoute des autres tout en travaillant l’espace sous différentes formes (la technique du cube par exemple). Tour à tour, les mains parlent, cachent, caressent, dirigent le corps des danseurs. Les danseurs laisseront donc leurs mains s’exprimer cette année avec une alternance de solos, duos, trios et danses d’ensemble- d’improvisations et de chorégraphies mémorisées. Je me suis rendue compte de la richesse expressive de mes mains et je prends peu à peu plaisir à les redécouvrir. N’est-ce pas la première partie de notre corps que nous découvrons après notre naissance ? Ces mains avec lesquelles on se rassure, on s’amuse, que l’on frotte, tape … mais qui trahissent aussi très souvent nos émotions méritaient grandement d’être mise à l’honneur cette année. Alors, venez jeter un coup de main (je voulais dire « d’œil ») à cette création samedi 2 et dimanche 3 juin 2012 à Clamecy et aux Petites Rêveries de Brinon-Sur-Beuvron.

Gwénaële Boukdeir, auteur et danseuse

_____________________________________

Simone Gailleux expose à Nevers

Le mois de mars commence bien pour Simone Gailleux. Elle a installé, jeudi matin 1er mars, une trentaine de ses toiles à la résidence pour personnes âgées Daniel-Benoist à Nevers. Avec ses abstraits poétiques, colorés, elle prend la suite de Bernard Follis sur des cimaises toujours garnies qui font la joie des résidents et du personnel. L’endroit développe une vraie politique artistique et propose ainsi à la fois une animation artistique et une galerie pour les artistes locaux. A voir en mars.

_____________________________________

Edito de mars

Mars, le mois des giboulées… effectivement, nous sommes plusieurs à attendre la prochaine, pour savoir hélas, à quelle sauce nous serons mangés. Tout semble suspendu à une élection présidentielle plus âpre que jamais. A l’arrière du brouhaha médiatique, d’autres rongent leur ongles, attendent la survie de leur emploi, espèrent le maintien de leur quotidien, on n’en est même plus à espérer du mieux, tout au plus ne pas trop perdre. Comme disait un certain chanteur, Aubert, jadis au Téléphone : « De monde meilleur on ne parle plus, tout juste sauver celui là ». La Culture, avec un grand C est au nombre de ceux qui croisent quelques doigts sans trop d’illusion. Les budgets sont en baisse, partout : festivals et lieux culturels seront au régime sec. Et pourtant, en ces périodes d’instabilité, de peur du lendemain, de peur de l’autre, la culture permet de réfléchir, d’appréhender le temps, l’avenir, la perte et la mort. J’ai croisé un lieu novateur, un bar où pour le prix ordinaire d’une consommation, on a accès à des livres et des jeux avec les clients, les amis mais aussi les autres, une occasion de se rencontrer autrement que par hasard, en partageant autre chose que la crise et la météo. Un concept importé du Québec. Ils sont forts ces canadiens !

Pierre Duriot

______________________________________
Persil et Ciboulette ont régalé

Mercredi soir, 29 février, au Café-Charbon, deux nénettes ont débarqué avec armes et batterie de cuisine, avec gouaille et mimiques, pour un happening théâtral drôle et séduisant depuis une cuisine improvisée. Les deux jeunes femmes, de la compagnie « Pas folle la guêpe » sont en résidence artistique à Varennes-Vauzelles et peaufinent un menu de famille, surfent sur la vague des émissions culinaires en quelque sorte, mais en beaucoup mieux. Elles ont régalé une salle comble en quarante minutes d’une recette intitulée « Chez Persil et Ciboulette » où l’on peut rire en mangeant, où le spectateur est même mis à contribution, où on ne risque ni l’indigestion ni les lourdeurs d’estomac. Fraîches, rigolotes, elles ont séduit les amateurs et même les professionnelles. Françoise Ducourtioux, du festival des Zaccros de ma rue, n’en a pas perdu une miette et invite les deux cuisinières du 06 au 08 juillet, cet été lors de la treizième édition.

Publicités
commentaires
  1. Je viens de découvrir votre article élogieux sur mon exposition qui se déroule au Cyprès.
    Nous n’avons pas eu le plaisir de parler ensemble tout en sachant qui est qui.
    Merci pour cet avis très flatteur et l’incursion de votre article au sein de votre site.
    Oserai-je regretter simplement d’en avoir pris connaissance par une indiscrétion involontaire de « Bénédicte » qui y faisait allusion lors d’une conversation amicale ?
    Comment aurais-je réagi si par malheur vous en aviez fait une l’analyse négative ?
    Ce hasard est heureux et me conforte à travailler encore plus pour montrer le bon côté de Michel Chastaing…
    Y-aurait-il un mauvais côté ? Posez-moi la question…
    Bien sincèrement à vous. Et merci très sincèrement et très simplement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s