Les peintres du mois de Mai 2011

Publié: avril 28, 2011 dans peintres, peintures, arts
Tags:, , , , ,

Amnesty au PAC des Ouches

Sylvie Renaud au Guétin

Bruno Romeyer au Conseil général

Retrouvez toutes les dates sur A-Art2

______________________________________________

La-Charité : week-end des 21 et 22 mai

Patricia Muller présente son travail lors de la manifestation « Complètement timbrée », le week-end dernier à La-Charité-sur-Loire

Patricia Müller présentait son art postal, le week-end dernier à La-Charité. Piles de faux colis, épreuves d’artistes, magnifiques dans leurs couleurs et leurs calligraphies soignées, centaines d’enveloppes timbrées, peintes, décorées, tampons, étiquettes… tout ce que la Poste peut acheminer s’était donné rendez-vous autour de Patricia, bien à son affaire. Et l’artiste a accueilli tout un peuple, le nez au vent, découvrant un art presque inconnu aux parents pourtant illustres : Breton, Ernst, de l’époque des surréalistes. On s’est beaucoup photographié en compagnie du mannequin facteur prêté par le musée de la Poste de Cosne-sur-Loire. Patricia Müller avait passé son annonce dès janvier, sur facebook, pour recevoir son courrier. Puis elle a mis à contribution ses élèves dans ses divers cours d’arts plastiques. Le résultat était là, inattendu, exubérant, chamarré, une œuvre à la Cheval, le facteur bien sûr.

Pierre Duriot

_______________________________________________

Vernissage du vendredi 13 mai à 18h30 – Mairie d’Urzy

Emilie Douib : un « Tête à Têtes » intéressant avec une forte tête.

Emilie Douib a commencé le modelage vers l’âge de  40 ans mais a vraiment commencé la création dans les années 90 où elle a ressenti un besoin de s’enrichir, de se former entre autres, à travers le dessin, la peinture. Ses maîtres sont Evelyne Dauvergne et Jean Luc Dieny. Elle s’est beaucoup nourrie des différents arts comme le théâtre, le cinéma, la danse… D’ailleurs en regardant une de ses œuvres en trois dimensions d’un œil nouveau, elle fait référence au film « Dune » avec ces serpents qui sortent du sol. Comme le dit si bien Daniel Chalencon, adjoint à la culture, les toiles expriment à l’évidence ce « Tête à Têtes » avec ce « jeu de couleur vives et de lignes qui détourent les visages, les lient en des dialogues passionnés ou, à l’opposé, murmurés… ».

Emilie Douib reconnaît s’être inspirée de l’œuvre de Pablo Picasso puis l’instinct a pris le relais : « J’ai crayonné et j’ai fait ressortir des visages. » On ressent l’influence de ses origines tunisiennes même si elle avoue n’avoir vécu que huit ans en Tunisie. Elle pense que « c’est inscrit dans le regard, dans la lumière. »On ne peut parler de l’œuvre d’Emilie Douib sans parler de ses mosaïques. Elle se plaît à dire que cet art est apparu dans l’Antiquité dans le bassin méditerranéen. Cependant, elle ajoute le concept de volume dans ses œuvres comme certains artistes qu’elle affectionne tels qu’Antoni Gaudi, le principal représentant de l’Art Nouveau. Ses œuvres sont donc à regarder sous différents angles car comme le souligne Daniel Chalencon, « chaque point de vue en est totalement différent. Le volume est un lieu de rencontre privilégié et unique entre le réel et l’imaginaire. ».

Emilie Douib explique avoir « une attirance pour la fragmentation » et aime « reconstituer une chose à partir de morceaux. ». L’artiste qui se dit « plus trop discrète depuis qu’elle est en retraite » reconnaît son côté militant en ajoutant : « Le jour où je ne militerai plus, je serai dans la tombe ». On la découvre aussi philosophe lorsqu’elle dit pour clore son discours : « Chaque tesselle représente un monde en soi : un monde minéral et sacré. Lorsqu’on fait de la mosaïque, on déstructure le réel puis on recompose un autre réel et on devient créateur. Le créateur libère sa puissance de vie ». Pour cette dernière, créer, « c’est laisser s’exprimer son énergie, sa force, sa puissance ». A voir aussi à la bibliothèque d’Urzy, une série de toiles (peintures à l’huile) et de collages sur le thème de la danse hip hop.

Gwenaële Boukdeir

_______________________________________________

PAC des Ouches – Nevers – Ajoupa et ses copains

Ajoupa prend ses habitudes au PAC des Ouches. Mais cela permet de saisir toute l’évolution de l’artiste avec trois expositions sur une année. A l’encre toujours, sur des supports de récupération, en l’occurrence des pages de dictionnaire collées sur du papier kraft, Ajoupa dessine avec puissance et émotion. Après les animaux, les hommes, des « blacks », grimaçants, souffrants… il faudrait aller chercher quelques explications supplémentaires. Ajoupa est encore très jeune, dans la vingtaine et il a amené ses copains, quatre, pour un concerto artistique à cinq avec des incursions dans l’univers de la bande dessinée, façon Moebius. Tout un petit univers à découvrir pendant le mois de mai sous les voûtes du PAC.

_______________________________________________

Samedi 07 mai : Fête comme chez vous : quartier Saint-Etienne

Samedi à Nevers … Que faire ? Faire les boutiques ? Dépenser de l’argent ? Boire un verre en terrasse ? NOOOON !!! Il y avait beaucoup mieux à faire en ce samedi 7 Mai. Toutes les rues de mon quartier, si calmes le samedi, fourmillent de monde. C’est tout le quartier St Etienne qui est en ébullition. Quel bonheur ! Des expositions de peintures, de sculptures, des concerts, des spectacles d’impro…Ca se passe dans la rue, dans les boutiques, dans les jardins, les cours ou même chez des particuliers. Une fête pleine d’humanité et de rencontres. On y croise nos voisins, on se salue, on se parle, on prend le temps de découvrir  des gens que l’on croise parfois chaque jour mais à qui on adresse juste un rapide bonjour.

La jeune Liz en concert de fin de journée. (Pardon pour la piètre qualité de la photo, je ne le ferai plus : Pierre Duriot)

On est ému, déçu, surpris ! Exit les réseaux sociaux virtuels, la vie est dans la rue, dans nos rues ! Tout cela nous fait nous sentir vivants et heureux de l’être… dans cette bonne vieille ville de Nevers. Merci et bravo pour cette belle initiative ! On en veut encore !!!

 

Catherine Essomé

_______________________________________________

Sandrine Francovic  à la galerie de l’impasse, au Guétin

Vendredi soir était jour de vernissage pour Sandrine Francovic, peintre, qui expose galerie de l’Impasse au Guétin. Venue de la peinture figurative, elle est passée voici une dizaine d’années à un art abstrait principalement basé sur l’interprétation de ses ressentis et sentiments personnels. Elle présente, pendant tout le mois de mai, un travail sur les graines en devenir, des petites entités essentiellement végétales et leurs capacités à faire surgir la vie.

Elle a poussé l’histoire jusqu’au fœtus humain apparaissant dans l’une des toiles. Mélanges de couleurs et de formes, évocations, suggestions, la peinture de Sandrine Francovic, bien qu’abstraite, est sujette à extrapolations et le spectateur attentif pourrait y trouver des résonnances ou des figurations cachées. Grands et petits formats sont à admirer pour les couleurs et formes et pourquoi pas à explorer pour y trouver des interprétations personnelles.

______________________________________________

Maryse Druez … son Territoire c’est la Peinture!

 

Maryse vit et travaille à Belfort. Pratiquant et domptant la gravure depuis 1995 à l’école d’Art de Belfort, adoptée pour sa force, ses multiples possibilités et la travaille ensuite en recomposant les tirages sous forme de mises en scène et en propose des tirages uniques.

Les acryliques grands formats permettent des effets de matière et une gestuelle infiniment plus libre. Fidèle à l’aquarelle, elle la pratique depuis 28 ans, adoptée pour sa finesse, sa délicatesse, ses transparences et les moments de quiétude qu’elle procure.

Elle a récemment travaillé des aquarelles fleuries et gourmandes et en a conçu un livre tout en douceur “Côté jardin”, édité chez www.thebookedition.com/maryse-druez-cote-jardin-p-37170.html

Texte de Anne Boitier-Flascher

 

Maryse Druez, à gauche, en compagnie de ses amies lors du « finissage ».

Son site perso: http://maryse.signets.pagesperso-orange.fr/crea.ht

________________________________________

Port industriel du Havre : 2ième et dernier épisode : jeudi 21 avril 2011 : 8h00

J’installe mon chevalet devant deux pétroliers au déchargement. Le soleil point à peine, le vent est frais, balaye les quais encore déserts. Deux syndicalistes déboulent au milieu des pots de peinture tout juste ouverts. C’est jour de honte. Nous sommes un 21 avril et surtout, l’itinéraire présidentiel passe par la ville Normande. Les dockers sont en ébullition. Ils pressentent la fin du port autonome de l’Etat. La Droite veut des ports privés. Des syndicalistes attendent Sarkozy de pieds fermes. Les deux qui m’envisagent refusent carrément d’aller discuter avec lui. Deux costauds. Ils ont pris mon camion bleu pour une antenne infiltrée de la police. Je les rassure, rien de tout cela. Ils examinent mes toiles, expliquent leurs combats.

Derrière nous, des coups de masse viennent à bout lentement mais sûrement d’un bâtiment industriel. « Ca, c’est notre ancienne gare maritime, le paquebot France venait à quai, là, juste devant et ce bâtiment accueillait les passagers. C’est notre histoire qui part à la casse ». Désarroi profond. Les deux gars m’écoutent expliquer mon travail. Je compatis. Un peu plus tard, ils me rappellent, me proposent un café chaud : pas de refus. Sur le boulevard, derrière, les sifflets des policiers retentissent en permanence. Sarkozy doit arriver pour 10 heures. Dans le local syndical, les représentants du personnel rongent leur frein. Leur avenir professionnel se joue sans doute un peu aujourd’hui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s